Salauds de pauvres

Publié le 15 Janvier 2019

"les gens usant d'un ton méprisant

sont avant tout des gens méprisables." 

 

 

C'est vrai quoâh, c'est toujours les mêmes qu'abusent

 

Dans sa grande sapience, le Princident de la monarblique juge que la meilleure façon d'ouvrir ce débat c'est d'abord que les concernés la ferme ou n'accepte de s'inscrire que dans le cadre par lui tracé.

Pour se faire entendre, il use d'une vulgate volontairement triviale pour montrer sa volonté de descendre provisoirement de son Aventin.  

C'est le sens de l'appel de Gasny (Eure).

Manifestement, les élites ayant depuis maintenant 175 ans échoué à éteindre le paupérisme, il faut prendre d'autres mesures.

Pour cela, Louis Emmanuel Touthenmakronaparte, en visite dans ses écarts d'entre sa bonne ville de Rouen et les haras de Deauville a annoncé ce jour des mesures nouvelles : pour masquer la pauvreté, avant d'en arriver à l'établissement du couvre feu à partir de 18h30 en hiver dans les ZUP, il ordonne des mesures qui en cap indiquent des poursuites administratives et judiciaires contre ceux qui refuseraient de se soigner.

"Emmanuel Macron a affiché mardi sa volonté de davantage "responsabiliser" les personnes en situation de difficulté économique et financière en France, estimant que si certains "font bien", d'autres "déconnent".(sic)

"Une partie du traitement de la pauvreté est dans les personnes qui vivent des situations de pauvreté, en les responsabilisant, en les aidant à s'en sortir, en les considérant", a dit le chef de l'Etat devant le conseil municipal de Gasny (Eure) où il a effectué une visite surprise.

La solution ne réside pas "dans le face-à-face entre ceux qui profiteraient d'un côté et ceux qui seraient les vaches à lait de l'autre, ce n'est pas vrai", a-t-il ajouté. "Elle est dans un travail collectif qui est très fin que font les travailleurs sociaux. Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser parce qu'il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent mais ils sont tous acteurs".

Ces propos surviennent dans un contexte social toujours tendu après deux mois de mouvement des "Gilets jaunes" qui manifestent depuis neuf week-ends consécutifs pour réclamer plus de pouvoir d'achat et de démocratie participative.

Vendredi, le chef de l'Etat avait déjà suscité une vague d'indignation après avoir regretté que trop peu de Français avaient le "sens de l'effort".

Mais on le sait et pas qu'à Paris, l'accent faubourien, comme en usait Arletty, n'empêche pas d'être ancré chez les réac de Passy.

Ce sera la pensée du jour de Canaille le Rouge :

"les gens usant d'un ton méprisant

sont avant tout des gens méprisables." 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #méprisant, #méprisable, #suffisance, #caste, #hors sol, #politique, #lutte de classe

Repost0
Commenter cet article