Des morts, des blessés...et des embusqués

Publié le 12 Décembre 2018

Quand la réaction est aux abois, 

tout lui est bon

pour tenter de museler

la colère populaire

Des morts, des blessés...et des embusqués

Des scènes d'horreur dans les rues de Strasbourg. De la peur en plein marché de Noël. Des morts des blessés. Oui, une tuerie de masse insoutenable.

Un évènement gravissime qui survient au lendemain de la profanation par des nazis des tombes juives dans un cimetière strasbourgeois.

Volonté de tuer ici avec passage à l'acte, message de mort là pour entretenir la mémoire de la terreur. Les méthodes terroristes signent les idéologies qui portent ces pratiques criminelles.

Et à droite entre la haine anti musulmane qui se déchaine au diapason de la haine antisémite*, des appels à l'instauration de l'état d'urgence, à l'arret de toute manifestation revendicative. 

La nature a-sociale de cette droite perclues de peur de devoir ceder sur ses privilèges et rentes la pousse à faire feu de tout bois pour tenter de contrer la vague de colère qui innonde le pays. L'ultra médiatisation de thèse complotiste sert de tremplin à l'opération.

Est-il nécessaire de rappeler ici que parmi les milliers d'interpelés porteurs ou non de gilets de toutes couleurs sur tous cortèges ou barrages, aucun fiché "S" ou équivalents.

Même les quelques fachos embusqués, radicalisés de la haine anti réfugiés, là où ils étaient présent sur les barrages,   semble-t-il et confirmation serait bonne nouvelle, ont globalement été sortis du premier cercles des apprentis Poujade médiatisables.

Par contre, les fichés "C", comme connerie, façon Ciotti Wauquiez ou Le Pen et autres sont toujours au premier rang. Et le prefet du Haut Rhin qui appelle à savoir raison garder n'est pas beaucoup aidé par sa tutelle pour les faire taire. 

Reste aussi à se poser comme une grande et urgente question de démocratie la façon dont l'information est traitée par les média à grande diffusion, ces fastfood de la dépêche assaisonnée en boucle pour offrir le plat unique d'un brouet aussi bourratif que laxatif, traité aux OGM de la pensée standardisée.

Depuis bientôt un mois, en France,  l'information se résume au plat unique réchauffé jusqu'à l'écoeurement.  Cela participe a alimenter la psychose.

* quelle chaine TV , quelle radio, quel grand titre de la presse a informé ses spectateurs, auditeurs, lecteurs  que la promotion 2018 de l'unversité fasciste de la nièce de sa tante, petite fille du tortionannire avait pris le nom d'une culotte de peau si notoirement antisémite que même général l'armée l'avait récusé. 

Rédigé par Canaille le Rouge

Repost0
Commenter cet article