Panthéon. qui y fait-on entrer ? L'auteure de la loi de 1975 ou...?

Publié le 1 Juillet 2018

 

 le pendule

reste

bloqué à droite

 

Le pendule de Foucault. Le débloquer pour que la terre persiste à tourner dans le bon sens

Le pendule de Foucault. Le débloquer pour que la terre persiste à tourner dans le bon sens

Entre deux diffusions de parties de ballon rond la presse s'active à ne pas laisser vide les créneaux de l'offensive idéologique s’essoufflant menée par l'élyséen petit factotum du Medef.

Ce week-end ce sera le tour du Panthéon avant le tour de France pour masquer les entourloupes en cascade organisées par le pouvoir.

Si Canaille le Rouge n'a pas d'attirance particulière pour la panthéonisation, sorte de fétichiste sanctification républicaine, dès lors qu'elle est, il s'autorise de juger des choix.

Soyons clair. Que Madame Veil entre au Panthéon, au regard de cette gigantesque baffe qu'elle a portée en première ligne à tout ce que la France compte de réactionnaires, de ségrégationnistes du genre, de prétention à interdire la liberté de chacune de disposer de son corps, dès lors qu'on accepte le rite, justifie qu'à titre posthume et durablement " la Nation reconnaissante " fasse honneur à ce qui pour cela en fait une grande Dame.

Dire cela ne peut faire oublier que celle-ci sur d'autres terrains n'aura pas eu la même approche progressiste voire républicaine. Si le droit à l'avortement fut reconnu par la loi Veil, celle-ci dans ses responsabilités politiques de parlementaire, de ministre, aura laissé mener les attaques contre la protection sociale, la casse de la PMI, à la casse-privatisation de la Santé publique.

Elle participera au nom de cette Europe dont elle fut un des chantres à la conceptualisation et la mise en oeuvre de toutes les régressions et privatisations des services publics.

Avocate et donc connaissant la force des lois, celle portant son nom publiée, les femmes continueront à avoir des fausses couche sur les chaînes cadencées au mépris du code du travail par la courses aux profits que sa classe réclame, l'égalité salariale ordonnée par la loi restera lettre morte et le plafond de verre interdisant aux femmes d’accéder aux responsabilités à compétence égale restera de verre armé.

Son époux qui va l'accompagner pour remonter la rue Soufflot est membre de nombre de cabinets de droite avant de devenir DG d'UTA, administrateur d'Air Inter puis membre du comité stratégique du groupe Bolloré, PDG de Manurhin (armement). Oui la bourgeoisie française par ce choix fait entrer deux des siens au Panthéon.

Certains sur les réseaux sociaux lient son histoire personnelle, dont sa déportation victime des persécutions de l'occupant nazi et de l'ordre pétainiste, à la loi qui porte son nom en oubliant aux côtés de qui durant sa vie politique, informée, elle accepta de siéger, et lance ainsi une passerelle partant de la persécution de ses 20 ans jusqu'au progressisme de sa loi mais évitant ainsi de parler de ses choix de femme de droite.

Il serait pour elle comme pour la mémoire républicaine plus judicieux d'en rester à son combat des années 70. Dans la majorité politique qui ne la suivra pas voire la désavouera se trouvent quand même le gratin des derniers vestiges du pétainisme actif dont Papon et Hersant. Elle est de la direction du parti de Giscard qui intégrera et fera monter de jeunes recrues issus d'Occident et Ordre Nouveau tels les Longuet, Madelin et quelques autres. Au parlement européen elle prendra Hersant sur la liste qu'elle conduit. Hersant dont le passé nazi est si connu qu'il sera condamné en 45 (amnistié en 52).

Petit rappel concernant ce dernier : Si beaucoup connaissent maintenant Papon qui siège dans le même gouvernement qu'elle lors du gouvernement Barre III, ce R.Barre des " victimes française innocentes " de l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic, Robert Hersant, qu'elle accueillera sur sa liste pour les élections qui la porteront à la présidence du parlement européen, mérite qu'on rappelle la partie effacée de son pedigree.

" Fondateur dès août 40 de « Jeune front », un groupuscule pro-nazi situé dans l'orbite du Parti français national-collectiviste de l'ancien journaliste radical-socialiste Pierre Clémenti. Hersant obtient début août 1940 un local pour son groupuscule, au 28, avenue des Champs-Élysées.« Jeune Front » est la section de jeunesse (16 - 21 ans) des « Gardes françaises ».

La principale activité du « Jeune front » est de distribuer le journal antisémite Au Pilori, l'un des plus extrémistes de la collaboration, subventionné par les autorités allemandes.

Les membres du groupe se livrent également à des violences contre les commerçants de confession juive près de leur quartier général ". (source bio de Hersant -Wikipédia)

Publiquement dénoncé comme nazi et escroc par un député de droite ancien résistant, Hersant, élu en 1956, est chassé du parlement. Le Pen (déjà) ne votera pas cette exclusion.

Donc les choix politique de droite de la dame devrait interdire de lier cette reconnaissance de 1975 à la totalité de son parcours d'autant que nombre des victimes des persécutions et de la répressions, sur ces critères, ont une tout autre légitimité pour être panthéonisées. Sur ce point particulier Olga Bancic résistante du groupe dit de Manouchian , pourchassée comme communiste et persécutée comme juive, guillotinée en Allemagne le 10 mai 1944 comme membre des FTP MOI est beaucoup plus représentative de ce que fut l'activité de jeunes femmes de France justifiant une entrée au panthéon pour ne rien dire de l'ostracisme frappant toutes ces Résistantes ouvrières et communistes que la réaction française s'acharne à effacer des mémoires.

Oui donc, dès lors qu'on accepte cette sanctification républicaine, Simone Veil au Panthéon pour ce grand pas qu'en 1975 elle permit contre son camp pour les droits des femmes, mais que pour cela. Sinon dans la confusion cela blanchirait ceux qui, ordures notoires, l'ont accompagnée dans des combats bien moins nobles et dédouanerait ceux qui le sachant ont laissé se construire cet accompagnement.

 

 

Repost0
Commenter cet article