Benalla, Lacombe Lucien prenant la grosse tête ? Non ! plutôt un remake des cagoulards. Cheminement d'un scandale d'Etat.

Publié le 20 Juillet 2018

dernière histoire drôle

qui coure les antichambres:

"la preuve que Benalla est un brave type,

c'est Castaner qui le dit" 

Benalla, Lacombe Lucien prenant la grosse tête ? Non ! plutôt un remake des cagoulards. Cheminement d'un scandale d'Etat.

Du service d'ordre du PS au premier cercle de Macron :l’irrésistible ascension d'Arturo Benalla ou la saga de ce Kollaborateur de l'Elysée à la testostérone surdosée et à l'adrénaline non canalisée.

Obscure petite main des soupentes du château (mais, certainement à l'insu de son plein gré, copain de ski dans les Pyrénées de Manu El Monarc), à ses heures perdues adjoint au chef de cabinet du boss, sportif à la virilité affichée, Alexandre Benalla a violenté une jeune femme lors des manifestations du 1er-Mai à Paris. Il a aussi été filmé en train de s'en prendre à un jeune homme lors d'une manifestation, ce même 1er mai.

 L'adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, est au cœur d'un scandale après des révélations par Le Monde, mercredi 18 juillet.

La presse sur l'Affaire Benalla nous distille ses info. c'est édifiant:

Dernière en date, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, savait dès le lendemain des faits :

Selon les informations de France Inter, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a été mis au courant dès le 2 mai des images montrant Alexandre Benalla frappant un manifestant la veille. 

A mesure du temps qui passe les faits s'accumulent :

"J'ai vu monsieur Benalla saisir une femme par le cou puis l'emmener. Un jeune homme a essayé de s'interposer et a été frappé à plusieurs reprises"affirme à france info Nicolas Lescaut, militant de La France insoumise, auteur d’une des vidéos.

Sur les images, Alexandre Benalla porte une veste noire, des gants et un casque de CRS. Il n'est pourtant pas policier.

D'où vient ce casque ? le SG du syndicat des commissaire de police dans une déclaration réquisitoire fait le tour de la question ; c'est du lourd , il ne s'embarrasse pas de circonlocution.

il déclare à france Info : " Le casque porté par Alexandre Benalla avait été fourni par la Direction de l'ordre public appartenant à la préfecture de police,  "

"Ce n'est pas la première fois qu'il vient sur un service d'ordre", selon le syndicat des commissaires de la police nationale

Le secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale a assuré sur franceinfo jeudi

 "qu'Alexandre Benalla était régulièrement sur les dispositifs opérationnels". 

"Les policiers de la préfecture de police le connaissent parfaitement et le connaissent en sa qualité : c'est quelqu'un qui a un poste très haut placé. En tout cas c'est le sentiment qui est partagé chez les policiers."

"avant de commencer à chercher un policier de base qui se retrouverait à dénoncer un conseiller de l'Élysée, il va falloir déjà savoir pourquoi ce monsieur, alors que ça s'est su à l'Élysée, a pu continuer à exercer et pourquoi on l'a revu sur des services d'ordre"Il souligne que ces policiers avaient "face à eux quelqu'un qui représente, même si c'est de façon indue, une forme d'autorité qui est supérieure à la leur. C'est là toute l'ambiguïté du sujet".

S'il s'était agi d'un policier, "il y aurait eu une suspension administrative immédiate demandée par le préfet de police et des poursuites judiciaires immédiates. On n'aurait pas eu ce temps de latence qui fait qu'on commence à parler de cette affaire aujourd'hui, au mois de juillet", estime David Le Bars.

Ce Môssieur Alexandre à un CV façon Barbouze :

Alexandre Benalla est un joyeux slalomeur entre les piquets des police officielles et les officines péri barbouzardes. Son équipement ayant été sponsorisé par la Solferino connection, le patron du SO du PS ayant servi de coach.

Selon les informations de La Lettre A et de Maghreb Confidentiel, "il intègre entre 2012 et 2015 le groupe Velours, une société de sécurité et de management des risques fondée par d'anciens policiers. Il devient même, en octobre 2015, codirigeant d'une antenne de l'entreprise à Casablanca, mais cette dernière stoppe rapidement son activité, indique Le Monde. Réserviste à la gendarmerie, il poursuit en parallèle des études de droit et obtient un master 2. La même année, il est admis à la session régionale "Jeunes" de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), comme le prouve un arrêté au Journal officiel. Une formation de cinq jours qui vise à sensibiliser les étudiants "aux problématiques de sécurité et de justice", selon la plaquette.

Un an plus tard, en avril 2016, il crée la Fédération française de la sécurité privée. Selon La Lettre A, il s'agit d'une coquille vide aux yeux des professionnels du secteur. Il fonde cette structure avec une connaissance, Vincent Crase, un officier de réserve de la gendarmerie basé dans l'Eure. Les deux hommes vont d'ailleurs tous les deux jouer un rôle dans la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, comme le révèlent les "MacronLeaks", ces nombreux échanges de mails des membres d'En marche ! mis en ligne par des hackers anonymes sur la plateforme WikiLeaks." (source France Info )

Guigne amère sur cet affreux pudding, J-L Mélenchon a pu affirmer sans être démenti que c'est cet incontournable Benalla qui a organisé avec la LDJ son expulsion du cortège lors de la marche en hommage à Mireille Knoll (le crime antisémite s'étant révélé une baudruche qui s'est dégonflée à vitesse grand V) . Propos prononcés à l'Assemblée Nationale exigeant soit preuve du contraire (Mélenchon étant avocat on peut se douter qu'il peut prouver une telle affirmation faite dans ces conditions) valant confirmation des magouilles barbouzardes de la macroncratie. 

 

Repost0
Commenter cet article