détour par l'Histoire pour maîtriser le moment

Publié le 5 Mai 2018

Les briseurs de grèves

et les polices privées

La bourgeoisie c'est toujours doter de moyens pour maintenir par tous les moyens son hégémonie. Au moment où nous sortons d'un premier mai encadré de provocation politico-policière, un petit coup d'oeil dans le rétro pour se rafraichir la mémoire ou pour découverte : 

En 1884, à la mort du fondateur Allan Pinkerton ses fils prennent immédiatement le relais à la tête de l’agence, et opère une mutation dans ses missions

Celle-ci se spécialise dans la répression frauduleuse et sauvagement zélée des mouvements ouvriers américains, dont le plus tristement célèbre demeure le massacre de Haymarket Square à Chicago origine de la dimension internationale du 1er mai.

Plus détaillé dans le lien qui accompagne cet article un extrait de l'Intransigeant qui informe ainsi ses lecteurs : 

détour par l'Histoire pour maîtriser le moment

En 2018, les polices privée étant interdites dans notre pays, il est sûr qu'on ne pourrait jamais voir des enseignes  comme Ikéa, la SNCF la RATP France télévision ou autres chaines de supermarchés avoir recours à des Pinkerton made in U.E. Et les procès dont font état les compte rendu de presse ne sont que des senarii pour serie B de la télé.

Il est vrai que quelques OPJ ayant été surpris à faire des ménages pour certains des sus-nommé, cela permet ne pas avoir recours à la Pinkerton connexion...sauf quand ça chauffe. Et là, curieusement on retrouve souvent parmi les gros bras de première ligne faisant le coup de poing contre les piquets de grèves salariés ou étudiants des gens qui gravitent aux confins de la DCRI et des identitaires. Vous ne trouvez pas cela curieux ?

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article

Fald 06/05/2018 20:30

Commentaire à faire sauter dès que tu auras rectifié: tu as écrit "La bourgeoisie C'est toujours dotER" au lieu de "s'est toujours dotée". Vu qu'en général, tu as de l'orthographe et du style, je pense que c'est un coup de fatigue, ou un piège typique du traitement de texte (on réécrit une phrase en en oubliant un bout).