Il y a des baffes qui se perdent

Publié le 3 Mars 2018

de Berger, le chien de garde du medef :

Il y a des baffes qui se perdent

Sur France Inter le secrétaire général de la CFDT assure qu’« il faut regarder ce qui doit évoluer dans le statut des cheminots, mais pas en les culpabilisant et en les  stigmatisant ».
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/03/03/laurent-berger-cfdt-pas-oppose-a-l-evolution-du-statut-des-cheminots_5265234_1656968.html#iRJPFjQ8tgMfkpGY.99

Et il enfonce le clou en approuvant le principe général des ordonnances :

M. Berger a par ailleurs souligné que les cheminots de la CFDT (4e syndicat de l’entreprise) « ont été très choqués du recours aux ordonnances » annoncé par le gouvernement pour sa réforme de la SNCF.

« Dans certains cas  et la CFDT n’y est pas opposée  ça peut avoir du sens, lorsque par exemple on suit l’élection présidentielle et qu’on l’avait annoncé, comme c’était le cas sur la réforme du marché du travail », a-t-il rappelé, observant que « là, ça n’a pas été annoncé ».


 

Appeler réforme une liquidation est l'unité de mesure de sa complicité avec le patronat et indique l'angle d'inclinaison de son échine devant le pouvoir au service de celui-ci..

Il ne va pas tarder (s'il ne l'a pas déjà) a avoir son rond de serviette aux dîners du Siècle et une suite à Davos

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article