Être charlie ?

Publié le 15 Novembre 2017

Oui, mais pas à n'importe quel prix

Être charlie ?

Canaille le Rouge n'est pas un lecteur régulier de Charlie.

Mais à chaque fois que la censure, la répression, la violence, et même la bêtise à ciseau pour exclusivement droitier l'a agressé, non seulement il a répondu présent mais le 7 janvier 2015, soir du massacre, alors qu'il faisait encore jour, il s'honore d'avoir été un des premiers présents place de la République quand tant de doctes démocrates attendaient l'oreille à leur radio ou portable que le feu vert pour descendre de son chaud chez soi soit donné par la prefecture de police.

Oui, Canaille le Rouge n'a jamais fait défaut.

Canaille le Rouge qui lit Médiapart et y tire partie pour ses infos n'est ni spontanément ni de façon plus réfléchie groupie d'E. Plenel. Les Canaillophiles connaissent la ligne de fracture entre lui et la ligne éditoriale du titre.

La somme de pas de deux idéologiques de sa rédaction et son directeur font que jamais le titre ne sera pour Canaille le Rouge ce que fut l'Humanité pour un militant de l'alors PCF.

A lire les écrits de la période, il y a de quoi hésiter entre les pratiques de Mac Carthy et celle de Béria s'affichant côté Charlie pour stigmatiser le refus de Médiapart d'accompagner une Dérive qui tend parfois à faire que la une de ce qui fut l'hebdo d'irrévérence devienne en matière d'approche du monde musulman principalement arabe l'autre morceau, le pendant à gauche sur la cheminée, d'un presse-livre de type Minute.

Au nom du combat légitime contre les théofascismes, parties constitutives du fascisme, personne n'a le droit de faire de tout un groupe la cible de la haine. C'est ce à quoi s'acharne la direction de Charlie depuis l'assassinat de son ex rédaction. 

Dire que Médiapart qui s'oppose à cette dérive la rend complice d'assassinat à venir revient à évacuer le débat de fond sur la ligne rédactionnelle d’après janvier 2015 et ses unes faisant coups de Trump. 

Comment accepter que toute demande d'examen de ce qui n'est plus une dérive mais un cap tracé par ces inquisiteurs portant fatwa servant à alimenter un fond de commerce qui depuis ce Vals (qui chassera Siné de Charlie canal historique), installe des passerelles vers la mouvance réactionnaire raciste et disons le clairement fascisante.  

Voir le Charlie de "Bal tragique" venir pique niquer sur les pelouses de "je suis partout" est affligeant, Pour Canaille le Rouge il ne s'agit pas d'une dérive "d'une gauche égarée " mais de la construction d'un autre bastion du rejet des autres à partir des appeaux agités par la pire des réactions.

Tristesse de le constater, mais cette tristesse au regard de son histoire qui n'empêchera pas de le combattre sur ce terrain là.    

Rédigé par Canaille le Rouge

Publié dans #politique, #polémique, #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article