Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De la pureté en politique comme une variable aléatoire.

Ne pas en rire ; 

c'est trop grave.

De la pureté en politique comme une variable aléatoire.
De la pureté en politique comme une variable aléatoire.

Pendant qu'ils battent les estrades avec leur recherche de ceux qui pourraient être des chimiquement purs éventuels en matière de dérives financières, il y a ce qui se trame avec le cadre juridique d'un système qui borde sont état de crise systémique. 

Tout une opération de culpabilisation de l'électorat pour justifier idéologiquement les prochaines mesures censurant la liberté d'expression et les restrictions de souveraineté encore liée au suffrage universel dont l'Empire Unifié du Capital Européen (EUCE) a besoin pour maintenir les peuples sous domination.

Déjà dans les rangs de ceux qui devraient s'y opposer monte la fascisante formule "ceux qui n'ont pas voté n'ont que le droit de se taire" formule elliptique mais reprise en boucle par la masse des battus d'hier et servant de repoussoir aux gagnants au nom de l'abri antidémocratique que représente la loi électorale, signifiant que quiconque ne soutient pas les candidats officialisés par un programme dont le contenu n'est pas retenu par ceux qui pour cela ne convient pas sont au mieux des citoyens de seconde zones et pour les promoteurs du mot d'ordre des ennemis de la démocratie.

Il s'agit un piège qui se tend de plus en plus en plus, où chacun des pieux battus pour l'installer est gardé par quelques chiens de garde. Duhamel, chef de meutes au service d'un grand veneur Junker menant la chasse pour la compagnies des CAC à rentes et auxiliaires affidés s'assurant du renforcement permanent de l'installation.

Alors que la cohorte des "votez_pour-moi" prennent des poses pour le Trombinoscope, que le nouveau prophète du Vieux-port s'autoproclame patron d'un mouvement social dont il ignore la pratique et refuse de regarder son histoire.

La Macronie, Baronnie de cette EUCE, installe ses barrières : sociales et législatives à l'intérieur pour contenir les colères, laissant les barbelées aux frontières à la charge des brutes que l'EUCE, via l'OTAN, épaule et arme dans son inhumanité. 

Pendant tout ce temps le paysage bruisse des rumeurs sur l'état de la mèche parlementaire qui va, via la dynamite de groupe, atomiser toutes oppositions au pouvoir.

Dans ces conditions, pour comme disait ce vieux Karl, pour ne pas perdre pieds dans le combat quotidien, un impératif: s'organiser et lutter. Et pour cela, le plus à porté de main immédiate, c'est le syndicat dès lors que celui-ci s'inscrive dans une analyse de classe des enjeux ; pour construire un rapport de force autour des revendications.

Que ces 66% d'ouvriers mais aussi les 33 %autres qui y ont intérêt voir pour certains y sont engagés, comme pour les 60% de salariés et les 40% de la même façon engagés s'organisent là où les droites ne s'y trompent : pas les lieux d'exploitation, là où s'extrait la richesse transformée en capital, et mènent le combat.

Pas se réfugier dans le syndicats mais consolider une plate forme pour passer à l'offensive et réfléchir à mesure des évolutions à l'outil politique capable de subvertir la réaction, ses enjoliveurs et plante vertes et se passer des autoproclamés guides et autres faillis des tentatives antérieures.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article