La gourmandise est un vilain défaut

Publié le 22 Janvier 2017

 

qui finit toujours

par se payer

plein pot

 

La gourmandise est un vilain défaut

Ainsi donc le parti de la liquidation sociale, clone rosâtre de la droite officielle aurait engrangé plus d'un millions d'euros collectés principalement auprès de ceux qui ont été ses victimes.

Cela ne surprendra que les naïfs ou ceux à naître au prochaine giboulées d'avril, le matraqueur corsaire du Medef est toujours en piste et son challenger est connu pour ne s'être pas singularisé comme un opposant farouche à la politique du casseur de syndicalistes, le hooligan du droit social chasseur de réfugiés.

Si le résultat ne surprend pas,  la participation laisse perplexe. Même l'effondrement est là, si le résultat n'a rien de surprenant qu'un million de crédules poursuivent leur compagnonnage avec la même écurie interroge. 

Hamon arrivé devant d'une courte tête serait-il vierge de tout ANI, tout état d'urgence, toutes lois Macron et autres délicatesses ? ses suivants derrière l'homme de crocs-Matignon seraient-ils des perdreaux de l'année ? 

Choisir entre le symbole de la brutalité anti sociale et celui qui a obstinément refusé de le combattre ? Et en plus payer pour cela ? Grand bien leur fasse.

Le syndrome "portier de nuit" ou de celui de Stockholm ?

Une vénus rose à la fourrure dorée ?

Ceux qui se sont pliés et vont continuer à se soumettre à ce jeu fétichiste mesurent-ils quelle légitimité ils donnent à ceux qui pour donner des gages à leur mentor n'ont de cesse que de les flétrir, les piétiner, les rendre aveugles? 

A l'image de celles et ceux qui plébiscitèrent De Gaulle après sont putsch de 58 (déjà ou encore avec la complicité du parti socialiste d'alors), ils vont bientôt venir pleurer.

Comme pour le vote f-haine ou autre version de droite, ils ne pourront pas dire qu'ils n'avaient pas été mis en garde.

 

 

Repost0
Commenter cet article