Le peuple américains , les élections,

Publié le 10 Novembre 2016

Comment détourner les regards

ailleurs que vers

les vrais responsables,

et pourquoi.

L'homme riche et oncle Sam

Depuis deux jours on entend pis que pendre sur le dos du peuple américain.

Tous les qualificatifs les plus vils (à partir de la réalité d'un résultat électoral des plus détestables) lui sont appliqués. Ce pelé, ce galeux qui a fait perdre la face à tous les maisonblanchologue et paraBHL de service lesquels s'enthousiasment de voir que Wallstreet a salué de belle manière l'arrivée de son fils prodigue dans le bureau ovale.

N'avons nous pas vu le même déferlement contre les électeurs qui par leur abstention ont permis au f-haine de prendre certaines mairies sans jamais poser la question des raisons de fond de l'abstention d'une part et celle des voix qui se portent vers la haine .

Pourtant au USA il y 45.8% d'abstention à cette élection et le système électoral fait que celle qui a le plus de voix n'est pas élue.

Trump est l'élu de 26% du corps électoral.

Bientôt vous allez voir que comme en France ce seront ces non-votants qui vont être stigmatisés ; ceux qui ont refusé Trump mais n'on pas voulu voter pour une doctoresse Folamour cherchant la guerre sur touts les terrains possibles, une Pasqua des primaires et sa capacité à truquer le match (puisqu'au US mais aussi maintenant en Franceen politique, match il y a).

Les mêmes qui ont tout fait pour absoudre le peuple autrichien de son engagement massif sous la bannière nazie, allant jusqu'à lui donner un statut de victime font déferler des flots d'invective contre le peuple américain le scrutant depuis les fauteuils club du Barry's bar à Paris.

C'est qu'il ne faut pas égratigner le modèle formaté par l'oncle Sam et lié aux primaires qui ont ici un si bel avenir pour construire une alternance à l'américaine quitte à produire les mêmes effets. Il faut sauver les soldats primaires et alternances.

Si le peuple américain est dans une impasse terrible, traduite par cet électro encéphalogramme politique proche de l'horizontal, ne faudrait-il pas plus regarder du côté de ceux qui mènent la guerre idéologique dans les deux grands partis US et pour qui ils la mènent ? 

Bertolt Brecht, intellectuel communiste allemand s'il en est, reprend ici en 1953 un petit texte qu'il avait écrit en 1930 qu'il actualise à Berlin à l'occasion de manifestations ouvrières réprimées par le gouvernement de RDA.

Canaille le Rouge le soumet à votre réflexion et vous renvoie aux résultats des élections régionales ou municipales ici :

                           La Solution                       

Nach dem Aufstand des 17. Juni
Ließ der Sekretär des Schriftstellerverbands
In der Stalinallee
Flugblätter verteilen
Auf denen zu lesen war, daß das Volk
Das Vertrauen der Regierung verscherzt habe
Und es nur durch verdoppelte Arbeit
zurückerobern könne. Wäre es da
Nicht doch einfacher, die Regierung
Löste das Volk auf und
Wählte ein anderes?
10

Après l'insurrection du 17 juin,
Le secrétaire de l'Union des Écrivains
Fit distribuer des tracts dans la Stalinallée.
Le peuple, y lisait-on, a par sa faute
Perdu la confiance du gouvernement
Et ce n'est qu'en redoublant d'efforts
Qu'il peut la regagner.
Ne serait-il pas
Plus simple alors pour le gouvernement
De dissoudre le peuple
Et d'en élire un autre ?

Ceux qui disent que le peuple se trompe sont bien souvent ceux qui ont participé à construire les chemin de l'erreur voir installer les fausses pistes conduisant à la tromperie.

La fraude du clan Clinton pour barrer le chemin à Sanders la volonté belliciste affichée pour servir les intérêts de la bourgeoisie hors sol des USA a balisé le chemin des urnes accueillantes au bulletin Trump.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article