Quand le pouvoir protége les faschos et traque les marmots

Publié le 23 Septembre 2016

 

Ce n'est plus de la relativité,

c'est un choix

qui exige que leurs auteurs

rendent des comptes.

Quand le pouvoir  protége les faschos et traque les marmots

Acte 1 : 

Ce sont quelques lignes, enfouies dans un texte de loi, qui ont mis le feu aux poudres. Selon un projet de décret que Le Monde s’est procuré, la France prévoit d’étendre le placement en rétention de familles étrangères avec enfants en instance d’expulsion.

Pour l’instant limités à certains centres de rétention administrative spécifiquement nommés, ces placements pourront désormais se faire dans les locaux de rétention administrative (LRA).

Créés par arrêtés préfectoraux, ces derniers sont permanents ou temporaires et permettent d’accueillir, pendant au maximum quarante-huit heures, les personnes ne pouvant pas être hébergées en centre de rétention administrative (CRA) pour des raisons géographiques ou de délais. Ils sont généralement situés dans des commissariats de police.

« Via ce décret, la loi écrit pour la première fois noir sur blanc que les LRA peuvent accueillir des familles, explique David Rohi, de l’association la Cimade. La loi du 7 mars 2016 [relative aux droit des étrangers en France] que le décret vient compléter avait déjà légalisé l’enfermement d’enfants sous prétexte de l’encadrer mais se contentait de mentionner des lieux de rétention », précise-t-il.

Le pouvoir nous immerge dans la honte !

 

Acte 2 : 

LDH LILLE

COMMUNIQUE 
Lille, le 22 septembre 2016

La LDH de Lille est intervenue auprès du Préfet de Région et de la Maire de Lille pour réclamer la fermeture et l’interdiction du Bar « La Citadelle », rue des Arts au centre de Lille.

Nous ne surestimons pas l’audience publique d’un tel lieu qui deviendrait le centre de rencontres d’une poignée de nostalgiques du KKK, de l’apartheid et de la nuit de cristal.

Mais nous ne la sous estimons pas non plus : « La Citadelle » contient tous les ingrédients propices au renforcement des atteintes aux principes républicains : xénophobie, homophobie, sexisme, islamophobie, ségrégation, exclusion, incitations à la haine ; toutes idées condamnées explicitement par la Charte de l’ONU, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le préambule de la Constitution de la République française.

Cela suffirait à justifier la fermeture et l’interdiction d’un tel lieu.

Mais « La Citadelle » va plus loin en prétendant devenir au cœur de la Capitale de la Région Nord-PdC-Picardie, le Quartier Général d’un groupe identitaire qui, de ce lieu, pourrait étendre son réseau de contestation de la démocratie et des valeurs humanistes et troubler l’ordre public par des réunions, des films, des débats provocateurs contre les libertés, l’égalité des droits, les solidarités, la mixité sociale et le « vivre ensemble ».

Les lieux animés en région par les identitaires sont surtout connus par la fréquentation de personnages »sulfureux » mêlés à des trafics, à des actes de délinquance graves, à des incitations et à des pratiques de discrimination.

Les contrôles illégaux dans le métro, la défense violente de la « race blanche », les pratiques de gros bras et d’agressions de militants anti-racistes, la création d’un club de « boxe de rue » sont des faits qui montrent qu’au quotidien les identitaires ont l’intention de chercher à s’imposer comme l’expression d’un « ordre nouveau » contradictoire avec l’ordre républicain. Et «La Citadelle » veut être le lieu de contact, de formation, de promotion, d’organisation de ce réseau factieux.

Les laisser s’installer au centre de la ville de Lille – même sous forme d’un club privé - est un renoncement grave que nous ne pouvons cautionner par notre silence et notre apathie. Surtout dans le contexte social actuel.

La Préfecture du Nord et la Ville de Lille disposent de moyens de dépasser la simple analyse juridique commerciale. Les principes constitutionnels et législatifs dépassent la simple application du code du commerce.

C’est la raison de notre demande d’interdiction et de mise en œuvre de tous les moyens d’investigation, de contrôle et de répression dont vous disposez pour faire cesser le trouble à l’ordre public que constitue l’existence de ce club-bar dont le but avoué est de contredire le passé d’accueil de notre région et de notre ville au nom d’un repli identitaire passéïste.

Pour sa part, la LDH de Lille entend rassembler les syndicats et les associations républicaines pour organiser une riposte commune et inciter les pouvoirs publics à aller au bout de leurs convictions humanistes et de leur mandat constitutionnel pour briser l’enchaînement de la haine que constitue l’ouverture de « La Citadelle ».

Gérard Minet
Secrétaire de la section LDH de Lille

Une fois dans la honte nous avoir immergés le pouvoir cherche maintenant nous noyer : sa seule réponse est d'interdire toute manifestation et de protéger la kommandanture identitaire.

A qui veulent-il donner des gages ? 

A nous de leur faire rendre des comptes.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #fascistes, #nazis, #pouvoir politique, #tolérance

Repost0
Commenter cet article