De la chemise de soie déchirée à un Burkini stigmatisé

Publié le 16 Août 2016

parcours politique

initiatique

du social

au sociétal

De la chemise de soie déchirée à un Burkini stigmatisé

Les gouvernements qui défont impunément les régimes à leur guise comme Mitterrand ou Sarko puis Hollande au Burkina Fasso laissent s'instaurer sur les plages de France un apartheid vestimentaire façon burkini fascho.

Eté 2016, les caciques de l’isoloir à venir lesquels ne sont pas trop bouleversée de savoir que 70% des gosses de notre pays dont ceux des stigmatisées n’auront pas eu la chance de marcher sur le sable sauf à aller sur celui de Lafargue à Paris plage, offert par un partenaire commercial de Daech.

Pour autant, une question que peu de gens pose : pourquoi après l’apartheid social des plages privées depuis 50 ans, pointe l’apartheid sociétal par la coupe d’une tenue de bain 2016 qui ressemble au maillot pour femmes au Touquet en 1916 ?

Plus curieux encore (enfin curieux !!) n’avez-vous pas remarqué combien les droites au pouvoir ou cherchant à y accéder quand elles sont battue politiquement au plan social se rassemblent au plus vite, toutes tendances confondues, pour mettre le feu au sociétal, au besoin en allumant avec la complicité de tous les obscurantismes religieux complices, des incendies qui conduisent à détourner du social au nom de ce sociétal, la laïcité étant toujours le fagot qui sert à attiser les flammes, les pyromanes s’arrangeant pour que celle-ci soit la première victime de leur bûcher.

Si Canaille le Rouge veut se balader avec vêtement estampillé "casse toi pov' con" pour peu qu'il arbore une effigie d'un homme d'état ressemblant à Joe Dalton logé rue de Varenne, il risque la convocation en correctionnelle. Là le voile est politique.

Pendant ce temps des femmes de la secte "église catholique apostolique romaine" peuvent déambuler sur les plages dans des tenues qui sont interdites à des femmes d'autres sectes. Des hommes s’affichent sur les plages, semi dénudés avec des tatouages à la gloire de leur héros nazis sans intervention de la maréchaussée. Le 15 août les ports et plages –toute la presse quotidienne régionale littorale en déborde - sont privatisés pour des rites processionnels et nautiques de la dite église romaine, tous les organisateurs en tenue de prosélytisme ostentatoire, encadrés par ces élus, écharpes en batterie accompagnent et prennent la pose pour être dans le journal, élus qui prennent des arrêtés stigmatisant tenue de plage non idéologiquement confirmée par leur ordre moral.

Rappelons que les tenues prosélytes sont interdites – TOUTES- dans l’espace public.

Concernant la laïcité et les signes ostentatoires de prosélytisme, la loi initialement ne réglemente que les espaces scolaires. La plage ou la rue ne sont pas des espaces éligibles à la loi Stasi de 2010.

Pourtant, il y a déjà eu des petits arrangements idéologiques. Dans un état de droit où existe une jurisprudence forte, il y a ce qui sans être la boussole de Canaille le Rouge se veut faire repère :

Par sa décision du 7 octobre 2010, le Conseil constitutionnel a déclaré la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public conforme à la Constitution, tout en formulant une réserve d’interprétation qui n’est pas mineure : cette interdiction ne concerne que le voile intégral – ( burqua ou niqab).

Une interdiction qui ne s'applique que dans "les espaces ouverts au public et ceux affectés à des services publics, comme la rue, les transports en commun, la plage, les jardins publics, les commerces, cafés et restaurants, magasins, banques, gares, aéroports, administrations, mairies, tribunaux, préfectures, hôpitaux, musées, et les bibliothèques" dit le Conseil constitutionnel.

Concernant les plages, est-ce le cas de cette tenue de plongée qui n’est pas en néoprène ?

Ce qui revient à dire que les maires qui interdisent certaines tenues de bain (que par ailleurs Canaille le Rouge rejette pour d’autres raisons de fond, liées au combat pour l’égalité femme-homme pour toutes les libertés dont celle des femmes de rendre compte à aucune tutelle religieuse, morale, patriarcale, patronale de la liberté, d’user de leurs corps et esprit comme elle l’entendent et du combat immédiat contre leur assujettissement à des normes imposées par les religions et les patriarcats) sont dans l’illégalité totale et dans l’inconstitutionnalité. Mais pour un pouvoir en solférinorama, les embusqués de sa faillite attendue et ses barons de la droite officielle, la chemise de soie d’un DRH à plus d'importance que le voile ou autres pièces de tissus imposés sauf si le dit voile ou la dite pièce d’étoffe permet de concourir à masquer pourquoi la chemise a été déchirée.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article