Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et si c'était une bonne nouvelle ?

la grogne de Quasimedef, 

Un premier acquis pour les luttes ?

Une avancée pour les travailleurs ?

Et si c'était une bonne nouvelle ?

Devant un nouveau monde qui se cherche, la panique de Quasimedef ! 

"Retenez-moi ou je fais un malheur". "Je boue, je claque la porte"

Surtout ! ne le retenez pas, laissez le bouillir !

Et s'il se coince les doigts dans la lourde, pesons fort pour qu'il déguste, ce sera en prime.

Parce que la menace de l'adjudant du capital de quitter la table, derrière la volonté de mettre un peu de pression sur ses alliés au pouvoir, à ses troupes et leurs cénacles ronflant, est clair:

"Ordre de tenir coûte que coûte devant la vague qui monte et qui va finir par déferler".

Ben oui, on les comprend ; sinon c'est l'édifice patiemment construit qui va à la ruine.

C'est cet échaffaudage qui d'adversaires irréductibles tant la prédation des uns est antagonique au droit à la vie des autres, par un arsenal idéologique qui se grippe, a fabriqué le miroir aux alouettes des partenaires sociaux.

C'est ce paritarisme qui se fissure, la ligne de fractures traversant de façon horizontale certaines organisations syndicales laissant toutes leurs directions bras dessus - bras dessous avec le pouvoir et le patronat.

L'issue sociale passe par la fin du paritarisme qui alimente pragmatisme et consensus mamelles de l'idéologie dominante.

C'est ce que mesure le Capital. D’où la décision de son bras séculier depuis l'Elysée d'ordonner à Matignon de maintenir contre l'avis de la LDH, d’Amnistie international et des forces démocratiques de notre pays un état d'urgence qui vrille les tympans, tord les libertés au point de voir dans les cortèges l'apparition provocatrice de la police accompagnée de molosse agressif mais libère les forces du capital qui coopèrent avec les états terroristes.

Oui, la colère de Quasimedef est réjouissante. Elle confirme qu'en matière de choix de société rien n'est jamais joué, que le possible est du côté des luttes et que la lutte de classe révèle choix et  issues. Son coup de gueule marque si ce n'est une défaite déjà un basculement sur la défensive.

Surtout ne pas baisser la garde et maintenir l'offensive, faire monter le rapport de force.

Maintenant, Avec un syndicalisme de lutte qui s'affirme pôle derassemblement des salariés , une convergence de catégories sociales qui décident de se mettre debout ; et pas que la nuit, oui c'est une potentielle symphonie pour un nouveau monde qui peut se concrétiser.

Que chaque membre de l'orchestre ne délègue pas à des maestro autoproclamés la programmation du concert. Dans l'histoire comme dans la musique on sait que les plus grands dirigeants sont ceux qui joue avec l'orchestre pas ceux qui le font marcher à la baguette.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article