Petite ballade médiatique dans l’obscénité ordinaire

Publié le 16 Janvier 2016

La semaine où 9 père familles

sont condamnés à de la prison ferme

pour un délit de lutte revendicative.

Petite ballade médiatique dans l’obscénité ordinaire

C'est au JT de France2, ce samedi 16 janvier à midi.

Un magazine d'une demi-heure. Des gens contre qui indiduellement Canaille le Rouge n'a aucune récrimination particulière sont suivis dans leur quotidien d'installateurs d'une hôtellerie de grand luxe.

Un autre monde, plus près du quai des milliardaires d'antibes que de la ZUP d'Argenteuil.

Le sujet n'est pas de ceux qui passionnent La Canaille, pour autant, traité de façon très professionnelle, talentueusement. La canaille a tenté sans succès d'aller au bout. Impossible.

L'obscène, c'est de le présenter cette semaine quand à moins de 200km de là des ouvriers vont être ruinés, voient leur vie et leur famille explosée par les mêmes banquiers qui pour prêter sans risque 1.5 millions d'euro aux hôteliers du reportage vont se repaitre de la mise en faillite des familles des Goodyear blacklistés pour avoir combattu la casse de l'outil industriel et pour sauver leur emploi, moyen de leur subsistance. Condamnés pour des faits qui n'existent que dans la tête du proc de service et de ce LaValls qui donne les ordres depuis son état-major entre deux visites à Juppé.

 

Le sujet réalisé, pourquoi pas envisager de le diffuser ? Pas de censure. Mais était-ce si urgent ? Pourquoi cette semaine alors que l'urgence sociale cogne à toutes les portes ? Pourquoi cette semaine alors que la veille au soir un délinquant, peut-être pas un modèle social, mais un être humain pour qui le fait d'être "arabe" aura aggravé son cas  a été abattu d'une balle dans le dos par un policier a été aquitté par un jury d'assise encouragé par les diatribes du sinistre maquignon de Matignon.

Mieux, ou pire, que toutes les démonstrations, le choix à ce moment là, à cette heure là de présenter ce reportage là, est un marqueur des choix idéologiques d'une direction de rédaction qui s'inscrit comme Figaro durant la Commune d'accompagner les campagnes de répression tout azimut enagée par le pouvoir. 

Sauf que c'est fait avec nos sous et que nous avons le droit de demander des comptes.

Canaille le Rouge ne sait ce que les syndicats de journalistes vont en penser et surtout en dire, mais pour lui, cela renvoit à cette phrase de Desproge à l'encontre d'une feuiille fasciste (que c'est douloureux de dire qu'elle est résonnance avec les choix d'une rédaction du service dit public): "l'essentiel de Sartre en un reportage : Pour le prix d'un journal, vous aurez a à la fois la nausées et (variante 2016) ils ont les mains sales".

Oui, une obscénité médiatique.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #obscénité, #justice, #média

Repost0
Commenter cet article