Curiosité politique

Publié le 6 Décembre 2015

constat du jour.

Curiosité politique

Quiconque aura parcouru les divers réseaux sociaux dans la semaine précédent le premier tour des élections régionales aura pu faire un contat pour le moins interpellant.

Anscence du PS (serait-ce à dire qu'à chaque promesse trahie, à chaque mensonge, à chaque atteinte aux libertés sa base militante se "peaudechagrinerait" ? Même le filoche'rose band semble frappé de mutisme. Serait-ce un acquis du scrutin et une (première?) victoire du mouvement populaire.

Plus préoccupant la montée en puissance dans la mailosphère se bardant de communisme, parmi les "ceusses qui savent ce qui est bon pour le peuple de gôche" cette tendance affirmée à stigmatiser celles et ceux qui ont décidé après moults réflexions de ne pas aller voter. Marquant ainsi le rejet des "combinationes strapontinesques" passées et annoncées tout en manifestant leur refus de sanctionner par un vote pour la droite et son extrême. Une preuve de conscience politique qui fait hurler ceux qui s'autoproclamme dépositaire de la pensée prigressiste...qu'ils ont mis en remorque des trahison socil-démocrate.

Cela tourne parfois à l'injure voir la menace.

Pourtant qui est le plus démocrate et progressiste ? Celle ou celui qui rejette l'état d'urgence ou ceux qui ne le combattent pas voir le soutiennent?

Qui est le plus en phase avec le mouvement populaire celle ou celui qui combat ce pouvoir ou celui qui durant une période après avoir voté ses budegets maintenant accepte des thèmes les plus réactionnaire comme la déchéance de nationalité ?

Qui est en résonnance avec les exigences populaires ? Ceux qui luttent pour les services public ou ceux qui dans les régions ont cogerés l'explosion de la SNCF, ceux qui ne demandent plus la nationalisation des grands services publics en réseau, ceux qui ont accepté les PPP et la privatisation de services et activités entiers dans les hopitaux (restauration, blanchisseries, transports des patients), ceux qui accepte la privatisation des OP-HLM ? La liste n'est pas close.

 

Longtemps (trop), jusqu'en 2002, Canaille le Rouge a cru qu'il était possible de faire une réhabilitation lourde de la maison vermoulue. Le fait pour ses occupants d'accepter de s'aligner derrière les tenants des politiques régressives soit disant pour en lmimiter les excès les a conduit à les cautionner puis les défendre. Voter aussi pour eux revient à laisser croire qu'ils pourraient changer alors que tous montre (et la semaine prochaine va le confirmer) que ce qui fut une dérive maintenant devenu un cap tracé à l'intrieur de l'UE et ses cartes établies par la BCE et la commission européenne, le Capital fisant les amers, le tout validées par le groupe GUE. Cela conduit le mouvement populaire et la société française à la catastrophe. Voter pour eux reviendrait à leur donner quitus.

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #eléctions, #privatisations, #régression

Repost0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 06/12/2015 12:38

Je fais partie de ces "mauvais" citoyens qui n'iront pas , une fois de plus , tendre la perche en votant pour des "boursicoteurs" de promesses jamais tenues , qu'ils soient de droite , de gôôôche , et même ( fait très fortement improbable en France ) , et même s'ils se prétendaient communistes à la sauce Pierre Laurent .
Je vais "voter" en touche ! Avec une retraite qui se tarit de mois en mois , probablement dû au réchauffement climatique , ils peuvent m'attendre pour voter ; mon retard risque de s'éterniser .