Construire la riposte, vite, à partir des exigences sociales.

Publié le 6 Décembre 2015

Le résultats de ce soir

signe la faillite

des hors sols

dit de "gôches"

Construire la riposte, vite, à partir des exigences sociales.

06/12/2015 - 22h30

 

 

Les résultats de ce soir peuvent conduire à deux types de comportements : soit s'arracher les cheveux, se mettre la tête dans un trou et gémir, soit organiser la riposte à la menace affirmée.

Canaille le Rouge fait d'autant plus le choix de la riposte qu'il maintient qu'elle est possible si celle-ci n'est pas éllaborée dans la stratosphère mais bien à partir du vécu concret des travailleuses travailleurs de ce pays et leur famille, des retaités et des interditsde travail par les choix du pouvoir servant le capital.

Ce n'est pas un choc surprenant tant il était annoncé par ceux qui vivent concrêtement au contact de la population. Des mois qu'on leur dit que les gens se détournent des urnes tant ils sont écoeurés. mais dire cela était être défaitiste ou "inculte en politique".

Un électeur sur deux n'a pas été voter. Une partie de l'électorat populaire s'est tournée vers le pire.

Pourquoi?

Si on ne repond pas à cette question, le sursaut démocratique que tous le monde réclame ne peut avoir lieu. Mais ces exigences de sursaut, le contenu social indispensable pour qu'il soit partagé, sommes nous sûr que toute la cohorte des gémisseurs de ce soir y soient prêts ? 

A l'évidence non puisque depuis 20 ans en alternance ils mènent au grès de majorité différentes mais stable du point de vue des interets du patronat les politiques qui ont conduit à ces résultats.

Pour combattre le F-haine faut-il casser les services publics, le code du travail ou faut-ils renforcer les SP, améliorer les conditions d'emplois de travail et de rémunération ? Faut-il laminer le pouvoir d'achat ou permettre au gens de mieux vivre? Faut -il fermer des lits d'hopitaux ou permettre au gens de mieux se soigner ? Nous pouvons reprendre la liste (pour faciliter ce travail, un candidat à la présidentielle, au Bourget, a établi un catalogue de ce qui allait devenir ses reniements).

Pour y voir clair, autant repartir du bon pied : imaginons -- juste une question toute bête -- oui, imaginons que le programme proposé au Bourget (les lecteurs de Canaille le Rouge savent que celui-ci n'a jamais été dupe) mais imaginons quand même que ce programme à ce jour ait été réalisé même "qu'à" 60%. Les électeurs auraient votés pour qui ? A droite? Pour l'extrême droite ? Ceux qui auraient vu leur vie s'améliorer serait-ils restés chez eux ou partis à la pêche ?

Pourquoi les gens se sentent-ils si profondement trahis ? C'est le peuple qui n'est pas bon? Faut-il changer le peuple ou ceux qui retourne leur veste (promesses) dès après les élections ?

La parole tenue aurait-elle interdit la barbarie fasciste ? A cela on ne peux répondre.

Par contre, ce qui est sûr c'est que les conditions liées à la politique extérieure de la France, moins atlantiste et moins en prise avec l'OTAN auraient éloigné(ne disons pas interdit mais éloigné) ces menaces.

Ne pas qualifier les causes entretient le flou.

On ne s'en sortira pas sans faire la clartée : le pouvoir en décidant de servir le capital contre le travail a décidé en conscience de jeter dans les bras de la haine ceux dont il savait, dès 2012, qu'il les décevraient. Mais comme c'est la feuille de route qu'ils avaient reçu du capital via l'UE et sa commission européenne...

La barbarie fasciste a fait le reste en offrant à nos fascistes locaux un boulevard dégagé par la politique de Hollande, Valls, Macron &C° .

De même que Pétain n'est pas arrivée fin juin comme une poussée de girolle ; le f-haine, cette vérole, parvient à s'incruster qu'à partir d'un terrain qui lui a été si bien préparé.

Nous avons à faire à des munichois et la peste embusquée vient récolter ce que les munichois sèment.

Certains cherchent désespérément des explications voire des issues dans des combinanisons politiciennes du style "après le 13 novembre , il fallait reporter le scrutin". Cela revient à refuser de prendre la température de peur d'y voir la fièvre, pas de combattre l'infection qui la cause.

Or, l'issue, c'est de combattre l'infection.

La purulence du F-haine, c'est d'abord la réalité du capitalisme qui produit ces pustules. Il faut laver les plaies, désinfecter et simultanément supprimer la cause de l'infection.

Marx, et tout comme Jaurès à sa façon dont ici nombre se réclament, proposent des pistes que le PS devenu social-solférinocrate a décidées de faire oublier, que le P"c"F pour coller à la roue du PS a définitivement remisées.  Tout est là. les 40% de la haine s'explique d'abord par cela.

Tout ? Enfin pas tout à fait : s'il existaient en france une organisation politique construite par ceux qui ont besoin de s'affanchr du capital et de ses lois économiques, sociales, une force politique militante ancrée dans la réalité de la vie, agissant sur les lieux de travail et dans les cités pour rassembler autour de solutions ellaborées par ceux qui ont besoin de construire leur issue, il serait bien plus facile de casser ce rapport social d'exploitation qui se nomme capitalisme et dont la droite, la social-démocratie, comme la peste brune marine sont les têtes d'un hydre à éliminer.

 

Canaille le Rouge

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #élections, #politique, #traumatisme, #responsabilités

Repost0
Commenter cet article

Aline 07/12/2015 11:29

Combattre l'infection ne suffira pas, depuis une cinquantaine d'années le FN tisse sa toile auprès des maires de France, auprès des nécessiteux cassés par les aléas de la vie (chômage.....) via des associations d'aide et autres, auprès des petits rentiers, des nantis...en leur insufflant la PEUR, de l'autre, des "différents", de la paupérisation, des impôts, de ci de ça, de TOUT. Je ne sais si cet électorat réalise qu'il chasse les chiens pour faire entrer le loup dans la bergerie, que le pire sera à venir. A qui en voudrais-je le plus ? à ce jeune en attente d'avenir, à cet adulte qui espère pouvoir travailler pour finir d'élever sa famille, à ce petit artisan qui jongle avec des heures, de travail ou d'inactivité et croule sous la paprasserie, au petit rentier qui vit reclus sous le soleil, au fonctionnaire qui défend les valeurs bleu-blanc-rouge, à ceux-là et aux autres qui croient au père-noël en votant FN - Sans doute mais pas que!! - Que dire des autres, gauche et droite, qui connaissaient le péril et ont entretenu la bête pour l'utiliser à leur convenance. Regardez Sarko par l'odeur allégée comme tout bon charognard nous revient au galop et nous la joue "présidentielle". Et nos H.S. si arrogants et suffisants ces derniers temps se sont effacés des écrans, motus, même les fameux dissidents . Les médias ont chaud et courbe déjà l'échine devant le FN (grâce a qui leurs audiences faisaient du scoop du papa, à fifille, à la petite). Et horreur, le sourire carnassier de Barthelome qui après avoir croqué du coco attend son bulletin, la peste, le choléra ou le typhus voila où m'a conduit ce gouvernement PS pour avoir fait une politique droitière. Et il n'a même pas la décence de s'en excuser. Aline

jean-marie Défossé 07/12/2015 09:54

En rapport à ton dernier paragraphe sur "une force politique militante ancrée dans la réalité de la vie , agissant sur les lieux de travail et dans les cités ..." , je pense que les anciens détenaient le bon choix avec les comités de quartiers et les comités dans les entreprises , lesquelles organisations locales avaient largement prouvé leur efficacité en France , mais aussi et encore ailleurs .
La renaissance de ces comités de quartiers éviteraient déjà l'isolement des laissés-pour-compte de notre pays et favoriseraient la solidarité et le militantisme au lieu de jeter ceux-ci dans les bras du FN par désespoir .
Aucun être humain ne peut accepter d'être DEVALORISE sans avoir une légitime réaction , laquelle bien souvent (et le présent nous le prouve) , n'est pas toujours la bonne solution à ses propres problèmes ; problèmes pourtant très souvent similaires à bien d'autres laissés-pour-compte .
Dans une société comme la nôtre où l'argent est devenu le coeur de celle-ci , pour ensuite au fil du temps passé , incarner malheureusement chez chacun de nous un critère de référence , il nous faut replacer LE PEUPLE AU CENTRE de la communauté économique française . Une théorie et une méthodologie fondamentales de l'économie politique d'ailleurs prônées par Karl Marx . Concept réactualisé récemment en Chine par le Président chinois Xi Jinping .
A l'inverse de la politique suivie en France et en Occident , la Chine met l'accent sur la nécessité pour le peuple de consolider et de développer le SECTEUR PUBLIC tout en soutenant le secteur privé.
Mais le développement de la philosophie marxiste n'est apparemment pas le "cheval de bataille" de nos dirigeants de la gôôôche "va-t-en guerre" , pas plus que de nos futurs dirigeants des différentes droites françaises , tout autant bellicistes !

le 07/12/2015 08:54

je n'ai pas pu mettre en lien ton article avec le mien... Alors, je le reposte.