Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand le temps de la peine citoyenne est chevauché par celui des fauteurs de guerre

Ce que porte

l'opération

congrès de Versailles.

Quand le temps de la peine citoyenne est chevauché par celui des fauteurs de guerre

"le toit fuit, les fenêtres sont vermoulues ? 

Je repeins la façade, mais surtout, j'installe des serrures"

(Fr. Hollande,Versailles, 16 novembre 2015)

Alors qu'au nom du combat contre les terroristes, usant du droit régalien de "chef des armées" (cela sans convoquer le parlement qui doit l'y autoriser) le Président de la République va bombarder un pays souverain (va-t-il aussi aller bombarder Molenbeek ?) celui ci organise à Versailles ; quel symbole!) le deuxième temps de la mise en place de l'union sacrée.

Applaudit debout et à tout rompre par la droite, il annonce l'adoption par l'axe St Honoré-Solférino des mesures du programme de la droite que Matignon aura mandat à l'intérieur du cadre de l'état d'urgence de mettre en oeuvre.

Un état d'urgence qui limitant les droits démocratiques dont celui de riposte aux agressions patronales laisse les mains libres aux employeurs publics et privés pour réprimer ici et s'affranchir de toutes contraintes là, la riposte étant muselée. A qui profite le crime.

 

Alors que la totalité de la représentation nationale était rassemblée il aurait été possible à quiconque a pour but de châtier les coupables des attentas et leurs complices de montrer combien les pratiques sous le mandat précédent a libéré l'espace aux tueurs voire a établi des complicités intéressées de Tripoli à Ryiad ou Ankara avec leurs financeurs et pourvoyeurs en armements. Hollande a préféré se taire.

S'il ne l'a pas fait, ce n'est pas seulement pour protéger son ministre des affaires étrangères (lequel a de façon curieuse hérité de la maitrise institutionelle du commerce international...donc celui des armes) mais parce qu'il participe à la mise en oeuvre d'une stratégie de recomposition géopolitique dans les ex-empires coloniaux. Cette stratégie concommitante à la réorganisation des territoire dans l'UE  de l'Affrique à l'Hymalaya sème misère, guerres et fait le lit des réactions intégriste lesquelles permettent ainsi de canaliser et dévoyer les colères des peuples.

C'est cela l'impérialisme de 2015.

Comme à la charnière du 19e et du 20 e siècle jusqu'à la tuerie de 14-18, comme cela sera son fait dans le milieu du 20e siecle avec les guerres coloniales contre l'exigence d'émancipation des peuples, il y aura des Radicaux et la SFIO d'hier au PS d'aujourd'hui une majorité qui mettra en oeuvre la collaboration avec la réaction et une minorité qui au nom de l'union sacrée (sauf rare individuualité à saluer) qui se taiera.

Aujourd'hui, au nom du respect dû aux victimes (elles y ont droit, mais qui s'affranchit de la dignité ?) il nous est intimé de suivre ou de nous taire.

Nous devrions laisser éructer la haine, vosciférer ceux qui veulent couvrir la haine dans ce choeur à deux voix synchronisées.

Nous devrions laisser le patronat qui dans ses déclarations tire la couverture à lui en mettant sur un même plan les salauds du 13 novembre et les luttes sociales sous le vocable de "toutes les violences". 

Pas question.

Ce qui est terrible, au sens initiale du mot c'est que la sidération frappe plus ceux qui devrait organiser la riposte que ceux qui ont subi le crime. Crise de direction, abscence deresponsable.

Pas de rassemblement ni d'initiative de quelque nature que cela soit autre que de se raccrocher à celles dignes, fortes, spontanée de la population de notre pays qui fait preuve d'une immense dignité et affronte les tueurs en passant par dessus l'état d'urgence.

Ici ou là, des déclarations justes, fortes, de personalités dont certaines connues pour des engagements politiques partagés peu ou prou par l'auteur de ces lignes.

Mais quels appels à se retouver dans des meetings dans les entreprises par le syndicat du combat contre le fascisme. Juste un appel commun de sigles qui fait plus union sacrée que combat contre les causes du crime et l'appel au monde du travail à isoler et battre les criminels

Quelles initiative autres qu'institutionelles du parti qui su appeler à manifester contre les guerre coloniale et y laissera des morts dont ceux, ainés des morts d'aujourd'hui, au métro Charonne ? 

La barbarie fasciste peut se déployer d'autant plus que le terrain de la riposte reste désert. La qualité de l'intervention institutionnelle (justice -et la police à laisser sous son contrôle -  l'armée -dans quelles condition?) ne sera efficace que dès lors que le peuple ne laissera pas sans contrôle pour les contenir voire les combattre ceux qui sont poussés à la restriction des libertés.

L'annonce de la révision constitutionnelle alors que les dispositifs légaux normalement utilisé suffisent, montre le fond de la pensée réactionnaire présente en masse à Versailles.

Un cadre institutionel qui a battu les factieux de l'OAS implantés en France et dans l'empire colonial d'alors, disposant d'une logistique interne et extérieure intégrée jusqu'au plus haut niveau des institutions, ce cadre ne serait plus efficace ?

Il faudrait - état d'urgence qui ne fige pas le calendrier de la casse des garanties sociales - d'autres dispositions liberticide ? Contre qui ?

Voir à qui profite le crime peut éclairer pourquoi il n'est pas combattu comme il devrait l'être. Disons le cruement les tueurs de novembre vont offrir un effet d'aubaine du côté de Matignon.

En jouant de façon indécente sur la douleur, les droites de la majorité et des opppositions obligent à poser ces questions alors que l'heure devrait être et n'être qu'à la traque des fascistes barbares et à la solidarité avec leurs victimes.

Quand il faudra solder les comptes, cette journée du 16 novembre devra ne pas être oubliée. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article