Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le coup d'état permanent (suite), ses acteurs,

et leurs alliés.

Le coup d'état permanent (suite), ses acteurs,

Trouvé dans la presse (ce n'est pas passé chez Pujadas...ni chez les autres) : 

http://www.numerama.com/politique/131856-manuel-valls-demande-a-ne-pas-saisir-le-conseil-constitutionnel-sur-letat-durgence.html

 

"Séquence incroyable au Sénat. Et inacceptable pour le juriste démocrate, voire pour le démocrate tout court. Très calmement, alors que les sénateurs discutaient ce vendredi après-midi du projet de loi prorogeant l’état d’urgence, le premier ministre a demandé aux parlementaires de ne pas saisir le Conseil constitutionnel. Il craint que la loi ne soit pas conforme au texte fondamental de la Cinquième République."

 

Les lois d'exception, de la SFIO à la solférinocratie, le PS en connait un rayon.

Pour mesurer le volumes des entorses relevées dans avant ratification, c'est Valls lui même qui dit aux sénateurs: 

 

"Si le Conseil répondait que la loi révisée est inconstitutionnelle sur un certain nombre de points, cela peut faire tomber 786 perquisitions et 150 assignations à résidence déjà faites »."

 

En vertu de quoi, avisés, 8 sénateurs du groupe CRC, en toute connaissance de cause ont voté pour, aucun dans le groupe  ne c'est élevé contre cette forfaiture en votant contre (11 abstentions).

Voila qui amplifie, éclaire et installe dans faux-fuyant la position du P"c"F.

"L’objectif du gouvernement est  que la conformité du texte à la Constitution ne soit pas vérifiée sur le fond, « même si je sais qu’il y aura toujours la possibilité d’une QPC », a expliqué Manul Valls. Les QPC permettent effectivement de saisir le Conseil pour qu’il vérifie la conformité d’une disposition mise en œuvre dans une procédure administrative ou judiciaire."

Aucun parlementaire du groupe CRC ne veut entraver l'action liberticide du gouvernement

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jean-marie Défossé 23/11/2015 19:22

Ne nous attendons pas à la moindre inflexion sur la politique-muselière de notre 1er Valseur ; bien au contraire !
Il n'y a que le peuple français qui peut lui imposer un sérieux garde-fou ... à condition que ce premier sorte de sa léthargie !
Selon les sondages , ce n'est pas pour demain ; car plus le 1er Valseur serre le garrot sur les libertés, plus les français lui prêtent de bonus de satisfaction .
Un paradoxe qui m'échappe !