Après les crimes des barbares fascistes du 13 novembre et ses suites La paille et la poutre,

Publié le 22 Novembre 2015

Allumons les projecteurs

pour éclairer la scène de crime

Après les crimes des barbares fascistes du 13 novembre et ses suites  La paille et la poutre,

Une empreinte parfaitement identifiable.

Alors que tout conduit là à y tendre, comment ne pas se laisser entraîner dans une spirale redoutable qui interdirait de garder le discernement nécessaire.

13 novembre 2015, vers 23h00, un message qui s’incruste sur l’écran de l’ordi “ Alerte attentat à Paris ” . C’est quoi ça encore ?
23h30 le bruit des sirènes qui peu à peu rebondis sur les façades à ampli l’espace parisien, amplifié ici par la proximité avec le centre hospitalier Pitié Salpé . Un bruit qui tourne à l’intensité de celui des hélicos dans “ apocalypse now ” ; cela n’aide pas à la réflexion sereine.
1h00 du matin le 14, le “ paysage ” commence à se dessiner et montent alors – adrénalines, rages et réflexes de peur mélangés – toutes les réactions spontanées, d’aucuns diraient “ primaires ” où la colère se mêle à la crainte pour les autres (étant soit même hors champ des lieux des faits et renseigné sur où sont ses proches) se bousculent.
Surtout ne pas mettre BFM ; c’est pourtant tentant.
Ne pas sombrer à l’info en boucle faisant intox tout en cherchant à savoir. Dans le genre, les chaînes du Service Public ont une fois de plus tiré leur épingle du jeu ; enfin disons qu’elles “ auront été moins pires”.
Surtout, ne pas se laisser “ onzeseptembriser ” l’esprit par le pouvoir hypnotiseur des images claquant comme boules de flippers pour marquer des points sur les consciences, gare au Tilt !
Ne pas leur laisser d’espace de cerveau disponible et donc, se servir du sien.
Brisés ? nous le serons. Comme tous, devant les premiers chiffres des morts, incroyables, celui qui frappe ici ses touches le sera. Ce sinistre remake d’un Oradour en plein Paris permet immédiatement de qualifier : barbarie fasciste. Les deux termes ont du sens. Si le premier ne pose pas problème, d’entrée le second va être sujet à débat. Il est à maintenir et la suite montrera combien il est pertinent.
Puis au travers des explications qui tentent d’accompagner la colère et la tristesse, l’effroi, la machine idéologique dominante se met en route. D’une part urgence pour les dominants de qualifier les criminels, dès le départ les cantonner dans une exclusive dimension religieuse ethno-ciblée, faisant appel à tous les clichés tels que codifiés depuis Hergé dans le “ crabe au pinces d’or “ la littérature enfantine ou scolaire d’avant les deux guerres, sous Pétain ou après jusqu’aux années 60 . Ressasser leurs poncifs sur l ”a mission civilisatrice de l’occident ” (la poutre du titre pointe sont nez). D’autre part quadriller ce même terrain idéologique pour donner les causes mais formatées pour détourner des questions de fond et faire que le débat se déroule dans un champ clos qui va permettre la mise en place ultérieure (maintenant, nous y sommes) des mesures administrativo-policières au nom de la protection de ce qui est porté comme étant la cause de l’agression.
Fautes de temps, pas question d’explorer depuis les tours de table médiatiques des plateaux TV l’espace des connexions impérialistes entre “ DAESH-EI ” et ses pourvoyeurs d’armes, de fonds, de soutiens, ni ses pétro-clients ni les acheteurs du marché des antiquités et la nature social de ces scandaleux “ clients ” (parmi les pièces que les douanes et la police, c’est certain, saisiront un jour sur le sol français, ce ne sera pas au Val Fourré ou aux Tarterets qu’on les trouvera sur une cheminée empire ; on n’achète pas des statues assyriennes aux Francs-Moisins ou dans les HBM des boulevards des Maréchaux).
Fautes de temps et de place, mais cela est traité par ailleurs par de nombreux indignés, on ne traitera pas de l’obscénité d’un Fabius qui contre toutes évidences persiste à maintenir que l’Arabie saoudite ou les émirats ne soutiennent pas à bout de bras, de capitaux et de livraisons d’armes et l’appui logistique cet “ EI-DAESH ”.
La phrase du juge Trévidic, comme une gifle magistrale à Valls et ses quarante menteurs ponctue cette réalité : “ Nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table” . Fabius et Hollande ont reconnu soutenir un Al Qaïda “ modéré ” (sic) en Syrie quand “ Al Nosra ”, branche africaine subsaharienne d’Al Qaïda fait régner la même terreur qu’à Paris dans les rues de Bamako.
Donc, volonté ici de se concentrer pour dénoncer une idée qui participe à l’enfumage ambiant. Ce qui piloterait les instigateurs des crimes serait le rejet d’un “ modèle socio-culturel français issue des Lumières de la Révolution et des traditions démocratiques de la France ”.
Notons de suite que la solution imposée par nos hors-sols pour protéger ce “ modèle ”, pour ces édiles composant une nouvelle “ nouvelle droite “ au regard des critères de ce qui fonda la gauche (tout ceux qui – drapés de tricolore, ânonnant une Marseillaise composée et portée par ceux de 1793 dont il piétinent aujourd’hui les valeurs – ont voté la prolongation de l’état d’urgence et le durcissement de son contenu) revient à éteindre les Lumières, et – tradition de la réaction – à s’asseoir sur la démocratie, d’en appeler à des sursauts communautaristes contraire à l’esprit de la Révolution… Avis à ceux qui votant l’état d’urgence s’autoproclament héritiers de Jaurès sans jamais avoir ouvert le tome premier de sa Grande Histoire de la Révolution française, ils viennent d’y prendre place.

Ce qui est présenté comme la cause de la haine qui serait instillée via le petit livre vert serait-il l’unique objet de ce ressentiment ? Qu’il soit utilisé par des Goebbels du coran est indéniable. Mais c’est aussi crétin, façon Déroulède ou Barres, de ne circonscrire la question qu’à ceux-là, que de ramener l’Allemagne qu’à un Goebbels (qui fut en son temps comme Maurras émir-pasteur-inquisiteur du capital allemand...ou (et) français – voir les travaux d’Annie Lacroix-Riz sur la collaboration économico-industrielle) et d’oublier Goethe Schiller Brahms Bethoveen, ou Marx, Lassale, Rosa Luxemburg ou Engels.

Oui, à la marge, ce sentiment réactionnaire théocratique sur les plus fanatisés peut avoir et a un espace pertinent, le même que chez ces pasteurs intégristes anglo-saxon qui mènent la croisade anti IVG, ou celui qui fait que dans toutes les paroisses de France et de Navarre, sous couvertures des évêchés “ on ” affrète des cars et des trains (avec tarifs de complaisance par la SNCF) pour aller défiler pour toujours lutter contre l’IVG, la contraception, contre l’école publique, mais aussi appeler à “ casser du pédé ou de la gouine “ (sic) et permettre aux bras séculier du f-haine et ses cousins (dont la LDJ ce samedi) de passer à l’acte grâce à ce soutien régulier.

Toute pratique étant pratique d’une théorie les premiers fers d’ancrages de la caractérisation fasciste sont là.

Nous venons de voir la paille qui dans l’œil peut certes être douloureuse, mais si nous jetions l’œil resté valide du côté de la poutre ?

Une question qui peine et pour cause à se frayer un chemin n’est jamais posée par les souffleurs des trompettes de Jéricho tant ils ont peur que cela fasse tomber les murs masquant le réel : qui sont les recruteurs ?qui visent-ils ? Et sur quoi est né ce terrain supposé favorable pour ce prosélytisme brun.

Et là, il va falloir s’accrocher parce que là, ça va tanguer.

Pour éclairer le propos, un petit retour en France, en 1870. La guerre franco prussienne voulu par “ napo number three ” va conduire à une défaite militaire et politique permettant l’annexion de l’Alsace et la Lorraine par la Prusse bismarkienne. Pendant 50 années , trois générations, la France n’aura que le mot de revanche à la bouche cela produira ses Déroulède’ boys & Cie.

Depuis 1830, la France et l’Angleterre n’ont eu de cesse par la force, la violence génocidaire (les premiers gazages de masse de Bugeaud) d’asservir et de piller les peuples de l’Atlantique au Brahmapoutre (l’Espagne et le Portugal se réservant l’Amérique latine) de se servir de leurs fils comme chair à canon pour agrandir l’empire ou (et) s’en servir pour régler leur conflit inter-impérialistes, de dénier les mêmes droits aux anciens combattants de leurs guerres selon le lieu et la “ communauté ” de naissance (l’Algérie et ses “ français ” chimiquement purs d’un côté et français musulmans ” de l’autre ), de limiter l’accès au savoir qu’à ce qui est nécessaire au colon pour coordonner et réaliser le pillage, puis contraint de battre en retraite pas les luttes de libération d’importer de la chair à produire “ stalaguisée ” puis “ ZUPisée ” pour reconstruire l’économie (en fait, les profits des fauteurs de guerre), d’interdire aux familles de vivre ensemble, leur dénier la citoyenneté, ensuite les rejeter comme kleenex dès lors que les conditions de leur exploitation les rends moins compétitifs. Cela dure depuis deux siècles. Et on voudrait que cela ne laisse pas de traces ? A passer en profit et pertes ? L’effondrement des repères émancipateurs liés au combat du capital pour combattre et effacer l’expérience socialiste de 1917 faisant le reste (avec la complicité des ravageurs d’espoir dans le camp socialiste) à ouvert l’espace à toutes les récupérations sur des bases confessionalo-fasciste.

On nous annonce à grand coup de manchettes ou d’entrée de JT : “ Charles D Gaulle part en Syrie ” ! Non, il ne part pas , il repart : celui qui a donné son son nom à ce “ Notre dame des landes ” flottant y a débarqué en 1929 pour prendre la tête des 2e et 3e bureau du renseignement de l’armée du levant. En mai 1945, pour réprimer le mouvement indépendantiste, de Gaulle envoie des troupes et donne l'ordre à l'aviation française de bombarder Damas le 29 mai (notez la date) . Au risque de contrarier Fabius, il n’a rien inventé, il ne fait que continuer la stratégie de l’impérialisme français. Depuis 1830, de Casablanca à Damas, les bombes françaises tombent sur les peuples, les sabres français les ont mutilés, les balles françaises les ont fauchés . En 1956 (gouvernement Guy Mollet, Mitterrand dans les coursives, antichambres ou porteur de maroquin) pour lutter contre les mouvements de libération nationale en particulier contre l’Egypte de Nasser la France et la Grande-Bretagne travaillent à construire autour de la bourgeoisie compradore intégriste religieuse l’organisation qui va essaimer jusqu’à aujourd’hui : “ les Frères Musulmans. ” Voilà pour l’histoire.

Maintenant, l’environnement géographique :

Personne qui ne fait remarquer combien les citées stigmatisées depuis huit jours sont si proche des lieux de dévastations industrielles où le capital en pleine expansion avait stocké de la force de travail avant d’aller surexploiter sous d’autres cieux mieux politiquement encadrés (Maroc, Bengaldesh, Balkans, Chine etc) Le point commun entre St Denis et Molenbeek ce n’est pas une population prête à abriter des barbares, c’est que le lieux est devenus précaire et donc plus physiquement “ urbanistiquement “ perméables (sans besoin d’appuis locaux ) par le délitement de la cohésion sociale liée aux stratégies du patronat et accompagnée par les pouvoirs. Molenbeek Aulnay, Clichy, Val Fouré St Denis, c’est Renault Villevoord, PSA Poissy ,Citroen Aulnay etc. Que le commando de St Denis se soit planqué grace à un machand de sommeil éclaire aussi l'environement socio politique des causes.

Notons immédiatement et affirmons le avec force, c’est remarquable, d’après les forces de police aucun des incriminés dans les attentats n’a de lien direct ou indirect avec les personnels de ces sites et cités ouvrières, ce qui tenterait à prouver que la classe ouvrière et ses solidarités et liens internes sont un barrage assez efficace pour l’instant (éclairant la nature de classe de la question) mais que ce délitement spatial des cités (responsabilité des politiques de la ville depuis un demi-siècle) créé ces zones de perméabilité où des rabatteurs et racoleurs qui se recrutent dans des espaces socioculturels le plus souvent plus favorisés cherchent à faire abcès, sans grand succès semble-t-il.

Financement sous-jacent par les fers de lance de l’impérialisme, refus de les combattre voir protection des bailleurs par les “ démocraties occidentales ”. Stigmatisation sur base ségrégative des présentés comme cause pour alimenter les replis sectaires et communautaristes, voisinage accepté avec les sanctuaires de l'idéologie obscurantiste, sexiste, raciste, promouvant esclavagisme d 'état. Un ordre totalitaire protégé par des alliés appelés grandes puissances dites du monde libre. Voila la cause profonde.

Nous ne sommes pas en guerre, nous sommes plongés dans une guerre voulue par le capital pour dépasser ses contradictions, pour remodeler à son profit la géopolitique de la planéte à partir de l’effondrement des rapports de force antérieurs.

Cela ne veut surtout pas dire excuser quoique ce soit bien au contraire. Le fascisme et ceux qui fantassins ou généraux agissent pour lui sont à combattre, sans faiblesseet sans concession. Mais pour être gagné, ce combat exige de bien mesurer qui sont les bénéficiaires qui créent, allument, attisent les conflits et engrangent les dividendes permis par l’essaimage de la haine, l’horreur, le sang, la mort.

 

 

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #attentats, #démocratie, #politique, #terrorisme, #histoire, #géopolitique

Repost0
Commenter cet article

RBOBA 23/11/2015 18:36

Il est à noter, et ce n'est pas innocent, que Hollande envisage de rétablir le Service National y compris pour les filles. Il est observer également le nombre grandissant d'affiches dans le métro, sur les quais des différents RER, pour l'Armée, représentée comme une "grande famille". Les jeux vidéos (que les parents achètent faut-il le rappeler) servent sans avoir l'air d'y toucher, cette "grande cause" de "lutte contre l'ennemi", les massacres y sont virtuels mais sont un excellent entraînement, voire une excellente initiation pour les apprentis-tueurs et je regrette hélas, l'acquiescement des femmes/mères dans leur grande majorité pour ces jeux infâmes. Il suffit de se rappeler aussi les pancartes que brandissaient certaines femmes lors des toutes premières manifs contre la Guerre dite du Golfe, en 1990, après ce blocus et non embargo immonde qui avait déjà fait périr plus de 500 000 enfants Irakiens bien avant les bombardements, ces pancartes qui disaient : "On ne veut pas que le sang de nos fils coule" (sic) et celui des autres alors ? Aucune importance ! Serait-ce du "sang impur"? Oui, je suis d'accord avec Jean-Marie, il faut croire que les femmes/mères françaises sont tellement "américanisées" qu'elles ne pleurent que quand le corps de leur chère "tête blonde" leur revient entre quatre planches. Le reste du temps, elles doivent sans doute penser comme les premières (les femmes/mères américaines) que leur fils "fait du bon boulot". Phrase qui est entrée dans le lexique des politicards français qui nous dirigent et notamment de Fabius 1er le Somnolent : "Al Nosra fait du bon boulot en Syrie".Ces "pt'tits gars sont venus lui démontrer qu'ils pouvaient en faire de même en France". Ne pas se tromper sur la véritable nature de l'intervention de la France en Syrie, elle cherche à exploiter le même amendement qui a permis une intervention, avec toutes les conséquences que nous connaissons aujourd'hui, en Lybie.

jean-marie Défossé 23/11/2015 14:58

En rapport avec mon message précédent , je veux ici rattraper une injustice à l'égard d'Aline , laquelle intervient très souvent et de manière pertinente sur le déroulement des événements politiques de ce pays .
Souhaitons que par son exemple , elle fasse de nombreuses émules .
Bisous à celle-ci

jean-marie Défossé 23/11/2015 07:39

Je reprends une des nombreuses vérités énoncées ci-dessus : ..."nous sommes plongés dans une guerre voulue par le capital "...
Le plus désolant , le plus frustrant , le plus contre-productif pour éradiquer ce MAL générateur de drames qui nous est imposé par le Grand Capital , c'est de voir le haut degré de crédulité entretenu et qui fait de notre peuple un troupeau de moutons grégaires bien docile à souhait au point de s'agglutiner en chantant la Marseillaise devant les portes de l'abattoir .
Ce pays redevient fou et ses jeunes délaissent l'intelligence et le bon sens pour aller s'enrôler au plus vite dans un système militaire et guerrier producteur de guerres INJUSTES et qui fera du gars d'en face et au bon vouloir de nos décideurs ... l'ennemi n°1 à abattre par tous les moyens .
Que dire encore sinon que la moitié de notre planète est composée par la gente féminine . Celle qui DONNE LA VIE et devant laquelle il devient de plus en plus difficile de la glorifier et de l'honorer ... dans l'état actuel des événements et du SILENCE assourdissant de celle-ci à lutter CONTRE LES GUERRES . A lutter également contre la tendance innée de leur homme , plus globalement de la gente masculine , tendance innée au bellicisme .Que dire sinon que ces femmes se cantonnent et s'acheminent d'elles-mêmes au simple rôle dans notre société occidentale de poules-pondeuse ou de matrones des fourneaux .
Il est vrai qu'une possibilité supplémentaire leur est offerte ... de faire AUSSI MAL QUE LES HOMMES , en s'enrôlant à leur tour dans l'engrenage piégeur de la pseudo-défense de la Patrie ; Patrie que les oligarchies savent si pertinemment et si volontairement fragiliser afin de réveiller l'âme guerrière (et malfaisante) cachée dans chacun(e) de nous .
Que dire enfin de ces militaires , de ces forces de gendarmerie et de police qu'un système on ne peut plus AMORAL pousse aux multiples dérives du travail de MERCENAIRE contre (entre autres) ses propres contemporains ?

RBOBA 22/11/2015 21:20

Excellent, je fais passer.