Nouvelle ministre ou rebsawomen

Publié le 2 Septembre 2015

Le profil laisse dubitatif

voir peu convainquant :

Nouvelle ministre ou rebsawomen

Après un poseur de mines antisociales, l'amirauté élyséenne confie la barre du chômage à une corsaire du PS qui a fait toutes ses classes dans les coursives des batiments de l'escadre rose.

Auparavant, après avoir été voir du coté de Bartolone puis de Delanoé, elle s’était fait connaître à la mairie de Paris au coté de la copine du roi d'Espagne, où elle était chargée des questions de sécurité. Branchée sur les question de vidéo surveillance elle pourra sécuriser les centres commerciaux lors de leurs ouvertures nocturnes ou (et) dominicales.

En revanche, le droit du travail n’a jamais fait partie de ses spécialités, ce qui la rapproche du profil de François Rebsamen, qui sur cet aspect, à voir la xchasse aux syndicaliste dont les élus du pesonel n’aura pas marqué  le poste d'une empreinte progressiste.

C'est ce que dit la presse pourtant peu critique avec Valls et son subrogé tuteur Elyséen.

 

 

Après un Rebsamen honni, nous héritons d'une rebsawomen du Valls'band. La nouvelle ministre quittant la politique des crises urbaines pour rejoindre celui du chômage va-t-elle installer des portiques "anti terroriste" aux portes des échopes de pôle emplois ?

La presse semble le confirmer, comme pour l'éducation nationale, c'est la com qui compte pas le fond : "c’est davantage son aptitude à la communication qui semble avoir primé dans le choix de l’exécutif" nous dit Le Monde.

Comme titre Libé, c'est "l'effet casting"

En attendant, selon la presse et les responsables de l'agit'prop de l'Elysée, elle va être chargée de mettre en musique  des conclusions du rapport Combrexelle sur une évolution du droit du travail, qui devrait être remis au premier ministre à la fin de septembre.

Nous faisons cap vers un social triangle des bermudes. Pas certains qu'avec une lettre de course comme celle là la nouvelle corsaire de Valls va pouvoir tranquillement croiser aux larges des eccueils de la colère populaire.

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #gouvernement, #emplois, #syndicats

Repost0
Commenter cet article