La solidarité, l'humanité, un réflexe de classe

Publié le 16 Septembre 2015

 

On attend des villes

à casino, palaces, golfs

et autres hippodromes

qu'elles montrent comment

elle relèvent le défis.

La balle est maintenant

dans leur camp

et celui du gouvernement

La solidarité, l'humanité, un réflexe de classe

Il y a ceux qui disent, ceux qui causent, ceux qui glosent.

Il y a ceux qui fuient, tournent la tête.

Ceux qui scrutent l'horizon pour ne pas voir à leurs pieds.

Ceux qui oublient qu'ils viennent de quelquepart parfois sans savoir, voire vouloir le nommer.

Tout comme il y a les nouveaux SARL : "solidaires à responsabilité limitée".

Il y a ceux qui éructent la haine et montent dans le train du f-haine.

Et puis il y a ceux qui agissent. Simplement parce qu'il faut agir et ne réfléchir qu'à ce qui peut être efficace.

Fierté du cheminot cégétiste Canaille le Rouge d'être du camp de ceux qui concrètement montrent ce qu'est le sens et l'engagement humanitaire :

L'ANCAV-TT, héritière et successeur de Tourisme et Travail  associations où la CGT à toujours été d'un apport décisif, avec les associations de tourisme social prend une initiative majeure de solidarité .

Que vont faire Valls et son gouvernement ? Quels moyens pour accompagner cette proposition pour qu'elle devienne réalité ?

Voici son appel :

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La solidarité, notre raison d'être

Déclaration commune: Quand des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuient leur pays et prennent le chemin de l’exil, pouvons-nous rester indifférents ?

Chassés par la guerre, la misère, la pauvreté dont nos gouvernements portent une lourde responsabilité, par leurs interventions militaires, l’exploitation des richesses naturelles avec des conséquences dramatiques pour l’environnement, nous ne pouvons rester passifs.

La CGT, c’est d’abord la solidarité, solidarité entre salariés, solidarité avec tous les peuples de la planète, pour ensemble construire un monde meilleur. La solidarité, c’est le respect de l’autre, c’est l’acceptation de sa différence, c’est le vivre ensemble dans la paix et la fraternité.

Fortes de ces valeurs, la CGT et l’ANCAV-TT, son pôle de Tourisme Social, les CE de la RATP, d’Air France, le CCE cheminots, la CCAS des industries électriques et gazières en appellent à l’accueil de ces populations. Accueil dans la dignité, dans le respect de tous leurs droits.

Nous nous engageons à agir avec la majorité des associations du Tourisme Social et Solidaire pour ouvrir, de façon transitoire, les villages de vacances à ces réfugiés.

Nous appelons le gouvernement à prendre ses responsabilités pour que cet accueil se fasse dans les meilleures conditions possibles, en se donnant les moyens afin que ces réfugiés puissent vivre dignement sur notre territoire.

Nous en appelons à toutes les organisations de la CGT, pour qu’elles traduisent cette solidarité en acte concret sur tous les territoires.

Mettre à disposition, dans la mesure du possible, les villages de vacances de notre pôle, copropriété des CE, COS CASC, pour qu’ils participent pleinement à cette démarche.

Nous continuerons à agir pour que soient trouvées des solutions politiques, économiques et sociales dans tous les pays concernés. Nous agirons afin que soient trouvées, en urgence, des solutions concrètes au sein de notre pôle avec nos partenaires (TOURISTRA, ULVF, TLC…) et au sein de l’UNAT (Union Nationale des Associations de Tourisme) avec la majorité des associations de Tourisme Social et Solidaire.

C’est par la solidarité qu’est née la CGT, après 120 ans d’existence, elle continue à porter toutes ces valeurs qui ont fait son Histoire.

Nous appelons tous les syndiqués, les militants, les acteurs de l’économie sociale et solidaire à répondre à cet appel, ils démontreront par leur engagement que chez nous, l’individualisme, l’égoïsme et le repli sur soi n’ont pas cours.

Oui solidaires parce que CGT !

15/09/2015

Roger Colombier qui a relayé cet appel avant la Canaille de préciser : Vous connaissez la CGT, mais peut-être moins bien ANCAV Tourisme et Travail. En lien, pour tout savoir sur cette association solidaire et démocratique.

Qui sommes nous ? :: L'association Ancavtt

Une association régie par la loi du 1er juillet 1901 " Association Nationale de Coordination des Activités de Vacances des Comités d'Entreprise, Associations de Tourisme Social et autres ...

http://www.ancavtt.asso.fr/ancav-tt/

P-S : cette info est tombée dans les agences de presse le 15 septembre. Depuis, en avez vous entendu parler aux JT, au flash et journaux radio, dans la presse écrite ? 

Aucun média ne l'a reprise, aucun. Pourtant dans le climat pestilentiel entretenue par l'extrème droite ou les remontées en surface des passés de la droite, cette bouffée d'air pur aurait assainie l'athmosphère. mais comme le monde du travail ne compte que pour rien parmi les poulaillers d'acajou ...

 

Dans les poulaillers d'acajou, 
Les belles basses-cours à bijoux, 
On entend la conversation 
D'la volaille qui fait l'opinion. 
Ils disent : 

"On peut pas être gentils tout le temps. 
On peut pas aimer tous les gens. 
Y a une sélection. C'est normal. 
On lit pas tous le même journal, 
Mais comprenez-moi : c'est une migraine, 
Tous ces campeurs sous mes persiennes. 
Mais comprenez-moi : c'est dur à voir. 
Quels sont ces gens sur mon plongeoir ?" 

(Refrain) 
Dans les poulaillers d'acajou, 
Les belles basses-cours à bijoux, 
On entend la conversation 
D'la volaille qui fait l'opinion. 
Ils disent 

"On peut pas aimer tout Paris. 

N'est-ce pas y a des endroits la nuit 
Où les peaux qui vous font la peau 
Sont plus bronzées que nos p'tits poulbots ? 
Mais comprenez-moi : la djellaba, 
C'est pas ce qui faut sous nos climats. 
Mais comprenez-moi : à Rochechouart, 
Y a des taxis qui ont peur du noir." 

(Refrain) 
Dans les poulaillers d'acajou, 
Les belles basses-cours à bijoux, 
On entend la conversation 
D'la volaille qui fait l'opinion. 
Ils disent 

"Que font ces jeunes, assis par terre, 
Habillés comme des traîne-misère. 
On dirait qu'ils n'aiment pas le travail. 
Ça nous prépare une belle pagaille. 
Mais comprenez-moi : c'est inquiétant. 
Nous vivons des temps décadents. 
Mais comprenez-moi : le respect se perd 
Dans les usines de mon grand-père." 

Mais comprenez-moi...
 
 
 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Solidarité internationale, #internationalisme, #humanité, #syndicalisme, #CGT, #ANCAV

Repost0
Commenter cet article