f-haine canal historique

Publié le 25 Septembre 2015

Après l'élagage on passe à la taille

f-haine canal historique

Contre toute vérité et uniquement avec des approximations idéologiques sans rigueur ni fondement et donc hors de toute déontologie, la soubrette de service sur le plateau de ce qui fut un écran d'insolence (mais à périmétre et orientation bien calés) s'est portée volontaire pour complaire et à accepter de cirer les pompes du f-haine.

Nombreux sont ceux qui protestent. Le Torquemada du PAF n'en a que faire puisque sa chaîne, payante, continue de recevoir les abonnements prélevés sur les comptes en banque, dont ceux appartenant à des signataires des pétitions de protestation.

S'étant rendu compte qu'au travers de ses différents engagements contractuels liés à internet  trainait chez Canaille le Rouge un contrat datant de l'époque d'une version antédiluvienne des guignols du genre "boitaKoukouencène", Vite mettre les actes en accord avec les paroles. Voici pour info la lettre partie chez Bolloré. Après relecture du pédigrée de son destinataire , cela aura deplus l'interet de permettre une rupture totale avec les chantres de la réaction bretonne fédérée par ce négociant de ports africains et catalyseur de la déforestation équatoriale.

Rappelons le principe qui guide le patron de la chaine crypté comme tout grand patron d'un groupe : concurence libre et non faussée, leur crédo certes un peu ébréché dans lapériode, c'est qui paie décide. Puisqu'on décide contre moi, je ne paie plus.

En ces périodes de laminage des salaires et pensions, ce sera autant de réorienté de façon plus efficaces. 

D'où le courrier ci après. Ils n'auront pas besoin de décodeur pour en mesurer le sens :

Mesdames messieurs les administrateurs, monsieur le président de Vivendi.

 

Je suis venu vous dire que je m'en vais

Ouais je suis au regret 
D'vous dire que je m'en vais 
Car vous m'en avez trop fait.  ♫

 

C'est bien connu des mariniers, le lit d'un canal asséché outre qu'il supprime toute navigation est un ferment de maladies infectieuses.

Ne reste au plan information qu'un fond qui se révèle fangeux, limite nauséabond.

De ce canal qui m'avait positivement capté ne subsistera à terme que les bornes de péage et les larves de votre malaria idéologique.

La suite de charges à la hussarde enchaînées par celui qui se prend pour un Louis Dieudonné Capet de la communication signe une pratique catho-intégriste digne de l'actualité du second prénom.

Ceux que vous avez défenestrés me manquent. Ceux qui dans ces conditions ont accepté de prendre leur place m'insupporte. Celles et ceux que vous nous imposez me hérissent.

Honte pour ceux à l'échine suffisamment souple et la croupe docile pour accepter de se prêter aux marottes de l'inquisiteur.

Impensable que je puisse continuer à fréquenter ne serait-ce que par distraction et à abonder les caisses de votre secte Vivendi menée par un prédicateur, voix de cet El qaida idéologique, à qui vous avez décidé de confier les rennes de votre chappelle.

Ordre moral, censure, index, et point d'orgue de cette rentrée, promotion d'idées anti-républicaines ce n'est pas pour moi.

Hors de question, de près ou de loin de participer à vos modernes autodafés, au reniement des principes républicains en matière de liberté de la presse.

Qui paie décide, c'est votre loi.

Vous décidez sans moi ? J'ai décidé de ne plus financer ce qui est devenu l'ordre des  Torquemada de votre idiovisuel.

A Ciao et même pas bonsoir, 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #audiovisuel, #canal, #presse

Repost0
Commenter cet article

Aline 25/09/2015 10:11

Quelle belle plume, j'espère que l'épître sera appréciée à sa juste valeur. Je ne risque pas de faire de la concurrence n'ayant jamais pris d'abonnement, me contentant de ce que m'offrait la redevance en essayant de ne pas avaler trop de pub (j'en gobe bien plus sur le net d'ailleurs) Aline