E=MC2 prise d'otage dans le Roscoff-express

Publié le 1 Septembre 2015

c'est qu'il faut relativiser.

Exemple : 

attaquant les trains,

ces outlaws venus du phare ouest

E=MC2 prise d'otage dans le Roscoff-express

Quand les cheminots posent la saccoche, débrayent, posent les clous, bref  font grève. Quand ils vont à leurs AG, manifestent ou restent chez eux, le Figaro hurle à la prise d'otage. Il mobilise ses moyens et sert de haut-parleur à quiconque veut restreindre le droit constitutionnel de grève.

Quand des agriculteurs ancrés vers Roscoff se proposent de bloquer le trafic ferroviaire en Île de France, cela devient pour le Figaro un "mouvement de colère compréhensible " contre la chute des cours organisée par l'Europe et... derrière le rideau qui est essentiellement de fumée... ceci :

La société de fret ferroviaire "Combiwest", créée par des agriculteurs bretons, a annoncé vouloir bloquer le trafic des trains sur la région parisienne.

Les perturbations provoquées par la manifestation des agriculteurs jeudi 3 septembre devraient aussi concerner le trafic ferroviaire. La société de fret par train Combiwest menace de bloquer le trafic des trains en région parisienne pour protester contre les entraves dont elle s'estime victime de la part de SNCF Réseau. Elle subirait «des entraves d'exploitations de nature à freiner l'acheminement des denrées industrielles mais également et surtout alimentaires».

Voila ce que nous dit le Figaro
 

Il y aurait donc déjà plus qu'à dire, mais là où le gateau est suffisament vaste pour recueillir une remorque de cerises, c'est sur ce que le texte indique en filigrane :

Les agriculteur de la FNSEA vouent donc l'Europe pour laquelle ils ont fait campagne aux gémonies depuis qu'il ne sont plus suventionnés pour produire de façon intensive et sans limite.

Mais attention, pas toute l'Europe, tel un village gaulois, parce que ces pov's petits, quasi ruinés ont quand même trouvé quelques picaillons, ils ont monté une petite compagnie privée ferroviaire et exigent de la SNCF, encore un peu publique,  qu'elle les serve comme des rois .

La concurence pour être libre doit donc être faussée puique nos joyeux accumulateurs de blé de coffre grace à l'artichaux, le chou fleur et l'oignon rose, en veulent pour leur oseille en voulant être servi les premiers au nom des lois de cette Europe qui par ailleurs les assassinerait mais leur permet de se bâtir des empires maritimes, routiers, ferroviaires de transport.

Pour annecdote il y a aussi cela trouvé dans la presse :

Selon nos informations (nous sommes en 2014-note de C leR)Combiwest, l’opérateur breton de transport rail-route, a accumulé auprès de RFF un retard de paiement dont le montant est compris entre 1,5 et 2 millions d’euros. Il porte sur le non-paiement de la redevance d’utilisation du réseau en tant que candidat autorisé et sur la redevance de réservation (la redevance de circulation correspondant au sillon est payée par l’entreprise ferroviaire - la SNCF- qui tracte les trains). On confirme chez le gestionnaire d’infrastructure "qu’il y a à l’évidence, aujourd’hui, un différend financier entre RFF et Combiwest".

Car il semble que Combiwest se trouverait aujourd’hui en sérieuse difficulté s’il devait payer sa dette. C’est du moins ce que laisse supposer l’attitude de RFF qui réfléchit aujourd’hui aux moyens de mettre en œuvre des actions graduelles "d’incitation à payer sans risque irréversible pour les mauvais payeurs", sachant que jusqu’à présent (toujours selon RFF), Combiwest est le seul client dans cette situation. Combiwest ne publie plus de comptes depuis 2011. À cette époque l’entreprise perdait 3,6 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 3,7 millions d’euros.

 le "Plan régional d’actions logistiques pour la Bretagne" proposé par le conseil régional de Bretagne (le responsable transport au CR est un élu du P"c"F note de CleR) inclus dans le pacte signé par le Premier ministre en 2012 comporte un volet d’aide au transport combiné qui pourrait faire tousser les autres opérateurs si, d’une manière ou d’une autre, il devait servir à apurer la dette de Combiwest auprès de RFF. le CR subventionne à hauteur de 20% l'achat des containers dédié au trafic

Où cela devient plus exotique encore, c'est de noter que combiwest est la propriété de la SICA de st Pol de Léon (tristement célèbre pour sa capacité à mettre le feu aux instalations ferroviaires et à paralyser les trafics comme à mettre le feu à la mutualité socials agricole).

Que dirait le Figaro,  la droite dont le PS, la FNSEA qui agit de cette façon, si lors de leur prochaine action revendicative les cheminots ou tout autre profession de service public allait mettre le rif dans les bureaux ou instalations de nos valeureux conquistadors du ferroviaire déréglementé ?

Décidement le gateau aura beaucoup de cerise même s'il porte la guigne, mais rappelons que pour l'occasion, les patrons de notre jouef du chou fleur font partie de la garde rapprochée sur laquelle s'appuie pépy (et oui, il manquait dans le tabkleau) pour réduire le plus possible les garanties sociales des salariés de la branche (privée dont combiiwest, cargorail et quelques autres), en profite pour faire pression dans la SNCF pour laminer le statut des cheminots.

Quand Canaille le Rouge vous dit qu'il ne peut avoir aucune sympathie pour ces Arturo Ui à la sauce armoricaine vous avez maintenant quelques éléments très concrets pour en mesurer les raisons.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #agriculture, #UE, #rackett, #économie, #chantage

Repost0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 02/09/2015 05:15

Très peu de français connaissent réellement le dessous des cartes , et dans ce cas-ci , celui de la SNCF et de Combiwest . Moi le premier !
Ce sont des informations qui mériteraient d'être plus largement divulguées auprès du grand public car elles sont symptomatiques d'un état d'esprit tordu et malhonnête de nos décideurs (on le savait déjà) et de la cohorte de bouffons-démolisseurs qui les soutiennent , sans que ces derniers ne soient capable de voir plus loin que le bout du nez ... de leur tracteur dans le cas présent .