Robespierre

Publié le 18 Août 2015

Le choix de la lumière

pour porter

les Lumières

Et déjà reviennent

les pénombres

de la réactions

Robespierre

Il revient (et c'est heureux) sur le devant de la scène.

Petite contribution de La Canaille au combat de l'Histoire contre tous les négationismes, pour dénonvcer les programmes scolaires.

Pour éclairer, Canaille le Rouge s'est fait aider par Serge Régiani .

 

 

 

Pour engager le propos, une citation :


"La plus grande partie de nos concitoyens - la plus grande partie - est réduite par l'indigence à ce suprême degré d'abaissement, où l'Homme, uniquement occupé de survivre, est incapable de réfléchir aux causes de sa misère et aux droits que la nature lui a donné."

Maximilien Robespierre (1788)

Il sera quatre ans plus tard le premier lancer : « liberté, égalité, fraternité  ». 

C’était le 10 aout 1792.

Madame de Staël ( par ailleurs fort éloignée du souci du populaire etqui déjà disait : “Il faut dans nos temps modernes, avoir l'esprit européen”) ne s’y trompa pas, écrivant pour caractériser ce 10 aout 1792, à noter 50 ans avant Marx, usant du concept de classe ouvrière :

« dès lors, la révolution changea d’objet, les gens de la classe ouvrière, s’imaginèrent que le joug de la disparité des fortunes allait cesser de peser sur eux ». 

 

Dans les débats à la Convention quand Robespierre argumente pour l'abolition de l'esclavage en disant

"Je demande donc que la constitution républicaine marque telle limite au droit de propriété."

Limite du droit de propriété la barricade se construit là, elle n'aura toujours que deux côtés.

Immédiatement ce sera hurlements, vociférations sur les bancs des Girondins (parce que mené au départ par trois députés de la Gironde liés aux armateurs et la grande propriété foncière).

Immédiatement Barère (famille de noblesse de robe et propriétaire foncier tarbais, lié à lafayetten Condorcet Mirabeau, élus du tiers et membre du comité de salut public) propose : 


"Peine de mort pour quiconque proposera une loi attentatrice à la propriété individuelle ou commerciale."

C'est l'acte de naissance du primat du droit de propriété dans le droit contemporain républicain, celui qui s'oppose aux réquisitions de logements vides, celui qu'on oppose aux grevistes aujourd'hui, qui légitime les privatisations et la concurence "libre et non faussée", 

Naissait alors la grande frayeurs des nantis qui n'eurent de cesse, de Saint Just à Robespierre et Babeuf de les éliminer du champ politique par touts les moyens.

De là la permanente mystification idéologique autour des personnage, de leurs idées de leurs actes, la terreur ramené à la république la béatification religieuse ou "laïque" de la chouannerie, le Puy du fou etc.

La première grande manipulation de masse des programmes scolaires d'histoire est engagée, cela dès l'école primaire.

Une bourgeoisie cherchant et réussissant à asseoir son pouvoir au besoin en s’affranchissant d'une trop gênante République en permettant l'Empire, rétablissant l'esclavage, interdisant le suffrage universel.

Une pédagogie d'un réactionnaire révisionnisme historique visant à montrer les bons-la bourgeoisie, ce pôv'Danton !

En face, justifiant toutes les répressions, le camp des méchants, les avides de sang du camp de Robespierre qui préfigurent les alcooliques et furieux de 48, les sanguinaires et pétroleuses de la Commune, les épurateurs de 45, les barbares à civiliser de gré ou de force, les terroristes de la lutte anticoloniale à éliminer.

Pour maintenir le Capital, l'état a vocation à tout gérer n'en déplaise à Jospin, c'est même à cela qu'il sert.

"L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes." Karl Marx, Friedrich Engels le manifeste communiste.

Engels précisera dans une note de 1888 pour la reprise de l'édition anglaise : " Ou plus exactement l'histoire écrite."

 

 

S'investir dans l'espace du débat historique est aussi mener la lutte de classe 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #histoire, #Robespierre, #propriété, #politique, #République

Repost0
Commenter cet article