Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au delà de cette limite la démarche n'est plus valable

Retour sur le texte de Sapir.

Ils font débat (Sapir et son texte).

Au delà de cette limite la démarche n'est plus valable

Solicité pour clarifier sont point de vue sur ce FN que Canaille le Rouge persiste à nommer comme beaucoup F-Haine, Jacques Sapir précise sa pensée en posant une limite qui pour La Canaille marque le point non franchissable :

"À terme, la question des relations avec le Front National, ou avec le parti issu de ce dernier, sera posée. »"

 

 

Il précisera le 27 aout sans clarifier son propos 

« J’ai dit à terme, et c’est une possibilité, et pas une probabilité, parce que nous ne savons pas quelles seront les évolutions que pourra connaître ce parti, ou un parti qui pourrait en être issu. »

Quel terme, quelle question, quelle relation ? Posée à qui ?

Si la question d'une large alliance politique pour combattre les forces coalisées pour défendre l'UE et son euro peut et doit être posée, les destinataires de l'interpellation ne souffre d'aucun droit au doute. le F-haine et sa galaxie n'y ont pas leur place.

De tel propos de la part de J.Sapir traduisent deux choses qui conjuguées tirent son argumentation dans des espaces incontrôlables qui conduisent au dérapage.

C'est d'une part croire que le F-haine serait fondamentalement opposé à l'Euro (ce qui dans la mesure où il est soutien affirmé du capital ravale cette idée à une figure de rhétorique), mais surtout alimente une idée que le dit F-Haine propulse tout azimut "il aurait changé" et en conséquence serait devenu fréquentable. outre l'occasion d'occuper les antennes estivales, c'est tout le fond du sinistre remake de ce  Cid où une Chimène jouerait les Brutus pour paraitre honorable.

Ce qui conduit Sapir à cette approche non-soutenable est calé sur une référence historiquement non pertinente aux rassemblements de la Résistance qui en France produira le CNR et, contre la colonisation, aux Fronts de libérations nationales contre le colonisateur,avec ici des fragments d'une bourgeoisie nationale globalement compromise,  et dans l'empire colonial part des bourgeoisies par interets de classe se positonnant au côté du peuple.

Sauf que concernant la France, dans le CNR, même si des éléments de droite voir très réactionnaire étaient présents (certains rattrapés au dernier moment pour ne pas laisser le bateau aux mains de la classe ouvrière et ses organisations), il n'était pas question d'avoir en son sein les forces fascistes où celle de la collaboration. 

Or le f-haine dans sa composition, ses racines, son programme, ses critères et les références même ripolinés de nombre de ses cadres, est le surgeon de ce fascisme intolérable à en permanence combattre sans concession. Pour qui aurait le moindre doute, les pratiques et la vulgate là où il a pu accéder aux responsabilités le démontre en permanence..

Qu'est-ce qui pousse un esprit brillant à de tels errements ? Aurait-il changé ? Non, c'est plus grave et plus profond : il s'agit d'une conception de la souveraineté qui comme pour nombre de penseurs politiques même bien intentionnés ne savent la concevoir que dans son étroite approche nationale et institutionelle alors que la souveraineté au sens philosophique du terme ne peut par essence n'être que populaire, la dimension nationale à envisager à partir de l'histoire de chacun des peuples n'étant qu'une des facettes de cette dimension populaire qui assoit la souveraineté comme bien universel de nous.

Dit autrement, on peut avoir un grand esprit et se laisser emprisonner dans les rets des références bourgeoises. C'est le danger d'une pensée où l'approche de l'économie se fait déconnectée du mouvement social de ceux qui sont le moteur de l'économie : le monde du travail et ses besoins et intérêts. Le combat politique ne se réduit pas à l'alignement d'équations et de projections institutionnelles ou administratives théoriques à résoudre. N'en rester qu'à cela et prendre chacun des termes présents au tableau en dehors de sa réalité historique concrête, sa place dans un affrontement de classe rarement aussi brutal  conduit à ces impasses.

Reste à J Sapir de se ressaisir ou alors il aura, tel une comète, traversé un moment le firmament politique,  son panache aura éclairé la réflexion, mais il sera mangé par les lois de cet affrontement de classe et s'éteindra à mesure que la clarté se fera ou que ceux qu'il envisage d'associer l'étoufferont . 

NB : rappelons à ceux qui sans attendre ont usé de ce texe pour régler d'autres comptes que c'est exactement ce que fait Tsipras avec l'ANEL qui est une extrême droite présentée comme policée mùais dont le programme se situe entre le F-Haine d'ici et le mouvement de De villers avec son refus de l'immigration, rejet du multiculturalisme et maintien de la présence de l'Église de Grèce dans les rouages de la société et particulièrement dans l'éducation.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jean-marie Défossé 30/08/2015 06:57

Pour revenir également sur la dernière phrase de Dariokhos et concernant ... "ceux qui pensent que le clivage majeur est la monnaie unique ", j'avais à l'époque espérer voir le Grand Capital (on a le droit de rêver) opter effectivement pour la création d'une monnaie unique , non pas européenne ...mais INTERNATIONALE !
Pourquoi INTERNATIONALE ? Pour rétablir un JUSTE EQUILIBRE entre tous les continents sujets à d'énormes disparités monétaires permettant aux pays les plus riches de la planète de s'approprier , entre autres , les matières premières des pays les plus pauvres et de les maintenir en état de fragilisation extrême .
A la décision de la création de l'Euro , décision du Grand Capital International qui n'avait pour but que d'accentuer l'élitisme de certaines monnaies (Dollar , Yen et maintenant Euro) ; élitisme intentionnel et déjà existant , mais surtout TRES RENTABLE , permettant par les fluctuations et en plus , de mettre en concurrence et de diviser l'ensemble des travailleurs européens ; je m'étais donc opposé dans mon petit coin et en l'inscrivant même en gros sur ma vieille voiture (valeur de ma voiture à cette époque 400€ ) , j'avais donc écrit : "NON A L'EURO-COULEUVRE".
Sans être un expert-comptable (ni même un comptable) , il était assez facile d'entrevoir les conséquences futures de la création de cet Euro et de faire quelques petits calculs en rapport avec les monnaies africaines (dont le pauvre Franc CFA par exemple) , pour comprendre rapidement que ce machiavélisme monétaire issu de la création de l'Euro provoquerait en parallèle et sur le continent africain UNE DEVALUATION des monnaies africaines que j'estimais à cette époque (sauf erreur de ma part) à 60% .
Une manne pour l'Occident ; et on pourrait rajouter "du pain béni" pour ce même Occident !
A l'inverse et pour les africains (entre autres) , plusieurs marches supplémentaires vers la descente aux ENFERS ! D'où en partie une des principales causes migratoires et qui ne peut que s'accentuer.
Pour tenter de conserver le même Produit Intérieur Brut , il leur fallait "RAMER" 60 fois plus ou alors brader pour une misère le peu qu'ils possédaient et en particulier les terres et les matières premières !
Pour conserver , voire accentuer cette mainmise et cette hégémonie occidentale sur la Terre d'Afrique , il ne restait plus à l'Occident qu'à utiliser et multiplier la corruption , les armes de la division et les armes de guerre pour parachever l'oeuvre "humanitaire" de l'Occident !
Pour conclure en revenant sur le message de Dariokhos et à supposer qu'il ait des enfants : si vous faites une quelconque différence entre les Etres qui peuplent cette planète , je suppose qu'également vous êtes susceptible de faire une différence entre les habitants d'un pays à l'autre , entre les habitants d'une région à l'autre , entre vos voisins et vous , entre la femme et l'homme et peut-être au final entre vos différents enfants ?
Dans cette indifférence franco-française (et très FN) au sort des "autres" de cette planète , ne seriez-vous pas le mauvais exemple ULTIME français de cette illusoire différence ?

canaille le rouge 29/08/2015 21:18

A partir du moment ou dans ses rangs le f-haine accueille d'authentique nazis, qu'il porte une idéologie sur des bases d'exclusions racistes, qu'il préconise dans son programme la suppression des syndicats et un corporatisme vertical associant le capital et le travail, rien que sur ces trois point il est dans les critères de définition d'un parti fasciste et cela indépendamment de ses fondateurs qui en sont TOUS issus et de ces cadres d'aujourd'hui qui pour le plus grand nombre se réèrent à Pétain et sa clique.
Ensuite si mon incompréhension de la situation politique est assez triste, elle repose sur une analyse de classe faite de faits concrets où la monnaie unique n'est pas le cœur du problème mais celui du débat qu'il faut éclairer pour aller vers ce fond des choses qui est intérêt du capital d'avoir outre la SD et la droite classique, l'extrême droite et le fascisme pour maintenir à tout prix (au sens réel des mots)sont hégémonie. Par contre, je suis assez d'accord avec la dernière phrase de votre message et c'est à cette difficulté à la faire partager que te tente de travailler.

dariokhos 02/09/2015 23:04

Bon, j'ai été dur sur l'incompréhension et je m'en excuse ; j'étais énervé. Je reste en désaccord sur la nature du FN mais ça ne m'empêche pas de comprendre et de partager la critique émise vis à vis de Sapir.
Mais ce n'est pas ce qui me paraît essentiel finalement ; c'est plus, et tu ne réponds pas là-dessus l'idée que tous les représentants de la bourgeoisie ne sont pas partisans de la monnaie unique.
En fin de compte, je crois que je discerne ce qui m'a énervé : tu es un militant communiste, ce qui ne m'empêche pas d'avoir des désaccords avec toi, mais je ne comprends pas en quoi tu te sens concerné par les prise de position de Sapir ou même par exemple les réponses de Lordon, sauf au nom d'une union sacrée contre la monnaie unique qui ne correspond pas du tout au clivage de classe. Bref, en quoi te sens-tu touché par les avis contradictoires de deux petits-bourgeois ? J'ai envie de te dire pour terminer que la position nouvelle de Sapir sur le FN est, pour les Révolutionnaires, un non événement.

Fraternellement et avec mes excuses renouvelées.

Dariokhos

Dariokhos 29/08/2015 14:36

Je n'ai aucune sympathie politique pour Jacques Sapir qui est un économiste bourgeois. Mais je ne suis pas non plus d'accord avec ce texte.
D'abord pour ce qui est de l'analyse de ce qu'est aujourd'hui le FN. S'il est évident qu'il y a des fascistes au FN, le FN n'est pas un parti fasciste, ce qui ne m'empêche pas d'être raciste, détestable, tout ce que l'on voudra. Il serait temps, à mon sens, de l'analyser en termes de classe et non de morale. Aujourd'hui, le FN est un parti de droite qui est le recours, le 3ème fer au feu, dans ces temps d'usure des organisations classiques conservatrices et sociales-démocrate. C'est un peu le pendant de Syriza en Grèce. En France, les organisations plus à "gauche" que le PS lui collent tellement aux fesses qu'il n'y a pas de solution viable dans ce camp pour le Capital ; c'est donc à droite qu'il a sa réserve. En même temps, je pense que, pour le moment, c'est une réserve qui n'est pas destinée à arriver au pouvoir. Cela nourrirait trop de déceptions.
Ensuite, et surtout, la phrase "C'est d'une part croire que le F-haine serait fondamentalement opposé à l'Euro (ce qui dans la mesure où il est soutien affirmé du capital ravale cette idée à une figure de rhétorique)" montre une incompréhension assez triste de la situation politique actuelle. La bourgeoisie, comme toujours, n'est pas un bloc unique, elle est divisée et, en son sein, certains pensent qu'il est temps d'en finir avec la monnaie unique, d'autres (ceux qu'on entend le plus, je le concède) pensent le contraire.
C'est ce qui arrive quand on pense que la monnaie unique est le noeud du problème. Certains représentants de la bourgeoisie sont même favorables à le fin de l'UE : le capitalisme a existé avant, rien n'empêche qu'il existe après.La seule question qui fait clivage entre tous ceux de la bourgeoisie et les Révolutionnaires tient en peu de mots : cette crise est celle du capitalisme et c'est en sortant du capitalisme qu'on sortira de la crise. Sapir a toujours été dans le camp du capitalisme, n'a toujours voulu que le ripolliner, mais que dire de ceux qui pensent que le clivage majeur est la monnaie unique ????

jean-marie Défossé 29/08/2015 07:12

Que certains veuillent policer l'image du FN pour le rendre plus attractif aux yeux d'un maximum d'électeurs français , n'ENLEVE EN RIEN du caractère détestable de ce parti extrême qui prétend faire de la France le NOMBRIL du Monde et qui , s'il devait passer au pouvoir et malgré ses alliances en catimini avec une "certaine" Russie , finirait par faire de la Nation France ... LE TROU DU CUL de l'Europe !
Avec le recul sur mes 65 ans , je peux prétendre ici bien connaître maintenant les réseaux qui alimentent le FN ; ils sont omniprésents partout (et même parmi des prétendus communistes) , réseaux que l'on peut qualifier de clandestins et qui maintiennent en vie la "bête immonde" sous couvert de la prétendre être et de vouloir la présenter comme L'ANGE-GARDIEN de la souveraineté de la France . La réalité est tout autre : cette bête immonde est le CANCER de la France et du peuple français ; et ses réseaux ne sont que les rémanences mortifères de ce CANCER français .
A mon insu (tout au moins dans mes jeunes années), j'ai été le plus souvent de mon existence de 65 années , en relation plus ou moins étroite ou "accompagné" par des membres de ce parti ; lesquels et si j'avais été influençable ou indifférent à mes semblables et à mon environnement proche et lointain , auraient probablement fait de moi un membre très actif de ce parti .
Pas de chance pour eux , je n'ai aucune ambition politique personnelle et suis diamétralement opposé aux idées archaïques et dangereuses de ce parti et n'aspire au final et pour cette planète , qu'à PLUS DE JUSTICE et MOINS DE DISPARITES ; une sorte de "macédoine" internationale de légumes et de fruits de toutes les couleurs et de masses égales .
Pour en revenir à Jacques Sapir et à ses propos , ils ne sont que le résultat logique de son ascension privilégiée parmi les médias , autant du côté français que du côté d'une "certaine" Russie.