Recette des privatisations à la grecque

Publié le 17 Juillet 2015

ça pousse

comme des champignons

et cela prolifère

tout azimuts

sous le ciel de l'UE

Recette des privatisations à la grecque

Brut de décoffrage (quasiment comme l'aéroport) voici comment vendre à l'encan des infrastructures ultra moderne.

C'est la solution à la mode UE pour organiser la dévalorisation totale du patrimoine public pour faire remonter le taux de profit du capital privé. Les PPP foinnace sur font public, le prive se fait rémunérer une fois que le public a paiyé le privé, si pas assez rentable, une fois la rente confirmée, on brade.

 

"Inauguré en 2008, l’aéroport de Ciudad Real, en Castille-La Manche, avait coûté la bagatelle de 450 millions d’euros. Après plusieurs tentatives de ventes, il a finalement trouvé un acquéreur lors de sa mise aux enchères, vendredi 17 juillet, pour le montant dérisoire de 10 000 euros.

Pour ce prix, l’acquéreur – le véhicule d’investissement chinois Tzaneen international, inscrit au registre marchand en mars dernier avec un capital social de 4 000 euros – a acheté la piste d’atterrissage, les hangars, la tour de contrôle et une partie des terrains.

Seul candidat au rachat de l’aéroport à avoir déposé les deux millions d’euros d’aval exigés, il a justifié la faiblesse de son offre par l’existence « d’une zone immobilière adjacente fragmentée », des « charges réelles » élevées, la « suspension des licences » pour opérer ou encore des « dépenses significatives inévitables » pour la maintenance des infrastructures."

 

Au fait, on en est où à Toulouse ?

Valls est-il en mesure ce jour de présenter un acte de vente signé et un bordereau de paiement ?

 

Question subsidiaire cela préfigure-t-il (après acharnement) l'avenir de NDDL ? 


 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Braderies de l'été, #capital UE, #politique

Repost0
Commenter cet article