Intervention politico policière : le modèle made in Alabama

Publié le 10 Juin 2015

Version Serol-Papon_2015.com...issariat

(made in Valls)

Intervention politico policière : le modèle made in Alabama

Du coté d'Ivry, de la goutte d'or ou du vieux port, les kilomètres n'empêchent pas les pratiques similaires d'une police de plus en plus politique et de moins en moins au service des citoyens. comme pour le partage des richesses, il y a un curseur .

Profits et repression historiquement sont des curseurs liés.

La matraque et la bombonne de gaz, le belier et les menottes sont les outils de ces currieuses mains courantes mais surtout frappantes.

Que ce soit le même camps qui soit frappé, les mêmes par contre toujours ménagés, que le concept de délinquance soit instrumentalisé dans un sens servant une idéologie qui range le premier ministre à droite d'un Clemenceau, avec des pratiques quotidienne le faisant flirter avec cele de Serol donne le ton.

Après les ratonades de la Chapelle, les arrestations arbitraires provovoquées par une cinquième colonne branchée sur les services de police qui manifestemnt interviennent de conivence avec les sources d'information protégée au plus haut niveau du gouvernement, c'est un nouvel élément de cette dégénerence voulue des concept républicains.

Pierre Stambul, coprésident de l’Union Juive française pour la paix, a été violemment arrêté par le raid, tel un vulgaire terroriste.

Fils d’un résistant et rescapé du célèbre groupe Manouchian, Pierre Stambul, âgé de 65 ans, raconte ainsi son interpellation, joint au téléphone à Mediapart mardi en début d’après-midi :

« Lundi à 23h, j’ai reçu un coup de téléphone sur ma ligne fixe, qui est dans l’annuaire. J’ai décroché, on a raccroché. C’est comme ça que le hacker Ulcan a pu pirater ma ligne[sur sa page facebook, Ulcan dément - ndlr]. Il a ensuite téléphoné avec ma ligne à la police, en disant que j’avais tué ma femme, que j’étais armé et que je tirais sur tout ce qui bougeait. Mardi, à 3h50 du matin, le Raid a enfoncé les portes du lotissement où j’habite, plaqué au passage au sol le fils de mon voisin. Je suis sorti en disant : "Monsieur Stambul ? C’est moi." Les hommes du Raid m’ont mis au sol très violemment, me frappant à la mâchoire. J’ai été menotté pendant plus d’une heure, alors que la femme que j’étais censé avoir tué était à deux mètres. Ils ont ensuite passé le relais au commissariat de police du huitième arrondissement de Marseille, qui a attendu trois heures pour m’entendre, et qui a encore attendu trois heures après cela pour me relâcher, autour de 11h30. 7 heures de garde à vue pour un motif dont ils aurait pu vérifier l’inanité en deux minutes, et qui ressemblait qui plus est à trois autres aggressions du même type qui ont déjà eu lieu. »

« Il y a deux mois, poursuit en effet Pierre Stambul, encore très choqué, il y a eu exactement la même agression que celle que j’ai subie, contre l’autre co-président de l’UJFP, Jean-Guy Greilsamer, arrêté également chez lui suite à un canular. Deux autres militants en ont également fait les frais. C’est toujours Ulcan, hacker confirmé, et la police se laisse encore prendre au piège, c’est scandaleux. Et croyez-moi, vu la violence des policiers, un homme encore plus âgé que moi y serait resté. »

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #repression, #fascisation

Repost0
Commenter cet article