Madame, a voté !

Publié le 29 Avril 2015

Lettre à une de ces premières électrices

du 29 avril 1945

Madame, a voté !

Photo assez emblématique : le parti qui s'est le plus farouchements opposé au vote des femmes et avait parmi d'autres de droite et dejà de gôche massivement porté Pétain au pouvoir en juillet 40, affiche ses candidats (pas de candidates ) en se cachant derrière ceux des siens minoritaires, qui n'avaient pas trahis.

Lettre à une arrière grand-mère d'audjourd'hui devenue électrice en 1944.

Chère Madame,

Aujourd'hui, le temps passant et les effets cumulés des conditions de votre jeunesse font que vos rangs se clairsèment. Raison de plus pour que, personnes précieuses, nous nous arrêtions pour prendre le temps de vous saluer. 

Canaille le Rouge a décidé de vous écrire.

Certaines à peine plus jeunes que vous et alors aussi engagées dans la bataille contre le fascisme pour survivre pour nombre d'entre elles, pour vivre libre et heureuse libérées de la tutelle patriarcale et maritale le pays libéeé, parce qu’alors âgées alors de moins de 21 ans ne pourront pas participer à l'expression d'un symbolisme aussi fort que le droit en est légitime.

Ce 29 avril 1945, pour la première fois vous êtes passée par l'isoloir, mis un bulletin dans l'enveloppe et avez pu voter.

Un argument pour l'octroi du droit élémentaire de la citoyenne dit que vous avez été le chercher "par le courage des femmes dans la Résistance".

C'est mille fois fois vrai pour le courage et si dérisoire pour l'argument : ceux qui n'ont pas résisté ont-ils été dépossédés du leur ?

Faut-il pour qu'un droit s'établisse devoir trouver un justificatif venant de la part de ceux qui doivent le concéder? Ce ne sont pas les hommes qui le refusaient ; les combats des forces démocratiques le prouvent, mais les partis réactionnaires, ces radis déjà rose à l'exterieur et si blanc jusqu'à la moelle à l'intérieur là où ils ne sont pas creux.

Ce droit de vote, le vôtre , celui de toutes les électrices et tous les électeurs, trois quart de siècle plus tard, que devient-il ?

La convergence des forces réactionnaires de notre pays après l'avoir corseté, vidé de sens voire détourné par un charcutage permanent des lois organisant les élections travaille maintenant à culpabiliser celles et ceux qui n'en usent pas alors que de 2005 et la forfaiture du vote non respecté du référendum de 2005 aux promesses bafouées du VRP du capital en poste à l'Elysée, tout a été fait pour que ce droit de vote ne soit plus l'outil majeur de la démocratie mais qu'un sondage en grandeur plus conséquente et une machine à fabriquer des rentes de situation.

Dans ces conditions en plus du refus massif de cautionner la mascarade en ne s'y rendant pas, combien, en âge de voter, de sont pas même inscrits sur les listes?

Pourtant ce droit de vote des femmes que le CNR ne pouvait retenir puisque consensus pour l'adoption obligeant, les radicaux n'en voulait pas, sera imposé par le vote de l'amendement proposé par Fernand Grenier, député communiste exclus de la chambre par la majorité de ceux qui refusaient aussi le vote des femmes. Il fera la proposition lors de la séance du 21 avril 1944 du gouvernement provisoir de la République française à Alger accordant aux femmes le droit de vote et d'éligibilité. Le décret sera signé par Charles de Gaulle.

Le droit de vote des femmes est confirmé par l’ordonnance du 5 octobre sous le Gouvernement provisoire de la République française à Paris, il entera en vigueur le 29 avril 1945 pour les élections municipales rendant pour apremière fois les femmes électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes.

Rendre le vote souverain rendre le mandat impératif et révocable par les électeurs, voila qui redonnerait du sens et propulserait la démocratie sur le devant de la scène.

Mais comme les radicaux de 43, les parti politiques officiels, tous, s'y opposent. devinez pourquoi ?

Voila chère madame ce qu'à cette étape de votre combat que je vous souhaite de poursuivre encore longtemps Canaille le Rouge voulait vous apporter comme témoignage de respect et porter à ses lecteurs de reflexions sur les conditions de ce moment en matière de démocratie élective.

Canaille le Rouge qui vous salue bien.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #histoire, #démocratie, #souveraineté, #droit de vote des femmes

Repost0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 29/04/2015 16:00

Si l'on fait une comparaison du droit de vote légitime des femmes à travers la planète , je pense que bon nombre de françaises devraient se poser quelques questions sur le POURQUOI , dans notre Pays des Lumières , le Pays des Droits de l'Homme ...etc ...etc... le vote ne fut accordé à celles-ci que si tardivement , en 1945 ?
Que mes concitoyennes se penchent sur ce même droit de vote accordé aux femmes de certains pays et sur d'autres continents ; pays longtemps considérés par la France comme pays en voie de développement ou pays émergents et elles seront étonnées de l'OUBLI VOLONTAIRE fait à leur encontre .
C'est un problème franco-français (et francophone) que l'on retrouve presque à l'identique (un peu mieux malgré tout) chez nos cousines Québécoises où ce droit leur fut accordé le 25 Avril 1940 alors que dans les autres provinces du Canada , il fut accordé en 1916 pour le Manitoba , la Saskatchewan et l'Alberta ; en 1917 en Colombie Britannique et en Ontario ; en 1918 en Nouvelle-Ecosse ; en 1919 au Nouveau Brunswick etc ....
Je n'ose pas citer ces quelques pays considérés par quelques occidentaux comme pays habités par des "mal-blanchis" et où le droit de vote fut accordés aux femmes PLUS DE 20 ANS avant le droit de vote accordé aux françaises .
Toutes les chaînes ne sont pas encore brisées en France et il serait temps pour certaines femmes de voir la réalité en face , aussi de cesser d'avoir une vision trop sectaire et trop égocentrique de la vie politique française , et de regarder plus loin que l'horizon "conseillé" !
Non je ne fais pas une généralité pour toutes les femmes et je ne suis pas non plus phallocrate ; je ne fais que comparer Mesdames !