Bateaux cimetières, migrants assassinés

Publié le 26 Avril 2015

Quelles reponses du mouvement syndical ?

Bateaux cimetières, migrants assassinés

Le 21 avril la CGT  a dénoncé la situation et a appelé à construire la solidarité avec les victimes, à réprimer les organisateurs, et s'attaquer aux causes de cette immense crise humanitaire :

le communiqué en ligne sur le site de la CGT : 

 

Naufrage des migrants en Méditerranée

L’hécatombe doit cesser !

mercredi 22 avril 2015 , par JFB

De nouveaux drames se sont déroulés coup sur coup au large des côtes européennes et portent à près de 2000 le nombre de migrants ayant trouvé la mort en traversant la méditerranée depuis le mois de janvier.

De plus en plus nombreux chaque année, ils auraient été plus de 200 000 en 2014 selon le HCR (Haut-Commissariat pour les Réfugiés) à quitter leurs pays (Syrie, Palestine Lybie ou l’Érythrée…), fuyant les zones de conflits, des régions où les droits humains sont bafoués, des pays minés par une pauvreté extrême.

Il est en effet urgent de s’interroger sur les raisons de ces migrations forcées. Quand, à la malnutrition, les difficultés d’accès à l’eau potable, l’analphabétisme, s’ajoutent les conflits armés et les déséquilibres causés suite à l’intervention militaire d’une coalition internationale, en Lybie et en Irak notamment, pour des intérêts géopolitiques dont les populations sont les premières victimes et dont la migration est la conséquence.

La coopération internationale s’impose pour contribuer à organiser sans délai l’aide au développement et la sécurité pour toutes les populations de la région. Devant ces tragédies à répétition, la surveillance des frontières ne peut pas être la seule réponse aux défis humanitaires qui se posent aujourd’hui.

L’Union Européenne et les chefs d’États ne peuvent continuer de se défausser de leur responsabilité en axant principalement leur action sur la seule lutte contre les passeurs. Il est urgent que les besoins sociaux de ces populations trouvent des réponses pour leur permettre de vivre en paix et non dans la misère.

La CGT réclame non seulement des moyens techniques et humains à mettre en œuvre pour assurer l’obligation de secours en mer, mais également des moyens financiers pour permettre d’accueillir des personnes en besoin de protection sur le territoire européen.

Enfin, il devient aujourd’hui dramatiquement évident que sans possibilité de voies légales d’accès au territoire européen, l’hécatombe continuera. Or, il faut qu’elle s’arrête. Vite !

Montreuil, le 21 avril 2015

déclaration de la CES :

 

 

 

Vous ne lisez rien ? normal la CES est une fois de plus aux abonnés absents

 

La déclaration de la FSM  le 22 avril 2015 : 

 

Déclaration de la FSM à propos de la mort tragique de centaines de réfugiés et immigrants en Méditerranée

La Fédération syndicale mondiale, représentant 90 millions de travailleurs dans 126 pays du monde, exprime sa tristesse et sa frustration concernant la tragédie qui a eu lieu le 19 Avril 2015 en Méditerranée provoquant la mort de centaines d’immigrants et réfugiés.

Le décès de centaines de personnes en Méditerranée et au Sud de l’Italie en particulier vient grossir la longue liste des immigrants qui ont trouvé la mort, à la recherche d’une meilleure qualité de vie tout en étant exploités par les contrebandiers.

Cependant, ce ne sont pas des accidents, ce sont des crimes. Les immigrants et les réfugiés ont été contraints à cette situation par la politique impérialiste de l’OTAN, des Etats-Unis et de l’Union européenne, par leur agressivité et leur intervention en Libye, en Syrie, en Irak, au Mali, au Yémen, etc., par les politiques des multinationales et le pillage des ressources naturelles du peuple en Afrique et au Moyen-Orient, par la destruction et la manipulation des économies des pays et enfin par la politique inhumaine de l’Union européenne et de ses gouvernements contre les travailleurs migrants.

Avec colère et frustration, nous écoutons les chefs des gouvernements en Italie, en France, en Grèce et d’autres pays de l’UE exprimer leur tristesse pour l’incident et répéter des phrases plates pour « une nouvelle politique » alors que leurs gouvernements ont pleinement et activement soutenu les guerres impérialistes et alors qu’ils ont co-signé et pleinement mis en œuvre la politique de l’Union européenne contre les immigrants et les réfugiés.

Ce qui les rend à la fois meurtriers et hypocrites!

La Fédération syndicale mondiale, avec sa position et action anti-impérialiste et internationaliste, dénonce la politique meurtrière et hypocrite de l’Union européenne et de ses gouvernements et lutte pour l’élimination de l’agressivité contre le peuple en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, pour la dissolution de l’OTAN et pour l’utilisation des ressources naturelles par le peuple pour ses propres intérêts. Ce développement populaire apportera la reconstruction et la prospérité pour le peuple.

Nous exigeons la fin immédiate de toutes les interventions impérialistes. Nous demandons aux organisations internationales d’aider les pays d’origine des immigrés économiques et des réfugiés politiques.

Les phénomènes du racisme, de la xénophobie et du néofascisme doivent être pleinement combattus.

Nous exprimons nos condoléances aux familles des victimes qui ont perdu la vie en mer Méditerranée.

Puisque nous préparons notre congrès, ce n'est pas remuer l'histoire ancienne mais bien partir de l'actualité pour voir de quel syndicalisme international les travailleurs de notre pays ont besoin, dans quelles solidarités ils doivent s'inscrire.

Qui aujourd'hui est en place et agit, qui est aux abonnés absents ?

Repost0
Commenter cet article

le blog de roger colombier 27/04/2015 09:17

En cherchant vainement le communiqué de la CES, j'ai sauté celui de la CGT. Erreur que je rectifie en repostant ton article. Sur le silence de la CES, lorsqu'on est une organisation syndicale européennes qui fait des forums avec le capital sous l'égide de l'UE, faut-il s'en étonner? Non.

canaille le rouge 27/04/2015 09:49

C'est la raison pour laquelle j'ai traité la question de cette façon là. ;-)
Une bonne façon d'engager une réflexion sur ce que doit être la politique internationale de la CGT et avec qui la mener : Autour des sigles ou autour des objectifs ?