Obama l'impérialiste

Publié le 10 Mars 2015

Obama l'impérialiste

Pendant qu'ici Valls et Sarko bordent le lit du f-haine, de l'autre côté de l'Atlantique, l'impérialisme est à la manoeuvre.

Il y a quelques jours, une faction de l’armée de l'air, financée et soutenue par l’opposition vénézuélienne et le gouvernement des Etats-Unis, a été à l’origine d'une nouvelle tentative de coup d’Etat.

Pris la main dans le pot de confiture de l'ingérence dans les affaires interieures du Vénézuela, l'ambassade des USA à Caracas est publiquement mise en accusation pour conspiration, aide à la sédition, préparation de coup d'état. Le gouvernement vénézuelien ramène la représentation diplomatique de l'Obamaland à hauteur de celle de Caracas à Washington.

Scandale pour la Maison Blanche

Obama furieux montre ses muscles et révèle son vrai visage.

Fabius se tait, ne propose pas des armes au peuple vénézuélien (qui par ailleurs ne lui en a pas demandées). Merkel et Hollande ne font pas la navette entre Washington et Caracas avec escale à Mexico (ce n'est pas plus mal pour le vénézuela).

Cuba exprime sa solidarité :

DÉCLARATION DU GOUVERNEMENT RÉVOLUTIONNAIRE DE LA RÉPUBLIQUE DE CUBA


Le Gouvernement Révolutionnaire de la République de Cuba a eu connaissance de l'Ordre Exécutif arbitraire et agressif émis par le Président des Etats-Unis contre le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela qui qualifie ce pays de menace pour sa sécurité nationale en représailles des mesures qu'il a adoptées pour défendre sa souveraineté face aux actes d'ingérence des autorités gouvernementales et du Congrès étasuniens.
Comment le Venezuela menace-t-il les Etats-Unis? A des milliers de kilomètres de distance, sans armes stratégiques et sans employer de ressources ni de fonctionnaires pour conspirer contre l'ordre constitutionnel étasunien, la déclaration paraît peu crédible et révèle les buts de ceux qui la font.
Cependant, une telle déclaration en une année d'élections législatives au Venezuela réaffirme, une fois de plus, la caractère d'ingérence de la politique extérieure étasunienne.
La gravité de cet acte exécutif a mis en alerte les gouvernements d'Amérique Latine et des Caraïbes qui, en janvier 2014, au Second Sommet de la CELAC à La Havane, ont déclaré la région Zone de Paix et ont condamné tout acte qui porte atteinte à celle-ci car ils ont accumulé assez d'expériences de l'interventionnisme impérial au cours de leur histoire.
Le Gouvernement Révolutionnaire de la République de Cuba réaffirme à nouveau son soutien inconditionnel et celui de notre peuple à la République Bolivarienne, au gouvernement légitime du Président Nicolas Maduro Moros et à l'héroïque peuple frère du Venezuela.
Personne n'a le droit d'intervenir dans les affaires intérieures d'un Etat souverain ni de le déclarer aucun , sans fondement, menace pour sa sécurité nationale.
Ainsi, comme cuba n'a jamais été seule, le Venezuela ne le sera pas non plus.
La Havane, 9 mars 2015

Pendant ce temps, au pays des droits de l"homme et de la liberté d'entreprendre, voici ce que nous apprend la presse du jour :

La Central Intelligence Agency (CIA), l'agence centrale du renseignement américain, est bien décidée à trouver des failles pour surveiller certains utilisateurs des appareils fabriqués par Apple. C'est l'enseignement que tire le site The Intercept après avoir épluché de nouveaux documents fournis par Edward Snowden.

Ces derniers donnent des détails sur plusieurs réunions de développeurs travaillant pour la CIA, qui ont eu lieu ces dernières années dans les locaux de Lockheed Martin, un important sous-traitant du complexe militaro-industriel américain.


CQFD

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #impérialisme, #Cuba, #Caracas, #Vénézuela

Repost0
Commenter cet article