Un homme a été assassiné à Moscou

Publié le 28 Février 2015

il ne s'agit pas

pour La Canaille

de mener l'enquête

Il ne cherche pas

à être compétent

dans ce domaine

 

par contre en matière de réflexions sur la façon de traiter l'évènement,

Un homme a été assassiné à Moscou

Là, il y a des choses à dire :

Tout ce que la France compte d'experts, parce que journalistes ; impartiaux, parce que dinant ou en attente de leur rond de serviette à la cantine du Siècle, y va de ses commentaires :

"Il n'y a qu'en Russie qu'on voit cela surtout depuis 17".

"Ce pays est maudit on y assassine dans les rues".

La correspondante de LCI affirmant doctement , sa thèse de troisième cycle rédigée sur le genou en moins de deux minutes trente : "le meurtre politique est une spécialité russe".

Chez nous pas de moeurs de ce genre. Ah que non.  Boulin, Ben Barka, Markovitch, Stavitski, Yann Piat ne sont plus là pour en témoigner. Le juge Michel ou les sauteries entre initiés du Berreta et de la kalash des rues de Marseilles ou les réglements de compte entre Etoile et les Ternes, avec les liens entre le grand banditisme et des officines plus ou moins proches des pouvoirs, que des vues de l'Esprit ?

Ailleurs, un Havre de sécurité ?

Il est certain que la mort malencontreuse de Martin Luther King qui a eu l'idée saugrenue de se trouver sur la trajectoire d'une balle qui passait par là à d'abord fait du tort à Lindon Johnson.

Qu'on se comprenne bien : chacun sait ici combien la mouvance oligarque poutinienne n'est pas la tasse de thé de Canaille le Rouge. Mais depuis les pantalonades aussi ridicules d'un Porentchenko jusqu'au bave en l'air de France2 à Moscou qui à la question "à qui profite le crime? " répond que "le mort était l'adversaire de Poutine", cela ressemble trop à un remake des opérations inspirées de Caracas à Kiev en passant par Zagreb ou la françafrique ou les balkans en leur temps pour ne pas demander plus que de la vigilence pour éviter de monter dans le train que la fascho-connexion, officielle ou pas, tente de nous faire rejoindre.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #moeurs barbouzards, #crime politique

Repost0
Commenter cet article

RBOBA 01/03/2015 00:08

Vous avez oublié pour les meurtres "bien d'chez nous", l'Affaire Darie Boutboul, du nom de cette femme jockey (tiens d'ailleurs, on en entend plus parler) qui avait deux prétentions avouées, la première : ne pas connaître son père, un pédiatre très ami de...... tiens, tiens, Fabius-Le-Somnolent, et résidant à quelques pas de chez elle et sa mère, une avocate, tiens, autre parenthèse, dans le 17è, entre l'Etoile et Ternes, la seconde : avoir soi-disant étudier le Russe aux Langues O et en être sortie diplômée et où après enquête, il s'était avéré que la belle n'y avait laissé aucune trace. Autre affaire non élucidée, celle du Pasteur que deux hommes seraient venus chercher à la librairie qu'il dirigeait et dont le corps, si j'ai bonne mémoire aurait été retrouvé sans vie, dans un bois ? Je ne m'en souviens plus. Et effectivement, la toujours affaire Boulin dont la famille n'a pas renoncé à obtenir la vérité sur la mort du père et de l'époux. Mort noyé (sic) dans une flaque d'eau au Bois de Boulogne. Et bien plus loin dans le temps, la tuerie d'Auriol (et là il ne s'agit pas d'un seul individu mais de toute une famille)ainsi baptisée pas les journalistes eux-mêmes et qui a ou aurait été attribuée au SAC. Bref, la liste est longue et loin d'être fermée. J'allais oublier le journaliste Jean-Hedern Hallier sur le point de révéler l'existence de la fille naturelle de Tonton 1er. Oui, on a envie de leur crier auxpropagandistes de nos merdias, à la manière d'un Audiard : "Vos Gueules !".(sans les mouettes)

Canaille Lerouge 01/03/2015 00:14

je n'ai rien oublié je n'ai pris que des exemples parmi d'autres. Le but n'est pas l'inventaire mais de montrer des pratiques idéologiques