Réchauffement climatique et...

Publié le 28 Février 2015

Or blanc,

avec à la clé,

la mise en place

des saisonniers

du tableau noir

 

Réchauffement climatique et...

 

Les classes de neige (comme celles de mer d'ailleurs), c'était avant.

Et même avant l'avant. 

C'était du temps des 10 ans des grands parents.

Du temps de l'éducation populaire, d'un budget de la jeunesse et des sport qui n'avait pas été siphonné par le sport bizness et les trafiquants d'or blanc.

 

 

Aujourd'hui, la montagne, c'est ça: 

 

"Courchevel attire les plus belles marques de luxe :

-Valentino, Hermès, Dior, Fendi, Eric Bompard, Prada…

-Horlogerie et joaillerie : Rolex, Chopard, Doux, Piaget, Boucheron, Jaeger-LeCoultre…

-Pop-up stores : Chanel, Louis Vuitton, et autres créateurs de sacs mythiques

-Spa Guerlain au Cheval Blanc, spa Valmont à l’hôtel Les Grandes Alpes…

Notez que la plupart sont situées Rue du Rocher, l’équivalent de l’Avenue Montaigne à Paris.

Après le ski et le shopping, sachez que vous pourrez vous détendre en vous adonnant à d’autres activités, par exemple :

-golf (9 trous)

-dans les nombreux night-clubs chics

-aviation, hélicoptère, montgolfière, deltaplane…"

Interdit aux graines de Racailles, de Canailles, pas de marmaille avec ou sans gouaille.

Réservé à ceux qu'ont la joncaille.

La neige, c'est comme les champignons il y a des années avec et des années sans.

Contrairement aux poussées de mycélium, la neige parfois est trop abondante (au point de faire prendre quelques vacanciers trop aventureux pour des victimes d'improbables tsunamis d'altitude) mais parfois, il en manque, cela même quand les canons débitent à fond la caisse.

Et cela a de graves, très graves conséquences pour ...la trésorerie des grandes chaînes hôtelières et leurs activités connexes.

Il n'en fallait pas plus pour mobiliser le gouvernement.

C'est ainsi que Laurent Fabius ministre des affaires étrangères du commerce et du chocolat gauffre et des après-ski a pris les affaires en main : il faut booster les coefficients d'occupation des chambres et régler les conflits par un lissage harmonieux.

Pour cela travailler sur toutes les variables d'ajustement.

Comme il est difficile de réguler la nivosité, c'est du ressort de forces extra temporelles, comme il est hors de question d'augmenter les salaires et retraites pour permettre à plus de monde de profiter des joies de la montagne , môssieur gattaz ne voudrait pas, les Nestor et Bécassine gouvernementaux, gens de maison du Medef se sont mis en colloque et ont trouvé LA variable sur laquelle peser :

L'organisation des vacances scolaires. C'est souple les gosses, profitons-en.

Déjà que le découpage en zones avait été organisés pour cela sans se soucier des rythmes scolaires et du besoin de repos pour les enfants au bout de séquences longues de travail scolaire, maintenant on resserre le calendrier pour que les vacances de printemps... restent en hiver.

Les gamins dont les parents ne peuvent partir ou ne peuvent les faire partir (c'est que hors boboland et étage social au dessus, qui peut espérer voir la neiige autrement que sur le parking de la superrette de la ZUP ? (8% de la population peut accéder aux vacances d'hiver, un gosse sur deux ne part jamais en vacances entre le 1er janvier et le 31 décembre). 

Sondage grandeur nature fait dans le parking de la cité de Canaille le Rouge, pourtant dans Paris, cette semaine : les seuls véhicules absents durablement sont les 4x4 et hautres grosses cylindrées. Ne restent que les petites voitures pour beaucoup immatriculées sous l'ancien système. Preuve manifeste du lien entre pouvoir d'achat et accès aux pistes.

Mais Fabius Impérator, comme avec l'ouverture des grands magasins le dimanche et les nuits  que son pote Macron lui a offert comme gracieux tribut, va s'en occuper. Il va lé-gi-fé-rer. 

A partir de dorénavent, c'est la chambre syndicale des professions hôtelières qui va fixer le calendrier scolaire, un peu comme c'est le tracé du Tour de France qui fixe le cadre de l'entretien du réseau routiers ou la visite du premier ministre qui décide du coup de peinture sur la façade du lycée.

Ce ne sera plus le Bulletin Officiel de l'Education Nationale qui fera foi en matière de calendrier et rythmes scolaires mais la Gazette Officielle du Tourisme. Gageons qu'au passage il sera loisible d'y recruter des enseignants en CDD voire intermittants saisonniers de la pédagogie.

Sûr que Gattaz va apprécier. les gamins moins mais à leur âge il n'on qu'à obéir et à répêter qu'ils sont Charlie. Sinon, au poste et rappel à la loi. 

 

 

Repost0
Commenter cet article