Minsk 2015 : Munich 38 ? Yalta 45 ? Ou Paris 72 ?

Publié le 13 Février 2015

Il n'y a pas

que des bonnes fées

de penchées

sur le berceau

d'une paix fragile

 

 

La preuve :

Minsk 2015 : Munich 38 ? Yalta 45 ? Ou Paris 72 ?

BHL devra bien un jour s'expliquer sur ses amitiés bien particulières



D'abord ne pas faire la fine bouche : tout ce qui fait reculer les menaces de guerre est bon à prendre. Même si au même moment (pas rassurant), à Munich, c'est Fabius qui rassurait les marchand de canpons,  des doutes certains peuvent subsister sur la sincérité de la Chamberlain de 2015 et de son Daladier de service déguisés en plénipotentiaires.

Ensuite, noter que pour la première fois depuis 70 ans le peuple français ne s'est pas mobilisé (en fait n'a pas été appelé à se mobiliser ) pour faire reculer une menace de guerre alors que janvier 2015 a montré et avec quelle force, à travers tout le pays, une capacité d'intervention déterminée contre la barbarie.

Cela permet de prendre la mesure des responsabilités des organisations politiques, sociales, syndicales et pacifistes dans cette absence.

D'où la question du titre : Munich, Yalta ou Paris 72 : capitulation devant les nazis comme à Munich ? Yalta et partage du monde quand les nazis sont battus mais sans donner la parole aux peuples, ou victoire des peuples sur l'impérialisme ? Pour l'instant, rien n'est dit. Mais les velléités d'en découdre de la part de l'impérialisme ont été pour le moment mises en échec.C'est donc une victoire.

C'est en cela que sans devenir poutinophile zébulonant, Canaille le Rouge note que la Russie n'est pas la partie qui met de l'huile sur le feu et que les incendiaires sont bien identifiés.

Ne pas être naïfs : si l'impérialisme a été obligé de marquer le pas et de s'engager à faire revenir ses forces dans les casernes, l'OTAN par la voix de la doublette de service ne s'est pas engagé à extirper le nazisme des forces ukrainiennes. Pour une raison simple : hors de la présence des mercenaires de l'internationale brune, le régime de Porochenko ne tient pas une demi-journée et donc la tête de pont de l'OTAN qui s'effondre. C'est la raison de la menace par Kiev d'appliquer la loi martiale, dont la promesse – pratique coutumière de toutes les dictatures -­ ­ de « fusiller les traîtres » (le peuple qui à l'Ouest du Dniepr, de plus en lus massivement, manifeste et refuse la mobilisation générale que les bandéristes ont décrétée).

Le même Porochenko, dopé à la BHL, l'encre de l'accord était encore brillante sur le papier, dès que quitté la salle de conférences de Minsk est parti rencontrer ses miliciens pour, nous apprend le Figaro de ce 13 fevrier, leur dire que
"Personne n'est fermement convaincu que les accords de paix signés à Minsk seront strictement appliqués."

Ces tatoués à l'effigie d'Hitler de la SS et des croix gammées sont le Daesh de l'Est européen. Porté par l'OTAN comme celui de l'ouest du Moyen-Orient, il a été créé et armé par lui. En Ukraine, il ne décapite pas ; ils bombardent et massacre viole et fait sauter les civils à la grenade. Ce sont ces horreurs qui ont mis un peuple en arme et qui comme à Kobané au Kurdistan, ont mis la raclée aux terroristes de cette cinquième colonne bénie par BHL et les popes réunis.

S'il fallait un éclairage autre mais efficace, Radio France internationale note pour porter la lumière sur la partie du décor un peu trop dans le brouillard :

En accordant un prêt de 17,5 milliards de dollars, le FMI montre à l’Ukraine qu’elle ne sera pas seule face à ses difficultés économiques, aggravées depuis un an à cause du conflit. Cette aide sera également complétée par d'autres financements bilatéraux et multilatéraux. L'Union européenne et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) sont sur les rangs.

Ce nouveau prêt donnera un peu d’air aux autorités ukrainiennes pour lancer des négociations avec les créanciers privés du pays sur un possible allègement de sa dette. Elle dépasse actuellement les 73 % du PIB.

Depuis le début du conflit, le FMI comme l’Union européenne ont aidé l’Ukraine. Au total, le soutien que l’institution de Washington a accordé s’élève à 40 milliards de dollars. En échange le FMI a demandé à Kiev de faire des réformes économiques, comme des programmes de lutte contre la corruption et la fraude, mais aussi des restructurations d'entreprises publiques. Le pays a réduit également son déficit plus rapidement que prévu et augmenté de façon significative les prix du gaz pour les ménages.

Cri du coeur : vive l'europe du capital et du talon de fer contre les peuples une UE de l'atlantique aux rives du Don. Justement celle que depuis deux semaines les Grecs rejètent à Athènes et tentent de précipiter au bas du Parthénon.

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #impérialisme, #paix, #guerre

Repost0
Commenter cet article

RBOBA 14/02/2015 20:58

Ce VRP de la Mort, Botule (dont on souhaiterait qu'une fièvre botulique puisse le mettre hors d'état de nuire à jamais) n'a pas renoncé à son projet d'un "Printemps Algérien" et pour ce faire, il s'est trouvé une (autre) blonde qui travaille dans son ombre à ce funeste projet : Soumeya Abdelatif, présentée comme "riche médecin algérien et discrète vice-présidente de l'institut Robert Schuman. Elle cultive aussi de précieuses relations avec les autorités quataris.