Les cimetières sous la lune

Publié le 17 Février 2015

De quoi la profanation

de Sarre-Union

est-elle le nom ?

Les cimetières sous la lune

Mappah pour Torah, Alsace/ France, 1733

(il s'agit de bandelettes à signification cultuelle, les pratiquants de cette religion​ pourront éclairer de façon plus fine l'approche de Canaille le Rouge)

Donc, ces pôvs d'jeunes, nés natifs de familles si historiques du pays de concordat (avec enseignement religieux quasi obligatoire), où lié au concordat et ses déclinaisons "pédagogiques" autour de trois religions (y être laïc est un combat permanent), l'interdiction pénale du blasphème est enseigné dès la maternelle (accompagnée chez nombre d'entre eux d'un antijudaïsme entetenue par quelques congrégations), des "d'jeuns" qui font que le proc de service pour aplanir le tsunami d'indignation que l'acte a légitimement amorcé,  arrive ventre à terre pour nous expliquer que dans une ville de 3000 habitants, ils (les pôvs chérubins) croyaient le cimetière désaffecté.

Ah bon ? Parce que désaffecté, on a le droit ?

Le procureur de la République proposerait-il un dérivatif ? Est-ce un appel à entrer dans les cimetière militaire en 4x4 puisque plus personne n'y sera inhumé ? "Tous à verdun, il n'y a plus de soldats, n'oubliez pas vos masses"

On se moque de qui ?

Pas de prénons ni de localisation domicilaire semi anonyme du genre "originaire de la ZUP ou des quartiers nord". Sera-ce que les parents si occupés à défendre les charges de professions réglementées manquaient de temps pour surveiller leur progéniture ? (réécoutez les bourgeois de Brel)

Le lycée de Sarre Union (et ses collèges) sont à moins d'une heure de route de la bibliothèque humaniste de Sélestat. Un Mont St Michel de la culture, de l'histoire du livre et de la tolérance qui créera les dynasties d'imprimeurs Alsacien, la presse (du nom de la machine de Gutemberg), une des racines du syndicalisme , la pensée libre et l'esprit critique (une visite toute générations confondues, quelque soit la saison, à ne rater sous aucun prétexte dès sa réouverture). Cette pépite de l'intelligence fait-elle partie des objectifs culturels et pédagogiques de la communauté citoyenne et éducative de la ville avilie par les profanateurs ?

Parce que dans un bourg de 3000 habitants, avec un cimetière juif (datant de la fin du XVIIIe, profané à six reprises depuis 1945, en particulier en 1988, en 2001) dotée depuis bientôt deux siècles d'une synagogue (La première fut construite en 1839, au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle fut ravagée et pillée, et l'immeuble fut endommagé par des tirs d'artillerie), des quasi électeurs encore pour peu de temps mineurs, en tous cas recensés, ne savent pas que des sépultures ne sont pas des quilles dans un bowling ? Parce que personne ne leur a dit, à 85km du camp d'extermination du Struthof Natzwiller ce que signifiait un cénotaphe à la mémoire des victimes des nazis ?

Il y a quelques jours, dans le sud de notre pays, une femme (en réelle détresse sociale et morale) a été condamnée pour ne pas avoir assuré ses obligations éducatives pour ses enfants ? Pour les parents de cette brochette de bas de plafond antijuifs, qui d'après le Proc pour ce qui est de la détresse matérielle ne sont pas dans cette situation, que fait-on ? Du moins en notre nom, que va faire la justice?

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #société, #politique

Repost0
Commenter cet article

CELADIN Georges 27/02/2015 16:38

La montée du racisme est 1 réalité dans ce pays. Quiconque ne le voit pas est aveugle. Et tous ceux QUI ONT 1 tout petit peu 1 lien avec la réalité de ce pays savent que le FN monte. . C'est 1 leg empoisonné des guerres coloniales en Afrique du nord & en premier lieu de la guerre d'Algérie.

RBOBA 18/02/2015 20:32

Oui, c'est curieux (c'est de l'ironie !) on a "omis" de nous préciser si ces jeunes étaient "d'origine maghrébine", voire "issus de l'immigration", voire mieux encore et selon le mot de l'ex président de cette douce France, d'"apparence musulmane" (sic). On ne connait en conséquence ni leur origine sociale, familiale ni "ethnique". Ce qui n'a pas empêché notre président actuel, de décréter (eh oui, j'emploie volontairement ce verbe) qu'il s'agissait d'un acte "antisémite" laissant entendre qu'il était dans la lignée de ce qui venait de se passer au Danemark. C'est peut-être au final un acte antisémite, l'enquête le dira mais je pense et je pencherai plutôt pour l'acte de jeunes abrutis par les jeux vidéos malsains, les jeux de rôles tout aussi malsains, les films gore etats-uniens, au fantastique frelaté. Nous apprenons aujourd'hui qu' un cimetière catholique a été lui aussi profané dans le Calvados.

Canaille Lerouge 18/02/2015 21:59

La vie a tranché : c'est un acte anti-juif, sans contestation possible. Pour ma part je n'use pas dans ce cas la du terme antisémite. Les bombardement de Gaza vu les victimes sont des actes antisémites. Juif et sémite ne sont pas des synonymes.La vieille tradition anti-juive de certains coins d'Alsace est aussi réelle que le sentiment contre les arabes -les marocains du nord de l'Alsace sont (mal) payé pour en savoir quelques choses. Nous sommes dans une région concordataire. Reste la question du communautarisme du racisme qu'il entretient et de l'exigence de laïcité.