Pour aider à la connaissance

Publié le 27 Janvier 2015

Auschwitz, l'univers concentrationnaire.

L'arme du livre

pour combattre

le pire toujours là

 

Pour aider à la connaissance

Discuter, informer montrer.

mais faire aussi du livre une arme de l'intelligence.

Quand on discute avec des ados, voir certains plus agés, au détour des discussions, quand vient la question des documents, celle des écrits historiques mais aussi la création littéraire sur le sujet, que leur proposer?

D'expérience et qualité littéraire retenu (goût de La Canaille) parmi une liste qui ne demandera qu'à s'étoffer, Canaille le Rouge retient ces trois titres :

Robert Merle : La mort est mon métier (comment enfant élève  prussien, croyant, lisant les Textes à l'office, on devient adulte l'ingénieur patron d'un camp d'extermination ?) 

André Schwarz-Bart : Le dernier des Justes (si dernier a fait polémique à sa sortie -accusé d'entretenir une pseudi résignation des réprimés, il participe de lamoire littéraire sur le sujet)

Bruno Apitz : Nu parmi les loup (l'histoire d'un gosse de trois ans qui survivra trois années durant, caché dans une valise, dans le monde concentrationnaire. publié en France par les Editeurs Français réunie dirigée alors par Aragon, en feuilleton dans l'Huma,  Georges Séguy (déporté à Mautahausen) le préface dans une éditions de la fin des années 1960.

Si vous avez envie d'allonger la liste, à vous de dire.

Et pour montrer les racines capitalistes de la bête, revisiter les Damnés de Luchino Visconti un chef d'oeuvre du cinéma, une démonstration implacable qui lors de sa sortie fit hurler les Krupp Thyssen, Porsche, Siemens etc.

nb : Avez vous noté que présentant Auschwitz "on" vous parle de l'industrie dans le camp sans jamais citer les "marques". La télé en 24h00 a parlé à plusieurs reprises de "main d'oeuvre à bon marché" sans jamais user du mot "esclavage". Les patrons de l'industrie allemande étaient des esclavagistes et jamais condamnés comme tel.

A ce sujet, sur l'industrie et la finance dans le système nazi (et la collabartion économique), lire la somme des travaux d'Annie Lacroix-Riz. Même avec une très belle exposition aux archives Nationales, cette dimension de la nazification de l'économie et de la collaboration, les piéces étant pourtant connues et disponible, reste à présenter. La lecture des travaux d'Annie Lacroix-Riz est à porter, et en particilier dans cette période.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Auschwitz, #transmettre, #nazisme, #génocide

Repost0
Commenter cet article

RBOBA 29/01/2015 00:07

Oui, il y a aussi le livre de Robert Anthelme, le mari de Marguerite Duras :" l'Espèce humaine". Une sorte de journal de bord, au jour le jour, donc de l'univers concentrationnaire du lever du soleil au coucher, univers décrit par l'expérience vécue par Robert Anthelme incluant le fameuses marches de lamort. il y a aussi un livre intitulé : "Toutes n'en reviendront pas" d'une femme française déportée dont le nom était Delbos (Jacqueline ?) Je pense que son nom complet peut se retrouver.Je l'ai entendue deux fois sur France Inter, avant qu'elle ne meure récemment.. Passionnante, digne,une guoille toute parisienne pour raconter l'enfer.
Et enfin de Primo Lévi : Ecce Homo."

jean-marie Défossé 27/01/2015 21:10

Au delà des livres qui peuvent être effectivement une arme de l'intelligence , je pense qu'avant tout , il est nécessaire que les peuples européens prennent enfin conscience que TOUS LES GENOCIDES PERPETUES DEPUIS DES SIECLES et ENCORE AUJOURD'HUI , ont pour origine principale et coupable : l'EUROPE !
On pourra me rétorquer que le génocide contre les indiens d'Amérique du Nord est l'oeuvre des colons américains (quand même d'origine européenne) , que celui d'Amérique du Sud est l'oeuvre des conquistadors espagnols et des portugais (aussi d'origine européenne) , il n'en reste pas moins que TOUS CES GENOCIDES sur tous les continents , ceux de l'époque de l'esclavage institutionnalisé , ceux des plus anciens aux plus récents comme celui du Rwanda , comme celui de certains peuples arabes musulmans ou de certains autres pays du continent africain , ceux même entre autres plus éloignés , comme celui contre le peuple cambodgien par un soi-disant "communiste" du nom de Pol pot ... etc...(la liste est trop longue) tous ces génocides ont TOUS UN MEME DENOMITATEUR COMMUN : la couleur blanche des commanditaires-"fomenteurs"-génocidaires et avec toujours pour socle principal : l'EUROPE !
Il faut se poser une question utile et se la poser le plus rapidement possible pour un proche avenir : l'Europe ne serait-elle pas devenue au fil des siècles , un continent PARASITE de notre planète ?
A méditer sérieusement !