Expo Unesco et négationnisme au sein de l'UE

Publié le 25 Janvier 2015

Quand  le chef du gouvernement letton

défile "pour Charlie"

à Paris le 11 avec Hollande

le même censure le 22

une expo de l'Unesco

sur les massacres

commis par

les SS lettons.

 

 

Le pays où les nazis défilent librement 

Des vétérans lettons de la Seconde guerre chantent lors d'une parade annuelle à Riga

Des vétérans lettons de la Seconde guerre chantent lors d'une parade annuelle à Riga

Pendant la crise, la réaction tient ses guichets ouverts, mais installe par endroit des palissades et bâches pour cacher le décor.

Ci-après trois articles qui trouvent une singulière résonnance au moment ou chacun se déclare plus que son voisin être "Charlie".

Le chef du gouvernement letton était présent au côté des démocrates Orban, Netanayhu, Porochenko et non pas une pincée mais une grosse pelletée de quelques-uns tous de même acabit.

L'intérêt de la présence lettonne, c'est ce qui suit mais en appelant que le 11 janvier Paris montrait sa colère devant le massacre de journalistes dont des dessinateurs et des crimes commis sur des critères d'anti-juasaïsme militant.

Vous vous demandez peut-être où Canaille le Rouge veut en venir ?
La Lettonie capitale Riga vient d'interdire à l'Unesco une exposition de dessin d'enfant montrant la réalité des massacres contre la communauté juive lettonne et russophone durant la Seconde Guerre mondiale.

La même Lettonie qui assume la présidence de l'UE (laquelle arme les Nazis à Kiev, laisse réprimer sans rien dire en Espagne, condamner à de la prison ferme pour outrage en France, menace les Grecs s'ils votent mal), Ue dons les promotteurs nous l'avaient  présentée comme un espace de liberté culturelle, de progrès social et d'amitiés entre les peuples. Même l'appartement témoin tombe en ruine

La Lettonie a reconnu le statut d'anciens combattants aux anciens SS et l'a supprimé aux anciens résistants antinazis lettons (majoritairement russophone, pour la population juive, les SS lettons avaient définitivement "réglé la question" : n'ont subsisté que ceux qui ont pu fuir en URSS, tous les autres ont été exterminés). Riga  assure en ce moment la présidence du machin bleu à étoile et fait interdire une exposion de l'UNESCO à Paris.Cela ne semble pas émouvoir le quai d'Orsay ou l'amicale des ex révolutionnaire du café de Flore, les stigmatiseurs de totalitarisme de la Closerie des lilas ou les démocrates de Solferino.

.

 

Communiqué de l'agence Russia :

Le président de la Fédération des communautés juives de Russie (FEOR), Alexandre Boroda, s'est déclaré vivement indigné par la décision de la Lettonie d'interdire une exposition de documents historiques consacrés aux victimes de la Shoah, qui devait se tenir au siège de l'UNESCO à Paris.

"La décision du pays assurant la présidence de l'UE d'interdire une exposition évoquant le sort tragique d'enfants lors de la Seconde Guerre mondiale constitue sans aucun doute une nouvelle tentative d'effacer une page compromettante de l'histoire de ce pays", a affirmé M. Boroda.

L'exposition intitulée "Enfance volée. Victimes de l'Holocauste vues par les enfants détenus dans le camp de concentration nazi de Salaspils*" devrait s'ouvrir le 26 janvier au siège de l'UNESCO à Paris à l'occasion du 70ème anniversaire des victimes de la Shoah. La Lettonie, qui préside actuellement l'Union européenne, a interdit cette manifestation. Selon les règles de l'UNESCO, le consentement de Riga était obligatoire, car l'exposition allait évoquer des événements survenus sur le territoire letton.

"L'Holocauste est une tragédie pour l'ensemble du monde civilisé et pas seulement pour le peuple juif. Il s'agit d'une période terrible dans l'histoire du XXe siècle, et nous n'avons pas le droit moral de l'oublier ou de l'ignorer", a indiqué le président de la Fédération des communautés juives de Russie.

Selon lui, cette décision de la Lettonie traduit son soutien à la collaboration avec les nazis "très courante dans les pays Baltes lors de la Seconde Guerre mondiale".

 

* principalement des dessins, à noter dans la période.

La presse Russe s'indigne à juste titre.  Rappelons les 20 millions de morts sovietiques de toutes nationalités, toutes confessions sous les coups de la Wehrmacht, des SS allemands Ukrainiens Lettons et autres. Une censure la semaine ou la communauté internationale commémore la libération d'Auschwitz par l'Armée Rouge.

Riga a expliqué sa décision d'annuler une exposition sur l'Holocauste à Paris par le préjudice que cette manifestation "porterait à l'image de la Lettonie" pendant sa présidence de l'UE, a déclaré mardi Alexandre Dioukov, directeur du fonds "Mémoire historique" qui a organisé l'exposition.

"Nous avons été désagréablement surpris par l'annulation de l'exposition sur proposition de la représentation permanente de la Lettonie auprès de l'UNESCO. Qui plus est, la mission lettone a fourni une explication bien étrange à cette décision. Selon elle, l'exposition porterait préjudice à l'image de la Lettonie pendant sa présidence de l'Union européenne", a indiqué M.Dioukov à RIA Novosti.

L'exposition intitulée "Enfance volée. Victimes de l'Holocauste vues par les enfants détenus dans le camp de concentration nazi de Salaspils" devrait s'ouvrir fin janvier au siège de l'UNESCO à Paris.

"Je ne comprends absolument pas comment un récit sur les crimes des nazis et de leurs complices peut nuire à l'image d'un Etat européen moderne. Sauf si la Lettonie s'attribue les crimes nazis. Cela paraît être le cas et c'est très triste", a ajouté M.Dioukov.

"Nous avons commencé l'organisation de cette exposition en 2014. L'UNESCO a donné son feu vert. Les représentations permanentes de la Russie et de la Biélorussie auprès de l'UNESCO ont appuyé la tenue de l'exposition. Elle faisait partie d'un projet international réalisé en coopération avec des historiens russes, biélorusses et lettons", a précisé le responsable.

Selon lui, les organisateurs de l'exposition voulaient démontrer que le peuple juif n'était pas le seul visé par les crimes nazis. "Initialement créé pour exterminer les Juifs, le camp de concentration de Salaspils est devenu un lieu de détention et d'extermination d'autres victimes du nazisme après la mort de ses détenus juifs. Il a notamment accueilli les victimes des opérations menées par les nazis à la frontière entre la Lettonie et la Biélorussie", a noté M.Dioukov.

Le camp de Salaspils (Kurtenhof) a fonctionné de 1941 à 1944 à une vingtaine de kilomètres de Riga. Ses premiers prisonniers étaient des Juifs d'Autriche, de Tchécoslovaquie et d'Allemagne. En septembre 1942, la majeure partie des détenus étaient des Soviétiques - femmes et enfants biélorusses et russes, Lettons et Lituaniens. Au total, près de 100.000 personnes sont passées par ce camp.

RIGA, 20 janvier - RIA Novosti

L'exposition consacrée aux prisonniers du camp de concentration de Salaspils en Lettonie, qui devait s'ouvrir dans une semaine à Paris, a été annulée, rapportent des représentants de la fondation Mémoire historique.

La radio Govorit Moskva précise que cette décision a été prise par l'ambassade de Lettonie après des consultations avec le ministère des Affaires étrangères.

Selon les organisateurs, l'exposition a été annulée par les autorités lettones parce que ce focus "sur les enfants esclaves, devenus par la suite des "non-citoyens", nuit à l'image du pays durant sa présidence à l'UE".

Dmitri Stratievski, politologue, historien et membre de l'association Contacts qui collabore avec l'organisateur de l'exposition, la fondation Mémoire historique, a immédiatement réagi à cette annonce.

"Je connais les œuvres et c'est pourquoi la décision d'annuler l'événement m'a rendu perplexe. Elles ne représentent aucun risque pour la souveraineté de quelque pays européen que ce soit. L'exposition présente des œuvres documentaires, par conséquent je ne vois aucun préjudice pour la sécurité nationale ni aucune menace politique", a-t-il déclaré.

Le camp de concentration de Salaspils (Kurtenhof) a été créé pendant la Seconde Guerre mondiale sur le territoire letton occupé par l'Allemagne nazie. Les premiers prisonniers qui y étaient détenus étaient des Juifs d'Autriche, de Tchécoslovaquie et d'Allemagne. En septembre 1942, la majeure partie des détenus étaient des Lettons et des Russes.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #fascisme, #collabo, #censure, #culture, #Unesco

Repost0
Commenter cet article

Elyane 07/06/2016 14:16

Et dire que dès que des jeunes font une "quenelle" il risque gros, mais dans une bonne partie de l'Est européen, après la chute de l'Urss, des régimes collaborateurs avec les Nazis se sont ré-installés pour le plus grand profit des hébergeurs de Nazis Barbie, Mengelé, et bien d'autres y compris les battaillons Waffen SS Galizien, Oustachis, Bosniaques ou du Caucase. Pour servir de future élites revanchardes ils ont été ré-installés aux Usa, Canada, UK et Australie, l'OSS futur CIA a fait ce sale boulot de sauver des génocidaires recherchés à l'époque par l'Urss. Sans honte les Usa ont déclassifié ces preuves qui expliquent tous ces régimes proche des anciens collabos de l'époque nazie : .http://fpif.org/seven-decades-nazi-collaboration-americas-dirty-little-ukraine-secret/ et encore: http://www.foia.cia.gov/sites/default/files/document_conversions/1705143/STUDIES%20IN%20INTELLIGENCE%20NAZI%20-%20RELATED%20ARTICLES_0015.pdf

http://defendinghistory.com/tag/katz-dovid Site militant, juif qui combat le renouveau à l'Est du système nazi au nom d'éradication du communisme, les partis communistes peuvent aller en prison, être poursuivi quand bien même ils auraient été "juifs".

RBOBA 26/01/2015 22:44

Il se trouve des personnes qui aujourd'hui encore vous déclarent toute honte bue, que ces "expériences chirurgicales et/ou médicales" ont fait avancer la recherche médicale et partant, la médecine. On sait très bien, de nombreux ouvrages sont sortis dans les années 1960 ainsi que des témoignages de survivants,sur ces fameuses expériences, que ces expériences n'avaient rien de médicales ni même de chirurgicales car d'une part et c'est l'élément essentiel, les cobayes étaient justement des cobayes non volontaires et pour cause, des hommes, des femmes, des enfants raflés dans tous les territoires européens occupés par les nazis et leurs supplétifs (les Lettons, les Ukrainiens etc..... ceux qui prétendent aujourd'hui avoir libéré les camps de concentration et dans la foulée l'Allemagne occupée....... par l'Armée Soviétique (sic) ces mêmes Lettons qui seraient chatouilleux nous dit-on sur leur amour propre et qui ne supporteraient pas qu'on évoque leur rôle véritable) elles servaient surtout à permettre à des êtres pervers et sans entraves de se faire la main à bon compte. Car quel intérêt pour la médecine ou la recherche que de stériliser des femmes si ce n'est d'empêcher une population ou un peuple de se reproduire, quel intérêt de couper un bras sain, pour prétendûment avoir la conviction que les deux sont en fait utiles et je passe sur les rats introduits dans les bas-ventres des femmes. Un vrai musée des horreurs. Le très beau film/documentaire de Alain Resnais : "Nuit et Brouillard" évoque ces abominations et montre même les lieux où elles se produisaient. Pour en revenir à l'Unesco, et je sais bien que les Anciens parce qu'ils sont anciens justement disparaissent, mais s'il s'en trouvaient encore vivants, peut-être pourraient-ils organiser un rassemblement devant l'Unesco avec pancartes ? Les passants seraient interpellés et ce serait le moment de les informer de cette nouvelle ignominie de l'Europe révisionniste. Que vont devenir les cours d'Histoire ?

jean-marie Défossé 26/01/2015 05:10

A ce propos , nous pourrions étendre le sujet sur les camps de concentration et plus particulièrement et dans la même époque où l'espèce humaine s'est particulièrement avilie et déshonorée , sur les expériences "médicales" pratiquées sur des prisonniers par des "médecins" allemands .
Entendu hier à la radio , la sortie d'un livre intitulé : "Hippocrate aux enfers" aux éditions Stock (sous toute réserve) , livre écrit par un Médecin , fils d'une victime de la Shoah .
Je vais le commander et sans encore l'avoir lu , je suis intimement persuadé d'y trouver des éléments supplémentaires qui me permettront de conforter mes opinions personnelles sur l'utilisation ENCORE A CE JOUR et par le Grand Capital (financier , monarchique , aristocratique et "religieux" , des résultats de ces "expériences" passées ... à des seules fins partisanes et idéologiques .
Ces expériences menées par le passé n'ont pas été vaines pour certains et n'ont pas beaucoup laissé de traces (sauf vis à vis des victimes) , mais ont TRES PROBABLEMENT ETE RECUPEREES pour débuter dès la fin de la 2ème guerre mondiale , l'orchestration de la conflagration suivante , c'est à dire celle qui se dessine et prend corps actuellement de jour en jour .
L'adversité oligarchique contre les peuples nous a toujours prouvé qu'elle ne fait rien au hasard et encore moins inutilement et bénévolement ; qu'elle est organisée et solidaire (à l'inverse des peuples) et ingénieuse , capable en parallèle d'être très cruelle et dénuée de sentiments et de compassion pour conserver envers et contre tout SES PRIVILEGES !
A suivre très certainement

RBOBA 25/01/2015 22:53

Et la directrice de l'Unesco dont j'ai oublié le nom mais dont je sais qu'elle est Bulgare, qu'en dit-elle et que fait-elle ?