"vente" de l'aéroport de Toulouse : le crépuscule d'un dieu ?

Publié le 28 Décembre 2014

Macron est un menteur !♫

♪Macron est un menteur !

Macron est un menteur !♪

Macron est un menteur !♫

Macron est un menteur !♫ ♫Macron est un menteur !

♫Macron est un menteur !♪Macron est un menteur !Macron est un menteur !Macron est un menteur !  

"vente" de l'aéroport de Toulouse : le crépuscule d'un dieu ?

13 juillet 1919 : première tentative de liaison postale régulière

entre Toulouse et Casablanca (Maroc)

C'est Mediapart qui l'a coincé la main dans le pot de confiture de gingembre :« Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’une privatisation mais bien d’une ouverture de capital dans laquelle les collectivités locales et l’État restent majoritaires avec 50,01 % du capital. On ne vend pas l’aéroport, on ne vend pas les pistes ni les bâtiments qui restent propriété de l’État. [...] Nous avons cédé cette participation pour un montant de 308 millions d’euros », avait dit le ministre de l’économie.

Toujours selon Mediapart, il avait alors déclaré « Celles et ceux que j'ai pu entendre, qui s'indignent de cette cession minoritaire de la société de gestion de l'aéroport de Toulouse, ont pour profession d'une part d'invectiver le gouvernement et d'autre part d'inquiéter les Français »,

Désolé monsieur le bankster mais Canaille le Rouge est retraité et sa seule profession c'est d'être cheminots. Mais par contre si une chorale veut de lui pour changer à tue tête ♫ Macron est un menteur♪ il est pret à prendre des cours de chant. 

C'est que le pacte d'actionnaire non seulement ne lie pas l’État à la Région, au département et à la ville de Toulouse, pour former une majorité de 50,1 % au sein du capital de la société ; mais en plus il lie l’État au groupe chinois Symbiose. Ce pacte d’actionnaires précise de plus - nous révèle Mediapart, et c'est tellement gros que le babytrader à du avouer- que les trois membres du directoire de la société seront désormais désignés par l’investisseur chinois. Au terme d’une clause stupéfiante, l’État a même accepté d’abdiquer tous ses pouvoirs : « L’État s’engage d’ores et déjà à ne pas faire obstacle à l’adoption des décisions prises en conformité avec le projet industriel tel que développé par l’acquéreur dans son offre et notamment les investissements et budgets conformes avec les lignes directrices de cette offre », précise la clause 2.2.2.

Et, mandarine sur la gelée d'amande, le groupe chinois était non seulement domicilié dans un paradis fiscal ; mais de plus, il n’a pas pu nié que son allié canadien, SNC Lavalin, venait d’être radié pour dix ans par la Banque mondiale pour des faits graves de corruption.

Donc le bankster de Bercy fait des affaires avec une bande d'Al Capone sur le dos de l'emblême de l'historique et vénérable symbole de l'aéropostale.

Quand Canaille le Rouge a entendu le Lucky Luciano en culotte courte des OPA-éronautiques dire qu'il était de gôôĉhe, cela lui a confirmé combien le concept avait perdu toute pertinence. Il n'y a de clarté possible maintenant qu'a énnoncé l'antagonisme entre les progessistes anticapitalistes d'une part et le reste des autres.

Toute autre proposition relève de l'enfûmage.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Menteur, #Bankster

Repost0
Commenter cet article