Tortures (encore)

Publié le 11 Décembre 2014

Du Kentucky à Kiejkuty, délocalisations là aussi ...

 

Tortures (encore)

Silence on livre 

 

 

"Enfin, tandis que les deux rois faisaient chanter des Te Deum chacun dans son camp, il prit le parti d'aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d'abord un village voisin ; il était en cendres : c'était un village abare que les Bulgares avaient brûlé, selon les lois du droit public. Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là des filles éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros rendaient les derniers soupirs ; d'autres, à demi brûlées, criaient qu'on achevât de leur donner la mort. Des cervelles étaient répandues sur la terre à côté de bras et de jambes coupés..."

Voltaire, Candide chapitre 3

 

 

Même le Conseil de l’Europe après Amnesty International et quelques autres a également incité les Européens (de l'UE) à faire la clarté sur ce dossier noir. On mesure ainsi à l'aune de ce dossier ce que donne des gouvernements non élus menés par des dirigeants entre eux cooptés dans des castes élitistes aux escarpins protégés de leur fange par des tapis dorés.

Au total, selon les enquêtes rapports et autres comilations de documents, on aurait recensé au total environ un millier de curieux vols clandestins dans le ciel azuré scintillant de sa constellation circulaire d'étoile de la liberté.

Destination de ces vols  ?  Vers au moins trois prisons secrètes est dont l'exostence est désormais avérée. Elles étaient situées à Bucarest, en Roumanie, à Antavilas, en Lituanie, et à Kiejkuty, en Pologne.

Dans un arrêt, nous dit ma presse, d’une portée jugée historique,  la Cour européenne des droits de l’homme. a jugé en juillet 2014 que les autorités polonaises s’étaient rendues complices d’actes de torture.

Qui que c'est-y qui  en ce moment préside l'UE ? La Po ...ne soufflez pas laissez le temps au candidats . La Polo ...Diesel 4 porte !! NON ignare, La Pologne.

Sur la base de rapports d’experts et d’ONG, la Cour de Strasbourg avait donné raison à deux requérants qui affirmaient avoir été torturés par des agents américains, la Pologne n’ayant « rien fait pour empêcher » ces actes mais, au contraire, avait « créé les conditions nécessaires à la mise en œuvre du processus ».

D’autres plaintes sont actuellement à l’examen, mais sans attendre, devant la pression qui s'est établi mais poeut et doit grandir le Parlement européen maintenant réclame que la Commission de Bruxelles contribue à faire la clarté sur le rôle d’autres pays, comme l’AllemagneChypre, le Danemark, l’Espagne, la Grèce, l’Irlande et la Suède. Il a aussi mis en cause l’Autriche, l’Italie, le Royaume-Uni et le Portugal pour leur manque de collaboration. 

10 de compromis sur 18 dans le chapeau ; joli score. Et sur les 8 qui restent il y a des tremblements de chancelleries qui sont très indicatives?

Mais alors, ceux qui nous appelaient à voter pour cet espace de liberté et de démocratie aurait-ils été trompé pour en toute candeur nous tromper à leur tour ? Impossible que des prix Nobel de la Paix des médailles Machin des ruban truc nous aient menti ?

Une délégation du Parlement européen avait été reçue au département d’Etat américain où on lui y affirmait, en 2006, qu’il n’y avait que « deux ou trois exemples » de transferts secrets.

Rappelons que le dossier "traitements inhumains" que le sénat américain vient de rendre public dispose de 6 millions de documents.

Tout commence le 17 septembre 2001 quand Bush n2 signe le mémorandium autorisant les patrons du renseignement américain et en premier lieu la CIA à «entreprendre toutes les opérations nécessaires pour capturer et placer en détention les personnes qui représentent une menace de violence continuelle et sérieuse ou qui planifient des actions terroristes»

Un ordre comme celui là, c'est comme demander à Spagiari d'être veilleur de nuit à la Banque de France.

Ils se sont mis au travail et ont, loi du capitalisme, cherché des sous traitants qualifiés, sans passer forcement par Bolkensetein, ils ont trouvé une variété de plombiers polonais, des lituaniens ayant conservé des reflexes de traque et surveillance depuis les miradors acquis entre 39 et 44. Quand aux Roumains, confiance dans les compétences en matière de répression d'une police recomposée sur les bases Ion Antonescu en 40. 

Pourtant les syndicats des aiguilleurs du ciel (quand il ne sont pas en grève pour empêcher d'aller skier à Gstaadt ou Courchevel, de bronzer à Marakech ou faire Noel aux Seychele) avaient dénoncé des vols aussi curieux que quasi cladestins sur des sillons des horaires inacoutumés. Mais ils avaient été renvoyé dans leur tour avec prière de faire silence.

 

C'est donc sur de faux rapport que la France (qui n'apparait pas dans cette liste là) accepte de cotyer la pologne (qui y est) dans un zèle euro-oecuménique à soutenir les nazis de Kiev dont le gouvernement maintenant est directement branché sur un département d'état US le quel était il y a quelques temps la tutelle des tortionnaires ? 

Il semblerai que la DGSE soit plus efficace pour traquer dans la Creuse que pour informer sa tutelle sur les pratiques de la concurence américaine ...à moins qu'il n'y ait pas eu concurence !
 

pour rappel, voici les 20 points tels que listés par le rapport du sénat US :

 

1- Les méthodes d'interrogatoire renforcées n'ont pas été efficaces pour obtenir des renseignements ou la coopération des détenus.

2- Les arguments utilisés par la CIA pour justifier le recours à ces méthodes d'interrogatoire ont reposé sur des déclarations fausses concernant leur efficacité.

3- Les interrogatoires des détenus ont été brutaux et pires que la présentation qui en a été faite aux responsables politiques.

4- Les conditions de détention des détenus ont été plus sévères que ce que la CIA en a dit aux responsables politiques.

5- La CIA a fourni de manière répétée des informations inexactes au ministère de la justice, empêchant une évaluation juridique correcte du programme d'interrogatoires renforcés.

6- La CIA a agi de manière répétée pour contrarier ou empêcher une supervision de son programme par le Congrès.

7- La CIA a empêché la supervision de son programme par la Maison Blanche.

8- Le programme de la CIA a compliqué et parfois même contrarié les missions de sécurité nationale d'autres agences de l'exécutif (dont le FBI).

9- La CIA a empêché la supervision de son programme par le bureau de l'inspecteur général.

10- La CIA a organisé des « fuites » à la presse d'informations classifiées, en particulier d'informations erronées à propos de l'efficacité de ce programme d'interrogatoires renforcés.

11- La CIA n'était pas prête à remplir cette mission de détention et d'interrogatoires plus de six mois après en avoir reçu le pouvoir.

12- La CIA a géré son programme de manière insatisfaisante (nomination de responsables sans expérience ou accusés de violences dans des missions précédentes).

13- La CIA a externalisé à deux psychologues extérieurs à l'agence la conception de son programme, comme elle a externalisé massivement des opérations qui lui étaient rattachées.

14- La CIA a eu recours à des techniques d'interrogatoire qui n'avaient pas été approuvées par le ministère de la justice ni par la direction de l'agence.

15- La CIA n'a pas tenu à jour le compte des détenus interrogés, a retenu des personnes qui légalement ne pouvaient l'être, et présenté une comptabilité des interrogatoires erronée.

16- La CIA s'est montrée incapable de faire une évaluation correcte de l'efficacité de son programme.

17- La CIA a rarement sanctionné les personnes responsables de comportements inappropriés, de violations sérieuses de ses propres politiques.

18- La CIA a minoré ou ignoré les critiques internes soulevées par son programme.

19- La CIA a été contrainte de mettre un terme à son programme en 2006 à la suite de « fuites » non autorisées dans la presse, d'une coopération réduite des pays tiers et de préoccupations d'ordre légales.

20- Ce programme d'interrogatoires renforcés a abîmé l'image des Etats-Unis et s'est traduit par un coût élevé (300 millions de dollars en dehors des frais de personnels), mais aussi par une dégradation des relations avec d'autres pays.


Au dela de certains points (par exemple le 1 ou le 16) d'un cynisme qui peut laisser pantois le lecteur normalement équipé en terme d'intelligence et d'humanité, ces vingts points pour qui serait ici sous le coup de se les voir attribuer offrirait pour un ressortissant français un aller simple au tribunal le plus proche ou (et) une carte à vie de membre bienfaiteur du F-haine.

Ainsi va le modèle de pays libre vanté par nos média. Voila à quoi les donneurs de leçon de démocratie dans l'espace de concurence libre et non faussée ont activement coopéré et caché à leurs peuples.

Le vieil Hugo grondant par ses vers dans Ruy  Blas aurait certainement su porter la nécessaire estocade :

 

 

Bon appétit, messieurs !

O ministres intègres !

Conseillers vertueux ! Voilà votre façon

De servir, serviteurs qui pillez la maison !

Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure,

L’heure sombre où l’Espagne agonisante pleure !

Donc vous n’avez ici pas d’autres intérêts

Que remplir votre poche et vous enfouir après !

Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,

Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Etats et tortures, #politique, #humanité

Repost0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 12/12/2014 07:37

Les services de renseignements français ne sont malheureusement pas exempts de cette banalisation de méthodes radicales utilisées au nom de la défense de l'Etat . Il suffisait pour cela d'écouter sur France -Inter ou France-Info (?) , il y a 2 jours (2 ou 3 jours ?) le témoignage d'un ancien de la DGSE .
D'autres que moi pourront peut-être en témoigner de façon plus précise . Je n'ai personnellement jamais entendu AUSSI SOUVENT et EN NOMBRE dans des propos ... le mot "TUER".
Presque à croire que l'Etat français n'engage(ou n'engageait) dans ses services de renseignements , tout au moins par le passé ... que des TUEURS A GAGES !
Est-ce représentatif d'un Etat dit civilisé , dit démocratique , dit Pays des Lumières , dit Pays des Droits de l'Homme ?
Plutôt à mon humble avis des méthodes similaires à celles de la mafia sicilienne , la "Societa Onorata" (l'Honorable Société) , la Cosa Nostra !
La France doit-elle s'aligner sur le pire , sur des méthodes de plus en plus en vogue dans notre vieille Europe et que d'aucuns veulent remettre aux goûts du jour , non pas réellement pour la défense de la Nation France (dans la réalité ils s'en foutent) , mais plus certainement et plus sûrement pour protéger de vulgaires intérêts financiers et personnels .
Méthodes qui , si elles sont tolérées par les Instances Dirigeantes d'un pays ...ne peuvent que se radicaliser au fil du temps .
Pour preuves passées que cette tolérance gouvernementale aboutit inévitablement à des actes d'une telle cruauté qu'il est même peu probable de les retrouver d'un tel niveau dans l'ESPECE ANIMALE .
J'ai malheureusement pour ma mémoire et ma conscience d'homme , le souvenir d'anciens soldats français d'Algérie , collectionneurs d'oreilles ou de crânes de fellaghas et percés d'une balle .
Je suis persuadé que ces auteurs font à ce propos moins de cauchemars que moi .
La France est devenue au fil des siècles un pays riche , peut-être ...mais aussi en parallèle un pays DE-HUMANISE qui ne peut conduire , dans le meilleur des cas ... que vers la déliquescence !