Osmose et dyalise en politique

Publié le 15 Décembre 2014

ou les passerelles

intra-droite

Osmose et dyalise en politique

 

L'histoire commence comme un raffarinade classique, et s'en est une au sens où l'ex premier sinistre enfonce des portes ouvertes et dit des évidences en leur donnant un statut de découverte à dimension copernicienne : 

"M.Macron est un homme de droite qui défend les intérets patronaux"

 

La suite s'enchaine naturellement : pour prouver que c'est à relativiser, l'ancien-ex-futur-nouveau président du parti des bling bling réacs se distancie  de sa direction en nommant une secrétaire nationale de l'extrême droite fascisante, proposée, nous disent les agences de presse,  par NKM* qui prétend être l'aile antifasciste du machin.

Fatima Allaoui, nouvelle secrétaire nationale de l’UMP à la formation professionnelle, est issue du Siel, un micro parti affilié au Rassemblement Bleu Marine.

La nouvelle est telle que ce message étant encore entre les touches du clavier de La Canaille que la sus-désignée est déjà basculée dans la coulisse tant cela faisait mauvais genre.

Mais le fond, ce ne sont pas les méandres du fonctionement du dit parti et sa versatilité dans ses décisions montrant sa dose d'opportunisme,  c'est le choix du vivier dans lequel le Duce de "l'armée de militant" va chercher à puiser ses courroies de transmission. 

¤¤¤¤¤¤¤

Osmose et dyalise en politique

*"Elle a été recrutée par la numéro deux de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet. Cette dernière assure qu'elle ignorait la proximité de cette élue avec l'extrême droite. « Je ne savais absolument pas qu'elle avait eu cette aventure politique. Si c'est vrai, elle nous l'avait caché », a affirmé la vice-présidente du principal parti de droite, lundi 15 décembre, sur France Info."
 

Drôle d'aventure que d'aller au SIEL et d'en revenir tout en y restant, mais preuve que les cloisons sont pour le moins peu étanches d'autant que la veille le nomminant avait déclaré : «Je n’accepterai jamais aucun accord avec le FN, ni local, ni régional, ni national. Ceux qui se laisseraient aller à de tels accords, ils devront quitter le parti, ou on les en fera partir».

 

A peine élu, il s'en va ?

 

Comme quoi il est aussi difficile d'apprendre d'où sort une militante faciste parachuté à la tête du parti de l'oppositionofficielle dont on est vice présidente que de connaitre le prix du ticket de métro de la ville dont on veut être la première magistrate.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #droite, #extrême droite, #politique, #passerelles

Repost0
Commenter cet article