Modeste contribution à un débat plus général

Publié le 19 Décembre 2014

ou comment aider

son organisation

à en sortir

par

le haut

Modeste contribution à un débat plus général

Pour ne pas s'enfoncer dans des débats byzantins, pour empêcher les lymbes de se regarder le nombril ou les caciques de deviser sur le sexe des anges.

 

 

 

Le débat qui s'engage dans la CGT, pour tous les protagonistes du SG comme du syndiqué, est autre chose qu'une simple recherche d'une porte de sortie honorable d'une crise qui révèle autant sa profondeur qu'elle va conduire à mesurer le nombre des couches d'enduit qui ont été appliquées pour masquer les craquelures des fonds.

Le besoin est manifeste de reconstruire non pas autour de personalités aussi bien intensionnées qu'elle puissent être mais, puisque c'est de syndicalisme qu'il s'agit, des objectifs revendicatifs et des conditions concrète à rassembler pour que ces objectifs soient atteints.

L'actualité nous en fourni une occasion : entre les 0.8% d'augmentation du SMIC, les déclarations de Sapin et Bensamen, celle du nonce apostolitique parlant depuis Bercy au nom de l'église de l'union française des banques, tous s'opposant à toute augmentation des salaires et des pensions, Il y a là une fenêtre de tir qui peut être une baie vitrée si le CCN décide de s'en emparer.

Mobiliser, rassembler tremper des directions par ce travail pour exiger une augmentation massive et immédfiate des salaires et pensions avec non pas un plafond mais un plancher réaliste au regard du montant des dividendes et des cadeaux ponctionnes dans les finances publiques pour gaver le capital, voila un objectif réaliste .

Combien faut-il pour vivre décément ? +20% sur le Smic net ?

Combien faut-il pour une retraite décente ? +35% 

A quel niveau fixer le taux de réversion des pensions ? 75% 

Est-ce plus irréaliste que les retraites chapeau, le CICE, les dividendes gonflés par la casse de l'emploi et autres babioles accrochées au sapin de Noel du medef ?

Pourquoi être irréaliste en ne demandant même pas l'insuffisant ? 

Soyons réalistes exigeont l'indispensable.

Et là, Canaille le Rouge est persuadé que la question des termes de l'unité d'action reviendra dans un espace où le Berger restera sans troupeau et où les loups se casseront les dents.

 

 

 

Précisons, avant d'aller plus avant, que si  les cogitations de Canaille le Rouge étaient dans l'instant retenues par le CCN, celui-ci, de près ou de loin ne revendique d'aucune façon la place de secrétaire général de la CGT ni même de membre d'une quelconque structure statutaire confédérale. 

Mais, structurer un outil pour répondre à une exigence paratagée n'est-ce pas la garantie de l'efficacité ?

Comme résolution portée dès la sortie du CCN, appeler à aller dans les entreprises publiques et privées, aux sièges des organisations patronales, au Medef, à Matignon, harceler les CCI comme leurs dirigeants savent le faire pour faire plier leurs salariés pour extraire le jus de profit, secouer les grilles des préfectures au point de faire fuire les hooligans du choux fleur, sonner énergiquement à la porte des permanences des élus qui oublient comment ils ont été élus, si le CCN décide de cela et met en place une direction mandatée pour cela et pas autre chose, ce sera la garantie d'un syndicalisme de plein pied abandonnant à qui veut s'en repaître les fruits aussi fade que bio-contestables des hors sols.

Cela s'appelle renouer avec une dynamique de classe.

Si vous en connaissez une qui depuis un siècle a démontrer plus d'efficacité, vite, montrez là !

Bien sur cela ne va plaire aux autres coorganisateurs du congrès de la CES en France.

ça tombe bien. cela va permettre de débattre de l'utilité de la chose d'autant que la désignation de ses dirigeants se fait plus par cooptation façon commission européenne que façon CCN (et La Canaille penche plus vers cette dernière solution pour désigner les directions)

Un tel mandat impératif rendant ceux qui ne le respecteraient pas révocables, outre qu'il renouerait avec les fondamentaux du syndicalime repositionnera la question de la signature ou pas des accords nationaux comme les fédé conditionnent leurs accords de branche et mandate leur signataires éventuels.

Voila en attendant la suite une ou deux pistes qui pourraient participer à clarifier le débat.

Pas convaincu qu'en l'état ces proposions fassent bondir d'antousisme la totalité du CCN, pour autant les mettre en débat ne sera pas inutile.

Rappelons-nous pourquoi et comment Byzance est tombé.

 

P-S : à la télé du midi , la cheftaine de la secte LO a appelé à la démission du Secrétaire Général de la CGT (17'sur C+).

Si ici chacun sait ce que Canaille le Rouge pense des orientations portées et justifiées par le SG de la CGT et les distances conséquentes entre celui-ci et les conceptions de La Canaille, voir quel'qu'une qui n'a jamais payé un timbre syndical à la CGT (est-elle seulement syndiquée ?) user des micros complaisement tendus pour, une prof d'économie, gloser au nom de la culture ouvrière (sic), ce n'est même plus de l'exotisme, c'est de l'incontinence. 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #CGT, #CCN, #lutte de classe, #revendications, #salaires

Repost0
Commenter cet article