ils nous cassent les (b)urnes

Publié le 1 Décembre 2014

ou encore et toujours

les aventures

de

E=MC2

ils nous cassent les (b)urnes

 

Canaille le Rouge ne sait si l'élection professionnelle à la tête d'une formation politique mobilisant 60% du temps d'antenne des radios et TV vous a laissé le loisir de vous informer mais il y avait aussi des élections professionnelles à EDF, lesquels n'ont pas eu droit au même accompagnement médiatique.

 

180 793 agents, actifs et inactifs se sont exprimés décider de l'avenir de leurs garanties collectives et de leurs activités sociales.

Le taux de participation aux élections de CMCAS est de 67,53 % (soit 7 points de plus qu’en 2009 et 28 854 voix exprimées supplémentaires).

La CGT fait un peu plus de 50% des voix… (63 000 et un peu plus de 30% des inscrits), c'est donc nous disent en chœurs les commentateurs, un échec.

 

L'élection qui a occulté le reste nous apprend qu'il y avait, coïncidence, 180 000 inscrits pour désigner le grand Babuyaka de l'amicale des touilleurs de big-million.

Celui qui a été élu a recueilli 64% des 58% de votants.

64%de 104 000 votants soit 66 600 voix (un peu plus de 30% des inscrits)

Sachant que dans une association de nature militante et d'adhésion volontaire (politique ou syndicale) , il est rare que près de la moitié des adhérents (42%) s'en désintéressent, et que l'éxité du bocal, la fois précédente, avait réuni un peu plus de 80% des voix avec une participation massive.

Donc monsieur Fricobulon Sarkothon qui a recueilli un peu plus de 30% des inscrits, sort  nous disent en chœurs les commentateurs, porteur une grande victoire pour lui, tout comme la CGT à EDF avec le même score subie une cuisante défaite.

Albert qui tirait la langue aux conformistes et aux collets montés idéologiques de l'establishment avec le même talent qu'il déroulait ses équations vous l'avait bien dit : E=MC2

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #élections, #social, #syndicats, #cgt

Repost0
Commenter cet article