A mes camarades cheminots de la ligne Paris-Orléans-Vierzon-Chateauroux-Limoges-Brive-Toulouse

Publié le 2 Décembre 2014

Dit autrement

les arc-boutés du POLT

une avancée

qui vaut

victoire !

et pas n'imorte laquelle

20 ans de combat.

A mes camarades cheminots de la ligne Paris-Orléans-Vierzon-Chateauroux-Limoges-Brive-Toulouse

Quand nous avons commencé ensemble et que sans que vous ayez baissé la garde ensuite, à engager la bataille pour la modernisation de l'axe historique nord-sud du service public SNCF au départ de Paris Austerlitz, que n'avons-nous pas et que n'entendez-vous toujours pas de la part de ceux qui font du service public SNCF un outil à privatiser et à fragmenter, pour les autres (mais parfois les deux) un outil à draguer des voix entre deux votes de casse et deux résolutions de privatisation des TER ?

Le Conseil d'État va ne pas faire plaisir à la hollando-chiraquie vu coté gratin, mais il valide les exigences du Loiret du Cher de l'Indre, la creuse, la haute Vienne, le Lot et quelques autres (Vive les départements) destinés par les plans d'en haut à faire de leurs habitants d'exotique réserves naturelles de chômeurs et qui justement se battent pour ne pas l'être.

La décision prend tellement à contre-pieds les "ceux qui savent" que le journaliste du Monde se prend le clavier dans les traverses en parlant d'un "projet alternatif, qui passerait par la modernisation de la voie Poitiers-Orléans-Limoges-Toulouse", qui n'est pas une ligne ordinaire de la SNCF alors que le conseil d'etat parlent plus justement de ce que les cheminots avaient dès les assises du Rail des années 90-95 appelé le projet "POLT" appellation reprise depuis y compris par le conseil d'Etat,

En laissant ses appréciations à la presse politico patronale, voici ce qu'en dit "mobilettre"

"la renaissance du POLT correspond bien à la volonté de faire émerger une troisième voie ferroviaire, entre les TGV rapides et coûteux et les TER régionaux et très subventionnés. La mission récemment installée par Alain Vidalies, et présidée par Philippe Duron, pour réfléchir à l’avenir des TET, pourrait donc relancer la ligne, en s’appuyant sur des chiffres positifs: le liaison Paris-Limoges est la seule franchement bénéficiaire parmi les lignes TET, avec des taux de remplissage supérieurs à 90%! Moyennant quelques travaux peu coûteux, voire l’équipement en matériel pendulaire, les temps de parcours pourraient être réduits; ils n’atteindraient pas ceux de la grande vitesse, mais rendraient service à bien davantage de territoires que la seule Poitiers-Limoges…

Fermez le ban.

Camarades sortez les verres, ouvrez les bouteilles sortez les pâtés, tranchons le pain et du jambon, il faut arroser cela : c'est votre (un peu notre) victoire, une lutte sociale de 20 années.

Le bon sens du service public qui s'impose aux délires électoralistes.

Ce n'est pas tous les jours, surtout dans la période. 

Ce qui ressort du Conseil d'état ce jour sera-t-il en phase avec nos exigences nées au même moment que la  mise en service du TGV Atlantique liée alors la volonté conjointe de la ville de Paris et de l'etat de récupérer les terrains, une centaines d'hetares de terrains publics autour de Paris Auserlitz pour les livrer aux promotteurs ?

La Canaille ne le sait et certainement qu'il y a uar bien du boulot.

Par contre ce qui est sûr, c'est que si nous n'avions pas engagé ce combat et si vous ne l'aviez pas poursuivi durant plus de 20 ans, dans des conditions difficiles, l'alternative proposée par le Conseil d'Etat à un TGV interlude Poitiers-Limoges qui faisait d'Orléans à Limoges par Vierzon et Chatouroux, tout le sud du Berry  et le nord du llimousin un désert ferroviaire ne pourrais être posée.

Elle l'est.

Ce n'est pas encore la victoire en chantant mais si du nord au midi la trompette non pas guerrière mais des protecteurs des agents de la voie peut continuer de sonner pour les travaux de modernisation (dont la suppression définitive des barrières de passage à niveaiu) proposés par le Conseil d'Etat, c'est bien à l'image de la Gare d'Austerlitz maintenue dans ses emprises, atelier de Paris masséna, Dépot et triage d'Ivry compris, si à Auster la gare voyageurs est modernisée malgré la direction et les pouvoirs successifs, il y ont été contraint par les luttes menées par les Cheminots et leur syndicats CGT le plus souvent isolés.

Ces luttes il y avingt ans avaient à dispositions des organisations du PCF dans l'entreprise. Aujourd'hui le P"c"F a des élus dans les instances régionales qui ne parlent pas de la même façon selon le point où ils se situe sur la ligne. Il faudra faire sans. Mais il va aussi falloir réflechir à quel outil politique les travailleurs ont besoin pour peser directement sur les choix.

Maintenant, puisque cette solution est présentée comme source d'économie, vite les décisions et les budgets. Bonne occasion avec les besoins d'autres axes historiques de bénéficier d'une modernisation du parc du matériel roulant, source de partenariat à reconstruire avec l'industrie ferroviaire.

Il évident que pour que Pepy, Rappoport et Saint Geours acceptent cette hypothèse pour en faire un axe de travail, c'est plus de la machine à secouer les inerties que de fraternelles tapes dans le dos que le service public va avoir besoin.

Mais comme les cheminotes et cheminots savent mieux manipuler la première qu'user des secondes (les luttes et les pratiques de luttes qu'ils savent avec bonheur recueillir et  transmettre) l'annonce de Conseil d'Etat conforte la devise de La Canaille : "avec un bon rapport de force l'utopie reste à portée de main" si évidament si la main reste ferme et la pression forte.

Ce jour va pour Canaille le Rouge être gravé sur son agenda : Ce sera la première fois dans sa vie d'actif ou de retraité que pensant à des luttes commune, La Canaille va envisager de fêter une décision du Conseil d'Etat.

Pour cela en attendant que ses camarades organisent les conditions plus élargies, il va dès que possible ouvrir et partager une de ces confidentielles bouteille de vin de Reuilly qui sera la boisson régionale obligée de cette étape.

 

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #SNCF, #cheminots, #lutte, #CGT, #service public, #POLT

Repost0
Commenter cet article