PS, en vue . DSK, touché. LSK, coulé.

Publié le 5 Novembre 2014

montre nous

ce que tu fais

nous te dirons

qui tu es

PS, en vue . DSK, touché. LSK, coulé.
PS, en vue . DSK, touché. LSK, coulé.

La presse échaffaude tout un tas de thèses diverses et (a)variées à propos d'un clash financier lié au grand bon en avant fait par un financier plus que douteux, clash qui éclabousse plus que copieusement son associé.

Les agences rapporte ces faits en ces termes :

Le fonds d'investissement LSK, présidé jusqu'à une date récente par l'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn, s'est déclaré mercredi en cessation de paiement, rapportent les médias français.

Les déboires de cette société, dont le siège se trouve à Luxembourg, ont éclaté au grand jour fin octobre après le suicide à Tel-Aviv de son fondateur Thierry Leyne, intervenu quelques jours après le départ de DSK du poste de président du fonds.

L'ancien patron du FMI, ex-ministre de l'Economie et fugace favori de l'élection présidentielle en France, a pris la parole dans le quotidien Le Parisien du 30 octobre pour expliquer sa prise de distance avec LSK.

Dominique Strauss-Kahn indiquait notamment que Thierry Leyne avait contracté "une série d'emprunts excessifs", qui remettaient en cause "la continuation de la société LSK, dont le crédit était irrémédiablement compromis".

Selon la presse, DSK et Thierry Leyne avaient pour projet de lancer un fonds spéculatif de 2 milliards de dollars, récoltés en priorité auprès d'investisseurs de pays émergents.

Laissons les fouiller dans ce cloaque pour plutôt revenir sur une question qui n'est plus posée et qui pourtant éclaire bien notre actualité : ce DSK, n'est-ce point celui qui si d'autres déboires ne l'en avaient empêchés, candidat incontournable du parti socialiste, serait à la place de Blummollet pour mener la politique d'un candidat victorieux des primaires du PS pour aller mettre sa brosse à dents et ses pantoufles à l'Elysée ?

Or ce joyeux philanthrope vient de boire la tasse avec un fond d'investissement, spéculatif, domicilié dans un paradis fiscal, des fonds drainés à partir des spéculations d'affairistes pillant les pays dits émergents. 

Vous trouvez cela très conforme avec l'idée et la morale du socialisme ? 

Que Blummollet ait remplacé au pied levé l'ancien patron du FMI (qui est comme chacun sait un des temples majeurs de la suppression de l'affrontement de classe) permet de qualifier la nature du parti qui se mobilisait pour eux : un parti au service du capital et donc un parti de Droite.

Histoire d'aider à y voir clair, Canaille le Rouge vous propose de relire les paroles de ce quatrième couplet de l'Internationale.

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail,
Ont-ils jamais fait autre chose,
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande,
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Toujours d'actualité vous ne trouvez pas ?

Et vous croyez que c'est de près ou de loin avec ces "socilistes" qu'on y parviendra?

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #économie, #politique

Repost0
Commenter cet article