Le crime de guerre,

Publié le 6 Novembre 2014

comme la fiscalité

luxembourgeoise,

est une denrée

pour le moins 

très volatile

Le crime de guerre,

Même s'il est « raisonnable de penser » que des crimes de guerre on été commis, dame Fatou Bensouda preocureur du TPI a conclu « que si l'on pouvait raisonnablement penser que des crimes de guerre relevant de la compétence de la Cour pénale internationale avaient été commis sur l'un des navires en cause, le Mavi-Marmara » que la Cour pénale internationale (CPI) ne poursuivrait pas Israël.

 

Pour la magistrate  qui s'est expliqué sur cette décision, ces crimes ne sont pas « suffisamment graves pour que la Cour y donne suite », a-t-elle ajouté.

 

La dame, trapéziste du droit international, a réussi ainsi son rétablissement : selon le traité fondateur de la Cour, la CPI « doit avant tout se concentrer sur les crimes de guerre commis à grande échelle ou dans la poursuite d'un plan ou d'une politique ». Ce qui évidement concernant la politique menée par Tel Aviv ce serait qu'une vue de l'esprit.

« J'en conclus que les critères juridiques posés par le statut de Rome pour ouvrir une enquête ne sont pas remplis et c'est pourquoi je déclare l'examen préliminaire clos. »
 

Reste une question, la dame procu va-t-elle poursuivre l'assemblée générale des Nations Unis pour dénonciation calomnieuse ? Onu qui en septembre 2011,  avait jugé« excessive » et "déraisonnable" cette intervention militaire, 

Mme Bensouda avait été saisie de l'affaire par le gouvernement des Comores, un Etat partie du statut de Rome, le traité fondateur de la Cour pénale internationale, mais aussi l'Etat auprès duquel était enregistré le Mavi-Marmara, navire amiral de la flottille internationale d'aide humanitaire attaqué en pleine mer par les commandos et la marine israelienne..

 

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #piraterie, #agression, #mpérialisme, #TPI

Repost0
Commenter cet article