Le chômage à durée limité.

Publié le 23 Novembre 2014

pour les uns

celui de longue durée

pour les autres...

Le chômage à durée limité.

Trois mois de suspension de chantier, c'est ce qui vient de tomber sur la tête d'un de ces pôv'patrons qui pour cela sont souffrance devant le harcellement de l'inspection du travail et des syndicats, patrons pour lesquels Gattaz appelle ses cohortes à manifester.

Mouloudji aurait été encore présent, il aurait certainement actualisé sa complainte :

Bonnes gens

Ecoutez la triste ritournelle

De ces patrons errants

En proie à leurs tourments

Parc' qu'ils ont décidé

Aux codes d'être infidèles

Qu'ils les ont bien trompés

Ignominieusement 

(Refrain)

Les profits

Cent pour cent

Telle est la loi des gagnants

Les profits

Cent pour dent

il faut faire suer les manants

 

 

C'est qu'ils souffrent les patrons, à l'image de celui de'OLP-Tech (rien à voir avec la Palestine).
Trois mois de suspension d'activité. Comment va-t-il faire ce pôv monsieur dont la presse par pudeur tait le nom tout comme elle ne parle pas de ceux qui lui ont fait confiance, son client qui comme chacun sait est roi.


Oui, il doit souffrir.


Pourtant philanthrope, il donnait à manger à 31 familles en donnant du travail dans cette Gironde si sinistrée en emploi industriel ; comme le reste de la France.


Ce n'est pas exactement une petite boite. Si on en croit son site internet, cela ressemble plus à u partenaire de Bouygues qu'à un artisan maçon portugais ou italien arrivé pour survivre il y a un demi-siècle sur la côte atlantique française. La taule est certifiée ISO 9008 http://www.olptech.hu/.


Mais la presse (Roger en parle de son côté : http://www.le-blog-de-roger-colombier.com/) nous apprend ce qui suit qui a conduit Canaille le Rouge d'abord à sortir sa calculette et ensuite à poser deux trois questions au ministre commandant les grenadiers et à celui de la bolkensteinisation de l'emploi. 

 

Par ailleurs, Canaille le Rouge se demande  si le sénateur qui compte rencontrer Gattaz va prendre des nouvelles de ce pôv patron interdit de travail pendant 3 mois (le rêve de tous les chômeurs de longue durée : l'être à temps partiel, 3 mois pas plus).

 

La préfecture de Gironde a annoncé avoir suspendu d'activité une société hongroise intervenant sur un chantier photovoltaïque

La préfecture de Gironde a annoncé avoir suspendu d'activité une société hongroise intervenant sur un chantier photovoltaïque - Frederick Florin AFP

Mis à jour le 21.11.2014 à 21:30

MOTS-CLÉS

énergie, travail, fraude

La préfecture de Gironde a annoncé vendredi avoir suspendu d'activité une société hongroise, intervenant sur un chantier photovoltaïque, qui rémunérait ses ouvriers 2,22 euros de l'heure, pour huit heures quotidiennes malgré une durée de travail de plus de 11 heures et six jours sur sept.

Par un arrêté, consécutif à une inspection de contrôle mercredi par la gendarmerie, l'Urssaf et l'Inspection du travail, le préfet a interrompu l'activité de la société de chaudronnerie OLP-TECH, un des sous-traitants sur le chantier de la centrale photovoltaïque d'Arsac, à 20 km au nord de Bordeaux.

Ce contrôle a établi qu'OLP-TECH, dont le siège est à Teresztenye (nord-est de la Hongrie), employait ses 31 ouvriers, soit tout son effectif, «dans des conditions contraires au Code du Travail: rémunération sur une base quotidienne de huit heures pour une durée effective de travail de 11 heures 30, six jours sur sept, salaire de 2,22 euros par heure effectuée», souligne la préfecture.

La plupart des ouvriers étaient des étrangers, qui se sont présentés comme des travailleurs détachés.

Au regard du «cumul des faits et de leur gravité», l'activité d'OLP sur le chantier a été arrêtée pour trois mois, indique la préfecture, ajoutant que le Parquet avait été saisi des infractions pour y donner une suite judiciaire.

(fin de citation)

Maintenant, passons aux exercices pratiques :

Pour simplifier le calcul, Canaille le Rouge est parti sur la base de 4.2 semaines par mois ou 25 jours de travail.


2.2x8x6x4.2x31 =13 750 € /mois, ou 13640€ sur la base de 25 jours payés (?) par mois.

Pour avoir le marché, mais en restant dans les clous de l'UE pour garder un cadre concret, sans savoir exactement combien facture OLP Tech à son donneur d'ordre, regardons sur la base de 31 salariés et la base du smic brut mensuels combien aurait du "coûter" l'usage d'une main d'œuvre locale :


1430.22x31 = 44 335€ / mois

pour qui veut expliquer comment fonctionne l'exploitation capitaliste, voilà déjà une bonne entrée en matière sur la façon d'acheter le moins cher possible la force de travail.


Nous ne connaissons pas la date d'uverture du chantier, mais une suspension de 3 mois indique que nous ne sommes pas sur un machin à la petite semaine.

Finalement, ce dossier, c'est comme les religieuses en vitrine chez le pâtissier que regardent les ouailles à la sortie de la messe : il y a les gros choux du bas et celui du dessus ceint de son collier de crème.


Et là, quel gâteau : sur la base du 'tarif" constaté, chaque salarié garnit le choux du haut de 3h30 x 25 = 87h30' de travail esclavagiste qui si elles étaient rémunérée,( base ces 2.2, € x25) , 2.2 x87.5 = 192.5 par salarié x31 = environ 6000€ extorqués par le travail forcé dans l'esclavagisme en sus par mois.

Le pôv' patron, pour ce vol dans le vol et cette ignominie dans l'ignominie qu'est le travail contraint (qui dans le code pénal c'est considéré comme l'esclavagisme et un crime, pas un délit). Il qui vaut à son auteur et ses complices 5 ans de prison et 150 000€ d'amende indépendamment des dommages et intérêts aux victimes et relève au moins de la correctionnelle.

Là, pas de mandat de dépôt pas de détention provisoire, pas même de garde à vue pourtant ce n'est pas d'injure à force de l'ordre ou un vol de vélo à la sortie d'un ciné dont il est question).


Le patron de "OLP-Tech" est, quelle souffrance, interdit de terrain (d'exploitation) pour 3 mois pour l'instant, mais rien n'indique que monsieur Rebsamen ait l'intention de profiter de l'occasion pour faire un exemple.


Au passage, qui peut nous dire ce que deviennent les 31 quasi-esclaves sur-exploités ?

 

Quelle régularisation des heures travaillées effectivement sur la base de la loi Française ?

 

Que vont-ils devenir maintenant que leur patron est peut-être parti en croisière pour revenir voir d'ici la fin février.

 

Le chômage à durée limité.

Passé le constat, reste à regarder les causes, sur le fond et comment interdire efficacement cela.

Ce qui permet cela, c'est l'organisation d'un espace de concurrence libre et non faussé par ces lois sociales qui entravent la profitabilité (qui comme chacun sait est le pipe-line du profit, en français "bénéfiçoduc"), un espace qui a nom "Union Européenne", celui que le sénateur qui va aller prendre le pouls du patronat qui cultive ces valeurs refuse de quitter .

Le patronat hongrois est engagé derrière le pouvoir fasciste de Budapest allié au f-haine sur les travées de Bruxbourg et Strasxelles, comme celui de France oscille entre F-haine et UMPS pour savoir qui arroser. La Hongrie est un de ces nouveaux fleurons de cette UE où comme en Ukraine la FNSEA aide les pôv céréaliers et légumiers à investir en s'accaparant les terres décollectivisées.
La boucle est ainsi bouclée.

Selon la maison Vatican, bon dieu and , Laurent le sanctifié qui est le patron des pauvres pour avoir refusé la nationalisation des richesses de l'église (par un préfet de la Rome d'alors qui n'envisageait pas d'en faire un socialiste usage) fut mis sur le gril à en rougir au plus profond de son être.

Pour l'instant, ce Laurent qui propose à Gattaz un concile des Pierre est pour le moins grillé quand on voit qui sont ceux qu'il va rencontrer et qui sont ceux qui devraient être plutôt la priorité de ses rencontres.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #patrons, #exploitation, #esclavage, #UE, #Bolkenstein

Repost0
Commenter cet article