CGT : pendant les débats, l'action doit continuer

Publié le 10 Novembre 2014

c'est d'ailleurs

la seule voie raisonnable

pour endiguer

la vague

bleue-blanc-rose

 réactionnaire

qui déferle

sur le pays

une étape importante

une étape importante

le débat mais aussi l'activité et l'action

 

Outre qu'il ne s'agit pas "des états d'âmes" de Canaille le Rouge ou d'autres devant les déferlantes médiatiques, pour que chacun dispose des outils pour la réfexion, voici la déclaration rendue publique par le CCN de la CGT  à l'issue de ses travaux.

Déclaration des organisations du Comité Confédéral National de la CGT :

CCN des 4 et 5 novembre 2014

Notre ordre du jour que ce soit sur l’actualité revendicative, la situation de notre entreprise de presse NVO, notre plan de travail, les 120 ans de la CGT en 2015 ou le projet de syndicalisation des travailleurs privés d’emploi, a été impacté par les annonces médiatiques et par la nécessité de donner des explications légitimes précises à tous nos militant-e-s et syndiqué-e-s.

Nous tenons, avant tout, à saluer l’engagement des adhérent-e-s qui témoignent de leur fort attachement à la CGT.

Avec une grande responsabilité tou-te-s les militant-e-s, tou-te-s les syndiqué-e-s, les centaines de milliers d’hommes et de femmes engagé-e-s chaque jour dans la défense des droits des travailleurs, font face, depuis une semaine, à une campagne de dénigrement visant toute la CGT, à travers les attaques dont fait l’objet notre Secrétaire général, auquel nous réaffirmons notre solidarité et notre confiance.

Nous reconnaissons et déplorons le dysfonctionnement interne, l’erreur commise ayant permis que, dans une organisation qui publie régulièrement ses comptes et qui s’est dotée d’une instance de contrôle financier, la décision d’engager 105 000 euros de travaux dans un appartement de location de 79 m², ait pu être prise sans débat et sans décision collective. Le CCN, la Commission Exécutive Confédérale et la Commission Financière de Contrôle, parce qu’ils sont soucieux de la bonne utilisation des cotisations des adhérents, vont travailler ensemble pour que cette situation ne se reproduise pas.

Nous mandatons donc la commission exécutive confédérale pour en tirer les leçons, les enseignements, pour sécuriser les processus de décisions collectives, prendre toutes les dispositions nécessaires pour renforcer le contrôle des engagements budgétaires de l’organisation. La CFC devra, faire toute la lumière sur le dysfonctionnement et faire des préconisations pour dorénavant éviter de telle faute. Elle pourra s’entourer de camarades issus d’organisation du CCN pour apporter une expertise.

Cependant, nous ne sommes pas dupes. Certains savent très bien se servir de fautes internes, que nous saurons et allons corriger, pour viser la CGT à un moment où chaque militant-e, chaque syndiqué-e s’emploie, chaque jour, à réagir aux violents choix libéraux et austéritaires dont les conséquences poussent toujours plus de personnes dans la précarité et le pays dans la crise.

Pour les salariés, nous sommes un des seuls remparts face à l’offensive conjuguée du Medef et du gouvernement. Nous savons que nous sommes attendus et ce défoulement médiatique initié par une fuite interne ne doit pas nous déstabiliser, nous diviser, ni semer le doute et la suspicion entre nous. Notre syndicalisme CGT est, non seulement, utile aux salariés mais il est surtout indispensable pour transformer le travail et donc contribuer à la transformation de la société.

L’investissement de notre corps militant dans la campagne des élections professionnelles dans la Fonction publique du 4 décembre, demeure le meilleur gage de réussite pour renforcer le rôle de notre organisation.

Nous avons construit un plan de travail depuis la rentrée. Après la mobilisation du 16 octobre dernier pour la reconquête du financement de la sécurité sociale, nous appelons les organisations à s’inscrire dans les actions déjà programmées, celle unitaire du 18 novembre dans la Fonction publique pour la défense de l’emploi, du pouvoir d’achat et des missions, et celle du 6 décembre pour l’emploi, contre le chômage et la précarité.

Les rencontres avec nos syndiqué-e-s à travers les assemblées générales de syndicats doivent se poursuivre et s’amplifier.

D’autre part, les rencontres interrégionales programmées en janvier 2015 constitueront, pour tous les militants, des moments de partage forts et seront l’occasion de retrouver les moyens, les leviers et l’énergie nécessaires pour mener notre syndicalisme de conquête.

Autant d’initiatives qui nous permettront de nous engager fortement à partir de nos propositions revendicatives dans une action interprofessionnelle au premier trimestre sur les sujets centraux que sont l’emploi, les salaires, la protection sociale, le développement de la production industrielle et les services publics. Face à la fronde conjointe du patronat et du gouvernement qui met à mal notre modèle social et entraine une régression sociale sans précédent, prenons appui sur notre exigence d’une autre répartition des richesses créées par le travail.

Le contexte économique, social et politique actuel nécessite plus que jamais l’intervention des salarié-e-s, des retraité-e-s et des privé-e-s d’emploi, à partir de leurs revendications, pour transformer leur situation de travail et de vie, et gagner des avancées sociales, dans l’unité la plus large.

Ne nous laissons pas détourner de nos objectifs revendicatifs. Nous sommes déterminés à faire en sorte que la CGT soit plus et mieux encore utile, accessible et solidaire.

Montreuil, le mercredi 5 novembre 2014

http://http://www.cgt.fr/CCN-des-4-et-5-novembre-2014.html

 

 

Pour mémoire ou information, extraits des statuts régissant la CGT

(la totalité ici : http://www.cgt.fr/statuts de la CGT ) :

 

extrait du préambule (où tout est à lire dont, intégré, le préambule du congrès de 1936) :

la Confédération Générale du Travail défend les intérêts de tous les salariés sans exclusive, en tous temps et en tous lieux. Elle intervient en conséquence librement sur tous les champs de la vie sociale, elle participe au mouvement de transformation sociale...

...

Elle agit pour une société démocratique, libérée de l’exploitation capitaliste et des autres formes d’exploitation et de domination, contre les discriminations de toutes sortes, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions.

Elle agit pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, les libertés et les droits syndicaux, le plein exercice de la citoyenneté, la défense de l’environnement, pour la paix et le désarmement, pour les droits de l’homme et le rapprochement des peuples...

Les mutations du monde et des sociétés appellent de nouvelles conquêtes sociales garantissant les droits fondamentaux des personnes et le respect des peuples, assurant que les richesses, fruit du travail des hommes, financent le progrès social, le bien être et qu’elles concourent, au travers d’un nouveau type de développement, à la sauvegarde de la planète.

Soumise à la logique du profit, la société actuelle est traversée par la lutte des classes et par de multiples contradictions dont les conséquences conduisent à des inégalités et exclusions majeures, des affrontements d’intérêts, des tensions internationales, des menaces de guerre et des conflits armés. Les salariés ont besoin de se rassembler comme tels pour se défendre, conquérir leur émancipation individuelle et collective et participer à la transformation de la société et du monde.

 

 

Article 3

La CGT est constituée par les fédérations et les unions départementales auxquelles les syndicats doivent être adhérents pour être confédérés.

Article 4

La CGT se fonde sur un fonctionnement démocratique. L e s syndiqués y sont égaux, libres et responsables.

Ils sont assurés de pouvoir s’exprimer en toute liberté, d’être informés et de se former, de participer à l’ensemble des décisions concernant l’orientation syndicale selon les modalités prévues par les statuts des syndicats et des unions de syndicats auxquelles ils appartiennent et de pouvoir participer à l’exercice des responsabilités syndicales.

Ils ont la responsabilité de se conformer aux principes de la démocratie, de l’indépendance, du respect du pluralisme d’opinion et de solidarité. Ils participent par le versement d’une cotisation au financement de l’activité et de l’action syndicale.

La transparence des débats et des votes, la représentation dans les instances telles que les fixent les présents statuts sont garanties.

La pratique de la démocratie dans l’organisation s’accompagne du même comportement démocratique dans les rapports que la CGT entretient avec tous les salariés.

Article 6

La CGT se fonde sur l’indépendance de l’organisation à l’égard du patronat, des pouvoirs publics, des gouvernements, organisations politiques, philosophiques, religieuses et autres.

Nul ne peut se servir de son titre de confédéré ou d’une fonction confédérale dans un acte politique ou électoral extérieur à l’organisation.

Le respect des diversités et du pluralisme d’opinion, la garantie que ses analyses, ses réflexions et ses décisions sont prises en son sein permettent à la CGT d’être libre et maître de son expression et de ses initiatives.

ARTICLE 28 : Le comité confédéral national

Il est l’instance souveraine entre deux congrès.

Il est constitué des secrétaires généraux des fédérations et des unions départementales ou de leurs représentants. Ils sont dûment mandatés par ces organisations. Aucun membre de la commission exécutive confédérale et de la commission financière de contrôle ne peut être porteur d’un mandat délibératif.

Il se réunit au moins trois fois par an.

Il est convoqué par la commission exécutive qui établit son ordre du jour sur proposition du bureau confédéral.

Il peut être convoqué à la demande du tiers de ses membres sur un ordre du jour précis.

Participent au CCN, avec voix consultative :

- les membres de la commission exécutive confédérale et de la commission financière de contrôle ;

- un représentant de l’UGICT, de l’UCR, du Comité national de lutte et de défense des chômeurs ;

- un représentant de chaque comité régional et des unions inter-fédérales décrites à l’article 11 ;

- un représentant d’Indecosa ;

- un représentant de l’organisme créé pour animer l’activité de la CGT en direction des jeunes.

Représentatif de la CGT, s’exprimant sur mandat des organisations qui le composent, le CCN délibère des grands problèmes qui intéressent la CGT dans le cadre des orientations définies par le congrès.

Il contrôle l’activité de la direction confédérale, assurée par la commission exécutive confédérale et le bureau confédéral.

Il entend le rapport annuel présenté par la CFC.

Il fixe à la majorité simple en début de chaque session, ses méthodes de travail.

Les décisions du CCN sont, en règle générale, prises à la majorité simple à main levée ou par appel des organisations à la demande d’un seul de ses membres.

Seules les organisations présentes au moment du scrutin votent.

La majorité des deux tiers des voix représentées est requise pour :

- procéder à toute reconsidération de l’orientation décidée par le congrès qui, dans ce cas, entraîne la convocation immédiate d’un congrès extraordinaire ; 
- pourvoir en cas de vacance aux modifications qui s’avéreraient nécessaires dans la composition de la commission exécutive confédérale et du bureau confédéral ; 
- décider des affiliations et désaffiliations internationales de la CGT ; 
- établir et modifier l’annexe financière.

Lorsque la majorité des deux tiers est requise ou à la demande du quart des organisations ayant voix délibératives, les votes s’effectuent sur la base suivante ? : chaque organisation a une voix plus une voix supplémentaire par tranche de 2 000 adhérents.

Le nombre d’adhérents est calculé sur le nombre de cotisations payées dans l’année qui précède la réunion du CCN sur la base de un adhérent par dix cotisations payées.

CGT : pendant les débats, l'action doit continuer

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #syndicalisme, #cgt, #lutte de classe, #démocratie, #actions

Repost0
Commenter cet article

aline 10/11/2014 10:01

Un comparatif sans équivoque, la constitution de la CGT est claire, précise, à la portée de tous, elle respire l'honneté, les valeurs mises en avant on y croit. Le compte rendu actuel n'est qu'un assemblage de beaux mots enrubannés dans de belles phrases, ce qui nous donne un charabia indigeste et douteux, on cherche l'arnaque.
Un si bel outil à l'usage des travailleurs bousillé par quelques fainéants!.......ET on devrait continuer, cautionner cette casse sans sévir??
Aline