Si la politique de la France ne doit plus se faire qu'à la corbeille,

Publié le 17 Octobre 2014

 

raison de plus

pour

ne pas céder

au petit peuple

des paillasses

et

des labos.

Si la politique de la France ne doit plus se faire qu'à la corbeille,

On ne peut pas ici céder aux autocaristes, aux patrons des agences de voyages, aux hooligans du chou-fleur et là entendre les chercheurs du CNRS et des labos de recherche.

A moment donné, il faut savoir choisir, c'est ce qu'il a fait :

Le gouvernement reste ferme

face aux chercheurs en colère.

 

Ouf, on craignait qu'il cède.

Le risque de contagions nous préparait à un déferlement d'Ebola politico-social qui aurait pu tuer la poule rose aux oeufs d'or et les médèfiens propriétaires du poulailler.

 

Plutôt avoir de l'eau dans le gaz que de voir toucher au gâteau de Gattaz.

C'est que la menace était réelle. 

 

L’initiative de Sciences en marche depuis le 25 septembre a mis sur les routes de France quelque 1 300 chercheurs. 

« Ces trois semaines de voyage ont permis de sensibiliser le public qui comprend très bien notre message, qui n’est pas corporatiste. Nous posons à la société la question : quelle place accorder à la recherche et à l’enseignement supérieur ? », explique M. Lemaire, biologiste à Montpellier  qui partait confiant mettre fin à cette sorte d'épisode cévenol universitaire qui se nomme "ministère de  Najat Vallaud-Belkacem ministre de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et Geneviève Fioraso la secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche".

 

"Un gouvernement de gôôche, ça peut-il pas durablement nous faire çà ?".

 

Sciences en marche, a adressé simultanément une lettre ouverte de 710 directeurs d’unité de recherche à François Hollande. Objectif : réussir, ce qu'en 2004 avait réussi "Sauvons la recherche". A l’époque, 3 000 directeurs avaient menacé de démissionner, faisant reculer le gouvernement Raffarin sur les coupes budgétaires annoncées.

 

En 2014, tous les syndicats, dont le premier d’entre eux, le Snesup, ont appelé à ce rassemblement. Même la CFDT en est ; c'est dire la colère ; incontournable. « Cette unanimité ne s’était pas vue depuis longtemps », dit le secrétaire national du SGEN-CFDT (comme quoi c'est plus le contenu revendicatif que l'alignement des sigle qui construit de l'unité), CFDT qui participe aux manifestations, mais pas à la grève, faut quand même pas pousser trop loin.

 

Heureusement, le sénéchal de Jouy en Josas tient bon, son prince à carcasse Radiall sera comptant (pardon, déformation, content).

 

Ce sera pour les chercheurs la découverte d'une forme dure de la gravitation universelle revue par le capital : c'est un rocher qui t'arrive sur le coin de la tronche, et tu te dis que si Newton t'avait prévenu, ce n'était pas sur ce fait là.  

 

Que l'expérience arrive parde celui pour qui elle avait voté et qui dès après lui lache ce pavé lesté de CRS à la place d'un sac de pépins biodégradable arrivant d'un pommier devrait à coup sûr demander à la communauté scientifique de reprendre ses calculs.

 

C'est qu'un Valls sarkocialiste n'est pas un de ces Raffarin qui cèdent devant les pancartes.

 

Lui, c'est un homme, un vrai, un qui ne cède pas. Où seulement que devant ceux dont il sait pourquoi il doit les servir.

 

Devant l'aversaire il fait face et peut ainsi rendre compte à ces pairs du medef.

 

Les chercheur, versus 2014, sont en train de découvrir la nature de classe du combat pour la recherche et le côté de la barricade ou s'est définitivement installée la Rhubarbe* socialiste.

*pour ceux qui ont raté l'épisode précédent, le PS est comme la rhubarbe : envahissant dans le paysage, à consommer qu'à très petite dose, point trop souvent et sous la condition expresse qu'elle soit cuite. Sinon, outre la dimension laxative permanente, danger d'empoisonnement.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #poloitique, #Recherche, #social, #Rhubarbe, #PS

Repost0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 18/10/2014 07:02

Solidaire avec ces chercheurs et surtout avec La Recherche Française ! Pan ESSENTIEL et STRATEGIQUE de l'économie française que d'aucuns en catimini tentent insidieusement de mettre à mal pour mieux la neutraliser financièrement et ainsi la livrer pieds et poings liés à la concurrence internationale !
Ce n'est pas pour autant à l'avenir qu'il faille "arroser" copieusement les salaires de ces chercheurs , car l'aspect pécuniaire est secondaire chez les véritables cérébraux ; mais plutôt leur donner des moyens financiers et matériels considérablement raisonnables pour leur permettre des recherches en toute sérénité . Condition sine qua non à des résultats probants !

jean-marie Défossé 18/10/2014 20:29

Il faudrait je pense reprendre le problème à l'envers .
Quand TOUS nos jeunes dans ce pays , auront la possibilité FINANCIERE de s'offrir un Bac+5 et que tous les membres des cabinets ministériels (ministres compris) seront moins ambitieux et plus humbles sur leurs salaires payés avec l'argent de TOUS LES CONTRIBUABLES , alors il sera toujours temps de pouvoir ajuster le salaire des chercheurs à une JUSTE mesure .
Mais nous sommes loin d'en être là et nous savons tous pertinemment que toute corporation réussissant à obtenir des augmentations de salaires verra ses augmentations de salaires rendue CADUQUES au bout de 6 mois par l'augmentation des différents biens de consommation . Tous les gouvernements français qui se sont succédé jusqu'à ce jour ont toujours repris d'une main ce qu'ils avaient donné de l'autre .
Moratoires sur les hausses de tarifs ou même baisses sur certains autres ne font pas partie de la politique de nos dirigeants français . Mais c'est une autre histoire qui n'a pas encore sa place ce jour .

canaille le rouge 18/10/2014 17:50

P-S : je n'ai personne dans mon entourage de près ou de loin qui ait le profil. ;-))

canaille le rouge 18/10/2014 17:48

C'est quoi un gros salaire quand on est bac+5 et qu'un membre d'un cabinet ministériel gagne environ 6 à 8 fois le smic ?
pour mois un docteur en science "débuttant " (il a quand même soutenu une thèse et fait des recherches depuis au moins quatre ans ) avec 4 SMIC ne serait pas trop payé.(niveau ingénieur).

jean-marie Défossé 18/10/2014 09:07

Bien d'accord avec toi pour ce qui est de NE PAS TRAVAILLER le ventre vide.
Cependant le but essentiel à atteindre reste la RECHERCHE en elle-même et dans des conditions environnementales et matérielles des meilleures pour les chercheurs et non pas par l'appât du gain avec des futurs salaires de nantis , lesquels éventuels Gros Salaires n'en feront pas de meilleurs chercheurs pour autant , voire peut-être même l'inverse . Qui dit Gros Salaires dans nos sociétés , dit également Grosses Exigences des commanditaires (Etat ou Sociétés) et donc Gros Stress ! Au final , contre productif !

canaille le rouge 18/10/2014 08:29

Il faut payer et bien les chercheurs (comme tout travailleur. On ne fait pas de la recherche (comme toute activité professionnelle) le ventre vide.
Bac + 5 ou 7, cela mérite autre chose que ce scandaleux un ou 1,5 smic de démarrage (à comparer aux dividendes et rémunération des patrons même "débutants") c'est la question des grilles de rémunération et déroulement de carrière qui est posée.