de Paris à Brasilia

Publié le 12 Octobre 2014

les verts et roses

sont toujours

du coté

du manche patronal

de Paris à Brasilia

"Une distance de 14 kilomètres qui séparent les deux scandales récents de la politique nationale impliquant deux sénateurs pour Minas Gerais, l'ancien président de la Croix du Sud, Zézé Perrela (PDT) et le candidat à la présidentielle Aetius Neves (PSDB).

Le décollage et l'atterrissage construite pendant le gouvernement de Aetius dans Claudio Neves, dans l'industrie minière Midwest, sur un terrain qui appartenait à PSDB agricole le candidat du grand-oncle est de 14 km de Sabarazinho, une ville de Itapecerica, également au Centre Miner-ouest, où la compagnie d'hélicoptères Limeira l'agriculture, la famille sénateur Zézé Perrela, a fait une escale de ravitaillement chargé de 445 kg de pâte base de cocaïne, en Novembre l'année dernière." traduction par dico automatique de la légende de la photo ci dessus. le candidat d'un curieux cartel.

 

 

 

La candidate dite écologique et présentée par le parti socialiste brésilien (PSB) apporte son soutien au "candidat pragmatique" des latifundiaires et autres néolibéraux bresilien, bref, le Macron du coin.

« Nous sommes arrivés à un moment où l'alternance fera du bien au Brésil »après 12 ans de gouvernements du Parti des travailleurs (PT), a déclaré MmeSilva.

En conséquence de quoi, 

L'écologiste brésilienne Marina Silva a apporté son soutien au social-démocrate Aecio Neves, qui affrontera Dilma Rousseff du parti des travailleurs lors du second tour de l'élection présidentielle, qui se tiendra le 26 octobre.

Sachant que le dit socialiste est qualifié par ses pairs comme "sénateur centriste" du Parti social-démocrate du Brésil (PSDB).

Pour savoir qu'en penser, notons que la nouvelle donne des érections jubilatoires au Figaro qui présente Neves comme le candidat des marchés.

L'homme est soupçonné d'avoir fait réalisé un aérodromme privé avec de l'argent public sur des terrains familiaux (imaginez la taille des terrains !) voila de quoi justifier le soutien des Guérini du coin.

Et les verts là dedans ? C'est un peu comme si ici les verts de l'assemblée ne votait pas contre la confiance à Valls et Macron. 

Comment ? c'est ce qu'ils ont fait et persiste a faire en les accompagnant au parlement ?

Bon alors c'est confirmé sur les questions de fond, avec les verts, le capital c'est trouvé une nouvelle roue de secour.

Cela devenait urgent depuis que le PS partout dans le monde... est devenu roue motrice.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #social democratie, #Bresil, #Capital, #politique

Repost0
Commenter cet article