Pendant que les hooligans du choux fleur coulent des jours tranquilles

Publié le 22 Septembre 2014

Pendant que les hooligans du choux fleur coulent des jours tranquilles

les cheminots sont poursuivis parce qu'ils défendent le service public

 

 

La presse de ce 22 septembre rappelle :

Non seulement le conflit social sur l’axe ferroviaire Paris-Beauvais n’en finit plus, mais il pourrait prendre une nouvelle dimension en début de semaine prochaine, avec les premières sanctions consécutives aux faits de blocages survenus tout au long des deux mois et demi de grève larvée. Une demi douzaine de conducteurs sont convoqués à Paris, au siège de l’établissement traction, pour des entretiens préalables à des sanctions. Les organisations syndicales qui sont impliquées dans le conflit, indiquent que deux conducteurs sont sous le coup d’une radiation, les autres encourent des sanctions qui dépassent le blâme avec inscription au dossier. Un appel à la mobilisation a été lancé pour les journées des 23 et 25 septembre, avec dépôt d’un préavis de grève.

En attendant, la ligne fonctionne toujours avec des personnels venus des six coins de l’Hexagone, parmi lesquels de nombreux cadres tractions,(souligné par Cler) aucun des conducteurs des dépôts de Creil et de Paris-Nord affectés à cet axe, n’acceptant de tirer des trains sans contrôleur à bord (souligné aussi par CleR) enjeu, rappelons-le, de ce conflit dont (dit la presse) on n’entrevoit décidément pas l’issue.

Quand les cheminots et la CGT disent que la direction de la SNCF se moque de la sécurité des usagers comme de son premier cercueil acheté en solde chez Leclerc, la preuve est là.

Mais l'Etat, son gouvernement, sa majorité dont ses frondeurs, que disent-ils ?

Le conseil régional de Picardie que fait-il ? 

Rappelons aussi pour ceux qui l'auraient oublié, qu'au sein du conseil d'administration de la SNCF siège un commissaire du gouvernement qui a mandat de mettre en harmonie les choix de l'entreprise et les cadrages du pouvoir.

Aujourd'hui ils sont deux pour laisser les mains libre voir conforter Pepy dans ses pratiques répressives http://www.sncf.com/fr/portrait-du-groupe/conseil-administration

Leur silence sur ces dossiers de répression en dit long sur les choix de fond du pouvoir...pour qui aurait encore des doutes

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #SNCF, #service public, #répression, #social, #politique

Repost0
Commenter cet article

le blog de roger colombier 23/09/2014 07:27

Je rajoute le fait que l'Oise dispose d'un député Pcf, ex-Mup le groupuscule de Robert Hue et que le vice-président de la Picardie chargé des transports est Daniel Beurdeley lui toujours du Mup. Quant à la position du Pcf de l'Oise, voir oise.pcf/58256. Cela est assez intéressant.
Bon, je reposte ton article.