Les voyous des champs de légumes

Publié le 20 Septembre 2014

Les racailles du "2-9",

les dealers

du choux fleur

se sont encore fait remarquer

Les voyous des champs de légumes

Le 03 novembre 2013, Canaille le Rouge vous entretenait de façon "anecdotique" à propos des légumiers qui se sont singularisés ce 19 septembre 2014à Morlaix : Quimper-faux-nez-rouges-et-rouges-benets-120942789.html

 

Hier donc, les mêmes qui d'ici quelques jours, notables vêtus de leurs costume du dimanche vont aller faire la queue pour voter aux sénatoriales (bien peu d'entre eux n'ont pas de mandats électifs locaux) se sont comportés comme jamais ne se sont comportés les stigmatisés des citées du "9-3" ou du Val Fourré, comme il ne viendrait pas à l'idée d'agir à des grévistes d'un service public ou d'une usine privée.

 

Mais la maire de Morlaix, dirigeante de cette UMP qui dénonce les prenneurs d'otage à chaque grève ouvrière déclare à la presse, c'est même un des titres du Télégramme et de Ouest France "Légumiers en colère. La maire UMP de Morlaix comprend leur désespoir".

 

Les "pôv choux "qui vendent à 1€ pièce la tête d'artichaut, à 2€ le choux fleurs qu'ils font, pour les plus gros, travailler et mettre en caisse dans des champs et hangards de conditionement interdits physiquement à l'inspection du travail. Qui se comportent comme des voyous sur "leurs" terres et on devrait n'y voir que la colère parce qu'ils crouleraient sous les charges?

 

Pour bien connaitre la région, Canaille le Rouge n'en a vu aucun logé dans un de ces mobil-homes ou dortoirs pour hommes mobiles où ils entassent la viande humaine bolkensteinisée payée au prix du roumain sur pied façon Bucarest sans compter les non déclarés.

 

La maison du légumier est plutôt coquette...et spacieuse. Pas d'épée de damoclès sur la tête comme une conditionneuse de GAD* ou un découpeur de chez Doux.

 

Les meneurs du mouvement sont actionnaires de Brittany Ferry,  leurs enfants fréquentes les meilleurs établissements religieux de St Pol de de Léon, nombre d'entre eux sont administrateurs des caisses locales ou régionale du Crédit Agricole  qui peut étrangler les plus petits mais sait servir les gros.

 

Nos margoulin du choux-fleur, Arturo à faux nez rouges d'il y a un an, alors qu'ils sont  avec les céréaliers parmi le principaux bénéficiaires de la mânne de la PAC usent de méthodes mafieuses et de gangstérisme en bande organisée, interdisant physiquement aux pompiers d'intervenir. Mais là, pas de CRS ou de Garde mobiles et la presse sait protéger les sources.

Voici comment un des "syndicalistes" de ces patrons du légume justifie les pratiques de ses collègues:

« L'urgence est aujourd'hui de traiter les problèmes de trésorerie de beaucoup de producteurs en Bretagne », avait déclaré, à la mi-journée, Jean-François Jacob, président de la Sica (société d'intérêt collectif agricole) de Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère, premier groupement français de producteurs de légumes.

« Les producteurs de légumes ne peuvent plus dans le contexte économique dégradé que l'on connaît continuer à fonctionner ainsi », avait-il ajouté. Invoquant des contraintes fiscales et administratives trop lourdes à porter pour les agriculteurs, il avait, lors d'une conférence de presse, averti d'actions à venir :

« On nous a parlé de façon successive depuis vingt ans de simplification administrative, à chaque fois on constate que c'est l'effet inverse. Nous on dit stop. Puisque Paris n'arrive pas à mettre en oeuvre les simplifications administratives, nous allons, au niveau agricole, et peut-être avec d'autres filières et secteurs de l'économie bretonne, mettre en oeuvre une simplification administrative de nos relations avec les pouvoirs publics. Ce ne sera peut-être pas très bien perçu. »
 
Si tous les licenciés, les "dé-pôle-emploïsés", les retraités, toutes celles et tout ceux qui ont "des problèmes de trésorerie dès le 10 du mois" qui vivent dans "un contexte économique dégradé" allaient se servir dans les champs des dits légumiers, ces derniers monteraient des milices et sortiraient les fusils. Mais là le gugusse pérore dans la presse.
 
Parions que le pouvoir va attendre l'après élection sénatoriale pour d'éventuelles poursuites, ou comme lors de l'incendie-par les mêmes- des installations ferroviaires à Morlaix, le gouvernement jouera un apaisement qu'il n'a pas au même moment avec les cheminots sous le coup de mesures de répression alors qu'ils n'ont pas, eux, commis d'acte de sabotage ou de destruction.

*A propos de GAD, le même jour dans la même presse, ceci :

L'ensemble des équipements des deux ex-usines Gad de Lampaul-Guimiliau et Saint-Nazaire sera vendu aux enchères sur internet, du 7 au 15 octobre.

Elle sera certainement la plus importante vente aux enchères de l'année dans le secteur de l'agroalimentaire. 1 700 lots, issus des deux ex-usines Gad de Lampaul-Guimiliau et Saint-Nazaire, seront disputés du 7 au 15 octobre prochain, uniquement sur internet.(souligné par La Canaille : cela évitera les manifs de ces "illettrées" qui malgré tout ont leur permis de conduire et pourraient venir !) La vente est organisée par le groupe Troostwijk, leader Européen des cessions d'équipements industriels et spécialiste de l'enchère en ligne. Des vautours de la casse industrielle

Parmi les dossiers qui auront brulé et vont donc retarder les réglements, combien de ceux des licenciés de GAD Doux et des autres ? Licenciés par les choix égoistes du patronat de l'agroindustriel breton lesquels en mettant le feu poursuivront dans leur calcul égoiste? Oui, Arturo UI doit vivre du côté de St Pol de Léon. 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Voyous, #casseurs, #hooligan, #politique

Repost0
Commenter cet article

le blog de roger colombier 20/09/2014 13:05

J'ai fait un article sur ce sujet, avec un lien pour le tien.
Saludad!
Roger.